Belvédère (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belvédère.
Belvédère
Le village de Belvédère, vu de loin
Le village de Belvédère, vu de loin
Blason de Belvédère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Canton Roquebillière
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Paul Burro
2014-2020
Code postal 06450
Code commune 06013
Démographie
Gentilé Belvédérois
Population
municipale
640 hab. (2011)
Densité 8,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 56″ N 7° 19′ 18″ E / 44.0155555556, 7.3216666666744° 00′ 56″ Nord 7° 19′ 18″ Est / 44.0155555556, 7.32166666667  
Altitude Min. 575 m – Max. 3 080 m
Superficie 75,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belvédère

Belvédère est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Belvédérois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belvédère domine la rive gauche de la Vésubie, le confluent avec la Gordolasque et le village de Roquebillière-le-Vieux. Il surplombe également le nouveau village de Roquebillière situé sur la rive droite de la Vésubie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est connu dès le XIIe siècle sous le nom de Belvédèr, puis Belveser vers 1210, Bellovider dans une enquête de 1252, devenu Villa de Bellovidère en 1388 au moment de la dédition de Nice à la Savoie avant de se fixer sous son nom actuel de Belvédère, du latin bellum, beau et videre, voir, c'est-à-dire un endroit d'où l'on surplombe tout un panorama.

Belvédère, comme la plupart des villages de la vallée, et en particulier Roquebillière au fond de la vallée de la Vésubie, est durement touché par un tremblement de terre en 1564. Suivent les tremblements de terre de 1566, faisant 80 morts, du 20 juillet 1564, détruisant la moitié des habitations, et du 15 janvier 1644.

La maladie frappe aussi, la peste en 1629 et le choléra à Belvédère et à Roquebillière en février 1764. En 1751, un incendie ravage une grande partie du village.

À la suite de pluies violentes durant près d'un mois et demi, le 24 novembre 1926, un immense glissement des terrains détrempés de Belvédère vers Roquebillière en contrebas, fait 15 morts et détruit un tiers de ce dernier village.

En 1947, le territoire communal retrouve ses limites primitives qu'il avait perdues en 1860, par le traité de Turin, au bénéfice de l'Italie. En effet entre 1860 et 1947, la frontière italienne descendait dans la vallée de la Gordolasque sous le hameau de Saint-Grat. À la suite du traité de Turin, la frontière est replacée sur la crête alpine constituant la ligne de séparation des eaux entre le Piémont devenu italien et l'ancien Comté de Nice devenu français.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois arbres au naturel, en fasce ; au chef d'azur chargé d'un renard au naturel

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires et syndics successifs
Période Identité Parti Qualité
1794 Louis Giacobi - -
1794 Louis Ravetto - -
1795 Louis Prosa - -
1795 Louis Guigo - -
1795 Louis Ravetto - -
An VIII Paul-François Laurenti - -
1807 Louis Giacobi - -
1810 Gilette - -
1811 Antoine-François Castelli Castelli - -
1813 Joseph Castelli - -
1814 Jean-André Guigoni - Syndic
1815 Pierre-Louis Castelli - Syndic
1818 Jean-André Laurenti - Syndic
1819 Louis Giacobi - Syndic
1820 Antoine-François Cristini - Syndic
1821 Charles Giacobi - Syndic
1823 Joseph Castelli - Syndic
1825 Jean-Baptiste Laurenti - Syndic
1829 Charles Giacobi - Syndic
1831 François Galchier - Syndic
1833 André Baldoni - Syndic
1835 Antoine Cristini - Syndic
1837 François Baldoni - Syndic
1846 Franck Andrea - Syndic
1852 Alexandre Giletta - Syndic
1855 Anacleto Ruffi - Syndic
1856 Jean-André Richéris - Syndic
1860 Jean-André Richéris - -
1861 François Baldoni - -
1862 Victor Franco - -
1871 Jean-André Richéris - Président de la commission municipale
1871 Jean-André Richéris - -
1878 Adolphe Castellan - -
1881 Jean-André Richéris - -
1887 Adolphe Castellan - -
1888 Eugène Castelli - -
1892 Gaspart Laurenti - -
1894 Benjamin Franco - -
1896 Eugène Castelli - -
1912 Constant Castellan - -
1919 François Pavy - -
1932 Félix Robini - -
1944 Joseph Giuge - Président de la délégation spéciale
1945 Denis Lambert - -
1947 Joseph Baldoni - -
1960 Arthur Guigonis - -
mars 1965 - mars 2001 Romain Maurel PCF Conseiller général du canton de Roquebillière

(1965-1973)

mars 2001 - mars 2008 Pierre Rainard DVG -
mars 2008 - en cours Paul Burro[1] DVD -

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 640 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
520 830 909 1 049 1 256 1 331 1 257 1 280 1 348
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 210 1 198 1 226 1 246 1 226 1 183 1 148 1 162 1 126
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 014 1 036 954 951 766 643 631 501 430
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
536 519 495 683 640 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Robert Garino, La vallée de la Vésubie. Guide du visiteur, p. 32–35, Serre éditeur, Nice, 1998 (ISBN 2-86410-287-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. le lieu de tournage sur http://www.autourdelouisdefunes.fr/belvedere.htm, consulté le 31 juillet 2014