Belmont-de-la-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belmont.
Belmont-de-la-Loire
Image illustrative de l'article Belmont-de-la-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Belmont-de-la-Loire
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Belmont-de-la-Loire
Maire
Mandat
Jean-Luc Matray
2014-2020
Code postal 42670
Code commune 42015
Démographie
Gentilé Belmontais
Population
municipale
1 550 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 57″ N 4° 20′ 50″ E / 46.1658333333, 4.3472222222246° 09′ 57″ Nord 4° 20′ 50″ Est / 46.1658333333, 4.34722222222  
Altitude Min. 402 m – Max. 822 m
Superficie 23,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Belmont-de-la-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Belmont-de-la-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belmont-de-la-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belmont-de-la-Loire
L'église
Façade de l'église
Monument aux morts
École
Plan d'eau

Belmont-de-la-Loire est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Belmontais et Belmontaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de canton du département de la Loire depuis la Révolution, Belmont de la Loire s'étend au nord-est, entre Roannais et Beaujolais, dans un cadre vallonné et boisé.

Liste des hameaux :

  • "Barriquand"
  • "Batty"
  • "Belleville"
  • "Biesse", Ce nom franco-provençal viendrait d'un nom d'arbre: bouleau.
  • "Butty"
  • "Denis"
  • "Doris", Beaucoup de toponymes portent les noms de leurs propriétaires. Le nom Dory fait partie de ceux-ci.
  • "Fragny"
  • "Grand Vincent"
  • "La Barlière"
  • "La croisée"
  • "La Roche"
  • "La Viaudière"
  • "Lacroix"
  • "Lafont"
  • "Le Bois"
  • "Le Bouis"
  • "Le Bourg"
  • "Le Bout du monde"
  • "Le Fy", les champs peuvent être situés aux confins d'une propriété ou d'une commune. Par exemple dans le nom "Fils" et "Fy" qui représentent sans doute le latin "finis" : limite.
  • "Le Gros"
  • "Le Moulin"
  • "Le Perron"
  • "Les Fouilloux"
  • "Les Quatre vents"
  • "Moulin Destre"
  • "Montaigu", la Madone de Montaigu
  • "Noailly"
  • "Panneton"
  • "Pézeron"
  • "Pézières"
  • "Philibert"
  • "Place"
  • "St-Claude"
  • "Trémontet"
  • "Vers Mont"
  • "Vers Veau"
  • "Volaille", Ce nom rappelle sans doute un élevage de poule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Belmont est une création du début du deuxième millénaire qui a souvent désigné des châteaux forts. C'est la forme savante du latin bellu-monte. Il aurait dû apparaître dans ce nom le rhotacisme l<r que l'on reconnaît dans la forme patoise Barmont.

Certainement déjà occupée à la période néolithique (5000 ans avant notre ère), la commune renferme des céramiques gallo-romaines et l'on peut découvrir sur la commune des vestiges de voie de communication de cette même époque (Les Fouilloux).

Depuis "L'Excelsiori Bemontis" Romain, la première notion de Belmont est évoquée dès juin 949, lors d'une donation d'un domaine au profit du monastère Saint-Pierre-de-Macon.

L’église paroissiale, sous le vocable de Saint Christophe est mentionnée dès 1096. La paroisse dépendait du diocèse de Mâcon et le chapitre St Vincent de Mâcon était collateur à la cure. Au XVIIIe siècle, l’église était sous le vocable St Christophe et St Jacques. Il existe également une chapelle ainsi que de nombreuses croix et calvaires.

Pendant l'Ancien Régime, la paroisse dépendait du diocèse de Mâcon, rattachée à la seigneurie de Beaujeu au XVe sièclesous le nom de Saint-Christophe-en-Beaujolais. La paroisse dépend en partie du Lyonnais, du Mâconnais puis du Forez et le surplus du Beaujolais. La population était donc en butte à de multiples difficultés administratives et judiciaires. La commune connaîtra les terribles épidémies de peste du XVIIe siècle. Au hameau de Saint-Claude, une chapelle fut construite sur l'emplacement même d'une fosse commune des victimes de la peste. Une fresque splendide (8 mètres par 2) du peintre Marcel Dubouis Bonnefond, retrace cette tragédie du village.

En 1789, le territoire de Belmont village et paroisse dépendait de 3 provinces : Lyonnais, Beaujolais et Mâconnais. La justice se partage entre Belleroche, Charlieu, Châteauneuf. Belleroche était le siège de la juridiction civile.

Comme le Roannais, la commune va se développer grâce à l'activité textile, le XIXe siècle verra la prospérité s'installer à Belmont, malgré des conditions de vie difficiles des paysans et des ouvriers.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Belmont-de-la-Loire (Loire).svg

Les armoiries de Belmont-de-la-Loire se blasonnent ainsi :

De gueules au pal cousu d‘azur, chargé d’une montagne de trois coupeaux de sinople mouvant de la pointe et d’un soleil d’or en chef, accompagné en flancs de deux quenouilles d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1929 Jean Muguet Divers droite
mars 1944 Léon Troncy Divers droite
mars 1961 Jean Verdellet Divers droite Industriel Textile
mars 1971 Pierre Bignon Divers droite Industriel Textile
mars 1973 Bernard Ezac UDF
mars 1983 René Parry Divers droite Artisan du bâtiment
mars 2001 Jean-Baptiste Vallas Divers droite Retraité DDE
mars 2008 Jean-Luc Matray Divers droite Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 550 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 440 1 716 2 111 2 993 3 184 3 390 3 440 3 589 3 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 600 3 592 3 872 3 774 3 957 3 722 3 670 3 550 3 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 373 3 114 2 868 2 399 2 270 2 115 2 044 1 898 1 905
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 822 1 659 1 653 1 567 1 528 1 501 1 515 1 518 1 550
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

SARRY Alain, Connaissances archéologiques actuelles dans le nord du département de la Loire: canton de Belmont- de-la-Loire, p.165-169 dans Groupes de Recherches Archéologiques de la Loire, Saint-Etienne, 201p.

Liens externes[modifier | modifier le code]