Bellevesvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bellevesvre
Grand Rue
Grand Rue
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Pierre-de-Bresse
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Pierre-de-Bresse
Maire
Mandat
Roland Lacroix
2014-2020
Code postal 71270
Code commune 71029
Démographie
Population
municipale
274 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 31″ N 5° 21′ 54″ E / 46.8419444444, 5.365 ()46° 50′ 31″ Nord 5° 21′ 54″ Est / 46.8419444444, 5.365 ()  
Altitude Min. 185 m – Max. 213 m
Superficie 7,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellevesvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellevesvre

Bellevesvre est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bellevesvre fait partie de la Bresse bourguignonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mouthier-en-Bresse Rose des vents
Torpes N
O    Bellevesvre    E
S
Chapelle-Voland (Jura)

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation gallo-romaine attestée par les fouilles archéologiques. Le bourg est établi au carrefour des voies de Verdun à Poligny et de Dôle à Bourg. En 1089, le seigneur de Bella Vavra (belle voie ou belle forêt) fonde le monastère de Mouthier-en-Bresse avec l'abbé Bernon de Cluny. Guillaume de Bellevesvre est évêque de Chalon à la fin du XIIIe siècle, et Béatrice de Bellevesvre abbesse de Lons en 1336. La seigneurie passe aux Montaigu, puis aux de Vienne. Lorsque l'église à clocher-porche est construite en 1379 (Vierge à l'enfant classée), dix neuf prêtres y officient. Le village profite de sa situation de frontière entre Comté et Bourgogne en établissant de grandes foires qui font sa richesse. La première mention d'un marché remonte au XIVe siècle. Deux places-fortes érigées sur des mottes protègent le village, ceint d'une muraille et d'un double fossé percés de trois portes. La seigneurie appartient aux Fourneret au XVe siècle et aux Damas de Marcilly au XVIe. La population se retire à Verdun en 1592 pendant les troubles de la Ligue. Les Comtois mettent le feu à la ville en 1637, et en 1657 il ne reste que six habitants ! La seigneurie passe aux de Montessus en 1640. La motte située au bord de la Brenne, dans le parc du no 41 de la Grande Rue a une superficie de 72 ares et son château en brique perdure jusqu'à la Révolution. Pont de Guillemot et Gauthey (XVIIIe siècle). La commune est chef-lieu de canton de 1790 à 1802. Mairie de 1833 (reconstruite au début du XXe siècle), halle aux grains de 1864, lavoir de1865. Le presbytère situé au 28 de la Grande Rue est transformé en prison à une date inconnue. La population était de 460 habitants en 1801, 630 en 1851, 727 en 1906, 486 en 1954 et 244 en 1999. 16 exploitations agricoles en 1988. Sources : IGN 3125 E ; Inventaire départemental (A-M. et R. Oursel) ; recherches de Jackie Pernod. La voie Romaine de Verdun - Saint-Bonnet-en-Bresse - Pierre descendait à Bellevesvre de son nom Veivre (vaivra vra lata). Cette grand route tendant à Bletterans le chemin de communication. "On espère que les Comtois voudront bien ouvrir jusqu'à Bletterans..."

La léproserie était située au bout du pont près de la rivière dans le "champ de la Maladière" aujourd'hui "champ Maillard". Ce lieu autrefois considérable avait 6 Echevins ou Gouverneurs en 1372.

L'hôpital fut brûlé par les Comtois en 1637. Lorsque le Clocher fut construit, il était entouré de murs et d'un double fossé avec 3 portes. Le 28 janvier 1637, les Comtois prirent ce bourg, y mirent le feu et emportèrent les cloches et l'horloge à Bletterans. Il n'y resta que 16 habitants.

Bellevesvre (Bella Vavra) et son église rebâtie en 1739. Plusieurs tombes entre autres celles de Marie Beaune, Bernard de Montessus, Baron de Bellevesvre, Gouverneur de Beaune, 1686, ont été découvertes.

L'ancien Château dont il ne subsiste plus rien était situé sur la motte au nord de la Bresse et à 250 m au nord du village.

Le Maire de la Commune, Mr Didelot étant décédé, les électeurs ont voté le 5 juillet 2009 pour la liste de Martine Aillet, le nouveau conseil municipal s'est réuni vendredi 10 juillet et a voté pour Nathalie Galland, conseillère municipale[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Ragondet    
mars 2008 juin 2009 Mr Didelot    
juillet 2009 mars 2014 Nathalie Galland    
mars 2014 en cours Roland Lacroix[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 274 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 460 507 526 549 536 549 611 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
585 620 627 678 703 695 699 702 692
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
694 727 706 559 545 529 543 540 486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
432 396 343 308 281 246 270 277 274
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nathalie Galland nouveau maire. », sur Le Journal de Saône et Loire (consulté le 14 mai 2010).
  2. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011