Belmonte (Portugal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belmonte
Blason de Belmonte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Région Centre
Sous-région Cova da Beira
Ancienne province Beira Baixa
District Castelo Branco
Maire Amândio Manuel Ferreira de Melo
Code postal 6250
Démographie
Population 6 859 hab. (2011[1])
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 22′ 00″ N 7° 21′ 00″ O / 40.36667, -7.3540° 22′ 00″ Nord 7° 21′ 00″ Ouest / 40.36667, -7.35  
Superficie 11 456 ha = 114,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Portugal (administrative)

Voir la carte administrative du Portugal
City locator 14.svg
Belmonte

Géolocalisation sur la carte : Portugal (relief)

Voir la carte topographique du Portugal
City locator 14.svg
Belmonte
Liens
Site web http://www.cm-belmonte.pt/

Belmonte est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Castelo Branco et la région Centre. Elle compte 6 859 habitants et comprend cinq paroisses.

Belmonte est le lieu de naissance de Pedro Álvares Cabral, le navigateur qui découvrit le Brésil en l'an 1500. Sa statue s'élève au bord de la rue principale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belmonte est limitrophe :

Description[modifier | modifier le code]

Ville historique, elle montre encore de nombreux vestiges romains non loin de Malpique dans un site nommé "quinta da forneia", à Valelhas où un pont romain surplombe le ruisseau ou encore à Belmonte même, à côté du château médiéval où se trouve une église romaine entourée de tombes.

À Belmonte, l'un des derniers vestiges de type celte-ibère est visible, la "torre de centum cellas", la "tour aux cent cachots" entourée de petites habitations. Ville semblant s'être arrêtée dans le temps, avec ses maisons de granit de la "serra da estrela", la "montagne de l'étoile"; sa "fonte grande", "grande fontaine" où les habitants jeunes ou moins jeunes viennent chercher l'eau fraiche et potable qui s'écoule des hauteurs ; et non loin de là, le "baroco dos corvos", le "rocher des corbeaux" où les générations précédentes se réunissaient pour tanner les peaux de bêtes (bœufs…) nom venu des groupements de ces oiseaux qui s'y réunissaient attirés par l'odeur de la chair.

Non loin de la caserne des pompiers, un chemin serpente au milieu des champs d'oliviers et conduit à un lieu bien connu des "anciens" de la ville, "a patta do lambzomen", "l'empreinte du loup garou" en réalité un simple creux dans le rocher.

Les Juifs de Belmonte[modifier | modifier le code]

C'est à Belmonte que réside la dernière communauté de marranes (connus sous le nom de Juifs de Belmonte), qui sont officiellement revenus vers le judaïsme dans les années 1970 et qui ont ouvert une synagogue en 1996. En 2003, le projet Belmonte est lancé sous le patronage de la Fédération américaine séfarade, afin de lever les fonds pour acquérir le matériel nécessaire à l'éducation et à la vie juive de la communauté juive qui se monte aujourd'hui à environ 160-180 personnes. Le musée juif de Belmonte (Museu Judaico de Belmonte) a ouvert le 17 avril 2005. Durant l'été 2006, la Fédération américaine séfarade a cessé son patronage du projet Belmonte.

Si la majorité des Juifs de Belmonte a accepté le « retour » au judaïsme orthodoxe, « l’attachement au crypto-judaïsme reste fort. Certaines familles refusent d’aller à la synagogue et continuent d’observer les rites ancestraux[2] ».

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1801 1849 1900 1930 1960 1981 1991 2001 2011
2 946 3 969 6 573 8 190 9 109 6 765 7 411 7 592 6 859

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La municipalité de Belmonte groupe 5 freguesias :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]