Ben Bot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bot.
Ben Bot
Ben Bot, en 2006.
Ben Bot, en 2006.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas
3 décembre 200322 novembre 2006
Ministre-président Jan Peter Balkenende
Prédécesseur Jaap de Hoop Scheffer
Successeur Maxime Verhagen
Biographie
Nom de naissance Bernard Rudolf Bot
Date de naissance 21 novembre 1937 (76 ans)
Lieu de naissance Batavia, Indes
néerlandaises
Parti politique CDA
Diplômé de Université de Leyde
Académie de droit international
de La Haye
Profession Diplomate
Consultant

Ben Bot

Bernard Rudolf Bot, dit Ben, né le 21 novembre 1937 à Batavia, alors dans les Indes néerlandaises, est un diplomate et homme politique néerlandais membre de l'Appel démocrate-chrétien (CDA), et ancien ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir achevé ses études secondaires à La Haye, il suit des études supérieures de droit à l'université royale de Leyde, obtenant son diplôme en 1961, et un doctorat en 1968. Il a également suivi des cours de droit à l'académie de droit international de La Haye, à l'université Harvard et à l'université de Cambridge. En outre, il a suivi une formation de diplomate dispensé par le ministère néerlandais des Affaires étrangères.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Il entre dans la fonction publique, comme fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, en 1963, avant d'être nommé, à peine un an plus tard, deuxième secrétaire d'ambassade au sein de la représentation permanente des Pays-Bas auprès des Communautés européennes. En 1970, il devient premier conseiller d'ambassade à Buenos Aires, puis à Berlin-Est, avec rang de chef de section consulaire, en 1973. Au bout de trois ans, il est réaffecté à l'administration centrale du ministère, où il reste jusqu'en 1982, lorsqu'il est désigné adjoint au représentant permanent des Pays-Bas auprès du conseil de l'Atlantique nord, à Bruxelles.

Ambassadeur à Ankara de 1986 à 1989, il est ensuite choisi comme secrétaire général du ministère des Affaires étrangères pour trois ans. En 1992, il est en effet nommé représentant permanent, avec rang d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, des Pays-Bas auprès des Communautés européennes, un poste qu'il occupe jusqu'en 2003.

Dans les entreprises[modifier | modifier le code]

Il rejoint le secteur privé au début de l'année 2003, au sein de la firme de consultants Praaning & Meines, située à Bruxelles. Il démissionne un peu moins d'un an après y être entré, afin de se lancer en politique.

Il a été élu président de l'Institut pour une démocratie multipartite des Pays-Bas (NIMD) en mars 2007, et du conseil d'administration de Radio Nederland Wereldomroep en juin 2008.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Theo Bot, ministre de l'Éducation, puis de l'Aide au développement, entre 1963 et 1967. Il est veuf, et père de trois enfants.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Le 3 décembre 2003, Ben Bot est nommé ministre des Affaires étrangères dans la coalition de Jan Peter Balkenende en remplacement de Jaap de Hoop Scheffer, appelé à devenir secrétaire général de l'OTAN. Le choix du ministre-président s'est porté sur lui dans la mesure où les Pays-Bas devaient assumer, lors du second semestre de 2004, la présidence du Conseil de l'Union européenne, sa formation et son expérience lui permettant de prendre la préparation en cours de route.

Au cours de ses six mois de présidence tournante, il a consacré ses efforts sur l'eventuelle adhésion de la Turquie, et apporté son soutien au traité établissant une Constitution pour l'Europe, dont il fait partie des signataires. Il n'est toutefois pas parvenu à dégager un compromis sur le budget européen suite à l'élargissement à dix nouveaux pays.

Chargé de l'intérim de son ministère à compter de la célébration des élections législatives anticipées du 22 novembre 2006, il quitte le gouvernement le 22 février 2007 au profit de Maxime Verhagen, président du groupe de l'Appel démocrate-chrétien (CDA), dont il fait partie, à la seconde Chambre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]