Belval-en-Argonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belval-en-Argonne
Image illustrative de l'article Belval-en-Argonne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Givry-en-Argonne
Intercommunalité Région de Givry en Argonne
Maire
Mandat
Philippe Gérardot
2014-2020
Code postal 51330
Code commune 51047
Démographie
Population
municipale
51 hab. (2011)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 59″ N 5° 00′ 16″ E / 48.9497, 5.004448° 56′ 59″ Nord 5° 00′ 16″ Est / 48.9497, 5.0044  
Altitude Min. 152 m – Max. 192 m
Superficie 12,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Belval-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Belval-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belval-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belval-en-Argonne

Belval-en-Argonne est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village se situe en Argonne, dans le sud-est du département de la Marne.

Communes limitrophes de Belval-en-Argonne
Les Charmontois
Le Châtelier Belval-en-Argonne
Sommeilles Lisle-en-Barrois

Étangs de Belval[modifier | modifier le code]

L'étang de Belval est l'un des plus grands du département[1]. Il est racheté en 2007 par un agriculteur pour être asséché et transformé en champ de maïs, le projet est abandonné en chemin sous la pression de la commune et des associations de protection de la nature[2]. Il devient la propriété de la commune, de la LPO, de l'association Natuurpunt et du Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne. Des travaux ont alors lieu, une des digues, remontant aux XIVe et XVe siècles a notamment du être restaurée[1].

En 2012, les étangs de Belval-en-Argonne sont classés « réserve naturelle régionale ». La réserve s'étend sur 203 ha[3]. Son intérêt réside avant tout dans son avifaune, on y trouve notamment des butors et des grues cendrées[1]. Elle accueille néanmoins 273 espèces végétales, dont certaines particulièrement rares en Champagne-Ardenne comme la catabrose aquatique, la laîche faux souchet, la patience des marais, la scirpe épingle et l'utriculaire commune[3]. Elle est considérée que le site « le plus riche en libellules » de la région, avec 41 espèce recensées[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1922, la commune qui s’appelait Belval-sous-Hans a été renommée Belval-en-Argonne[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 2008 Marie-France Pons    
2008 en cours Philippe Gérardot[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 51 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 326 289 277 320 329 345 322 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
288 289 281 261 248 263 228 239 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
198 201 192 165 162 192 137 147 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
126 104 73 56 59 47 58 62 53
2011 - - - - - - - -
51 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame possède deux verrières du début du XVIe siècle, en partie complétées au XIXe ou XXe siècle, qui sont classées monument historique depuis 1911[8]. La cloche en bronze de 1520 est également classée la même année[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Stéphanie Verger, « 139 000 euros de travaux sur le site de Belval-en-Argonne », L'Union,‎ 4 avril 2011 (lire en ligne)
  2. J.G., « Des associations écologiques ont mis la main au porte-monnaie : L'étang de Belval « enfin » protégé », L'Union,‎ 12 août 2009 (lire en ligne)
  3. a et b « Les étangs de Belval-en-Argonne classés réserve naturelle », L'Union,‎ 16 juillet 2012 (lire en ligne)
  4. Stéphanie Verger, « Étangs de Belval-en-Argonne : À la rencontre des odonates », L'Union,‎ 4 juillet 2012 (lire en ligne)
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. Bruno Decrock, « 2 verrières (baies 3, 4) à Belval-en-Argonne », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 20 janvier 2013.
  9. « Cloche à Belval-en-Argonne », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 20 janvier 2013.