Bellegarde-en-Forez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellegarde.
Bellegarde-en-Forez
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Saint-Galmier
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Galmier
Maire
Mandat
Jacques Laffont
2014-2020
Code postal 42210
Code commune 42013
Démographie
Population
municipale
1 923 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 53″ N 4° 17′ 56″ E / 45.6480555556, 4.29888888889 ()45° 38′ 53″ Nord 4° 17′ 56″ Est / 45.6480555556, 4.29888888889 ()  
Altitude Min. 361 m – Max. 606 m
Superficie 18,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Bellegarde-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Bellegarde-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellegarde-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellegarde-en-Forez

Bellegarde-en-Forez est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Bellegarde se situe dans le Forez. C'est un petit village de la Loire entre monts et plaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

1673 : Balthazar Hérail de Pierrefort, Comte de la Roue, beau-frère et héritier de Claude Charles de Bron est le sixième seigneur de Bellegarde et comte de la Liègue.
1680 : À la suite d'une procédure et d'un jugement de la Sénéchaussée de Lyon (16 mars 1680), une vente adjugea les terres de Bellegarde et de la Liègue à Pierre de Vinole, seigneur de la Tourette. Balthasar Hérail de Pierrefort se retira dans ses terres de la Roue de Montpeloux et de la Chaux. Il est le 7e seigneur de Bellegarde et de la Liègue.
1685 : Genest de Vinole, fils de Pierre de Vinole, est le 8e seigneur de Bellegarde suite au décès de Pierre de Vinole.
1690 : Genest de Vinole, fils de Pierre de Vinole, cède le 20 janvier Bellegarde à la Liègue à Jean d'Aubarède, mari de sa sœur Jeanne. Jean d'Aubarède, beau-frère de Genest de Vinols est le 9e seigneur de Bellegarde et de la Liègue. Il est également Conseiller au Présidial de Lyon (Tribunal). Mort en mai 1729.
1729 : Mort de Jean d'Aubarède. Annet Ranvier, gendre de Jean d'Aubarède, 10e seigneur de Bellegarde et de la Liègue, succède, le 2 avril, à Jean d'Aubarède (mort en 1778).
1759 : Claude Javogues était un membre influent de la Convention (né à Belle-Garde en 1759). À son passage à Bellegarde-en-Forez, il multiplia les attaques contre la noblesse locale et les partisans du roi.
1794 : Jean Marie Ranvier, 11e seigneur de Bellegarde, est condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Lyon et exécuté le 14 janvier 1795.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1837 1867 Joseph Camille Philipon    
1867 1896 Jean-François Philipon    
1896 1904 Pierre Tholot    
1904 1937 Camille Briand    
1937 1943 Jean Poy    
1943 1944 Délégation spéciale de Vichy    
1944 1945 Nicolas Gidrol    
1945 1953 Jean Poy    
1953 1989 Paul Bonnet    
1989 1995 Albert Sommier    
1995 2006 Henri Grange    
2006 2008 Jean Fayolle    
2008   Jacques Laffont    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 923 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 721 782 1 094 1 133 1 229 1 194 1 306 1 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 399 1 468 1 457 1 431 1 453 1 613 1 638 1 553 1 528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 510 1 501 1 438 1 236 1 173 1 181 1 092 1 084 1 028
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 047 1 043 1 081 1 280 1 283 1 464 1 757 1 775 1 833
2011 - - - - - - - -
1 923 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités[modifier | modifier le code]

La plupart des actifs sont des agriculteurs (éleveurs et céréaliers) mais on peut trouver également une carrière de granulats, des artisans...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Claude Javogues : (1759-1796), député à la Convention, il siège à la Montagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :