Belledune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belledune
L'église et le presbytère de Belledune, vers 1925.
L'église et le presbytère de Belledune, vers 1925.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Restigouche
Région Chaleur
Comté ou équivalent Restigouche
Gloucester
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Ron Bourque
2012-2016
Fondateur
Date de fondation
François Guitard
1799
Constitution 1968
Démographie
Population 1 548 hab. (2011 en diminution)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 09″ N 65° 48′ 44″ O / 47.88596, -65.81222547° 53′ 09″ Nord 65° 48′ 44″ Ouest / 47.88596, -65.812225  
Altitude Min. 0 m – Max. ~200 m
Superficie 18 933 ha = 189,33 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle), français (minorité)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 13 14025
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Belledune

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Belledune
Liens
Site web http://www.belledune.com/

Belledune est un village canadien situé à la fois dans le comté de Restigouche et dans le comté de Gloucester, au nord du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé ainsi d'après sa position sur la pointe du même nom. Les Micmacs appelaient l'endroit Meskeeseegeach ou Edelwisooltedichulnook, ce qui signifie endroit où les amérindiens cueillent des canneberges. Le nom actuel figure pour la première fois en 1739 sur un titre de propriété, sous l'orthographe Grand Belle Doune. L'endroit s'appelait Belle Down en 1799 et à nouveau Belledune en 1878. Le bureau de poste porte le nom Turgeon de 1906 à 1907[1], en l'honneur du sénateur Onésiphore Turgeon[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Belledune est situé à mi-chemin entre Campbellton et Bathurst, à cheval entre la comté de Gloucester et le comté de Restigouche; il est incluS uniquement dans ce dernier à des fins de recensement[3]. Le village a une superficie de 189,03 km2.

Belledune s'étend sur la rive sud de la baie des Chaleurs. Le village est limitrophe de Pointe-Verte au sud-est, de la paroisse de Beresford au sud et de Durham à l'ouest.

Belledune est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[4].

Topographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le principal cours d'eau est la rivière Jacquet, qui se déverse dans la baie des Chaleurs à l'extrémité ouest du territoire.

Climat[modifier | modifier le code]

Une station météorologique est située à Belledune. Le village bénéficie d'un climat continental humide. Le mois le plus chaud a une température moyenne de 18,5 °C et le plus froid une température de -11,3 °C[5]. Le village reçoit 1 000 mm de précipitations annuellement dont 300 cm de neige[5]. La journée la plus chaude fut le 5 juillet 1983, avec 37 °C et la plus froide fut le 22 janvier 1984, avec -36 °C[5]. La journée ayant eu le plus de précipitations fut le 22 juillet 1982, avec 82,2 mm de pluie[5]. Le 24 mars 1972 a le record de neige, avec 45,7 centimètres, alors que la plus importante accumulation a eu lieu le 16 janvier 1981, avec 83 cm[5]. Le vent le plus fort, 80 kilomètres à l'heure, a soufflé le 2 mai 1974[5].

Relevé météorologique de Belledune (1971-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −15,8 −14,3 −8,7 −2 3,7 9,6 13,2 12,4 7,6 2 −3,1 −11,7 −0,6
Température moyenne (°C) −11,3 −9,6 −4,3 1,8 8,7 14,8 18,5 17,3 12,3 6,2 0,2 −7,7 3,9
Température maximale moyenne (°C) −6,8 −4,9 0 5,7 13,7 20 23,7 22,2 17 10,4 3,4 −3,6 8,4
Précipitations (mm) 76,7 60,8 80,5 75,3 82,4 81,2 96,3 84,2 68,7 78,1 82,4 103,3 970
dont pluie (mm) 12 11 26,4 52,1 81,7 81,2 96,3 84,2 68,7 77,6 59,2 34,2 684,6
dont neige (cm) 64,7 49,8 54,1 23,2 0,7 0 0 0 0 0,5 23,2 69 285,2
Source : Environnement Canada[5]


Villages et hameaux[modifier | modifier le code]

Durham-Centre, Armstrong Brook.

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 863 logements privés en 2006, dont 770 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 90,9 % sont individuels, 1,3 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée et 1,3 % sont des appartements ou duplex, alors que 0,0 % ne font plus de cinq étages de haut. Enfin, 1,3 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 84,4 % des logements sont possédés alors que 15,6 % sont loués. 77,3 % ont été construits avant 1986 et 11,0 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,7 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 73 318 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un pont au ruisseau Hendry vers 1920.

Belledune est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Gespegeoag, qui comprend le littoral de la baie des Chaleurs[7]. Ce territoire était revendiqué d'abord par les Iroquois et ensuite seulement par les Mohawks[7]. Des artéfacts micmacs ont été découverts à l'embouchure de la rivière Jacquet, indiquant la présence d'un camp[8].

La seigneurie de Népisiguit est concédée en 19 mars 1691 au Sieur Jean Gobin, un marchand de Québec; elle avait un territoire long de 12 lieues et profond de 10 lieues, à partir du littoral de la baie et probablement centré sur la rivière Népisiguit ce qui, selon William Francis Ganong, inclut l'est de Belledune[9]. Gobin donne la seigneurie à Richard Denys de Fronsac[9]. La seigneurie, par l'héritage à sa femme, tombe aux mains de Rey-Gaillard, qui la possédait en 1753[9]. Cooney parle d'une concession à un certain Enaud, qui est vraisemblablement Philippe Hesnault, seigneur de Pokemouche et peut-être agent de Gobin[9]. Les marais à l'embouchure de la rivière Jacquet portent des traces de ce qui pourrait être des digues et des aboiteaux construits par des Acadiens avant la Déportation, en 1755, ou tout simplement des formations naturelles[10].

Jacquet River est fondé en 1790 par James Doyle, un soldat britannique démobilisé, rejoint par des colons écossais[11].

Belledune est fondé en 1799 par François Guitard. Né à Saint-Antoine[Lequel ?] en France commença sa carrière militaire en 1793 à l'âge de 19 ans et servit à Marengo et Lodi avant d'aller à la campagne d'Égypte. À son arrivée, il commença à faire de l'agriculture et de la pêche[12]. Des Acadiens s'établissent à la rivière Louison en 1811[11].

En 1825, les Grands feux de la Miramichi touchent l'extrémité sud-est de Belledune[13]. Toutefois, de nombreux Irlandais de Miramichi s'installent à Little Belledune la même année, avant de coloniser Jacquet River; ils sont joints par des Irlandais de Tipperary[14],[12],[15]. La première église est construite en 1830. Des Écossais de l'Ayrshire fondent Belledune à proprement parler en 1832, sous la supervision de Hugh Chalmers; ils fondent ensuite Belledune River[14].

Un nombre important d'immigrants arrivent d'Angleterre, d'Écosse, d'Irlande et de France durant les deux décennies suivantes. La localité d'Anderson Settlement est fondée en 1840 par l'Écossais John Anderson, originaire de Dumbarton[16]. Archibald Settlement est fondé vers la même année grâce à l'expansion des localités côtières[17]. Quatre écoles à classe unique ouvrent leur portes vers 1850[18]. Un premier bureau de poste est fondé en 1845[15]. La pêche l'agriculture et l'exploitation forestière forment alors la base de l'économie[15]. Le hameau de Mitchell Settlement est fondé avant 1879 grâce à la Free Grants Act (Loi sur les concessions gratuites) et colonisé par des gens du reste de la localité[19]. La paroisse catholique est fondée en 1881[2]. En 1904, Belledune compte quatre magasins, un hôtel et deux églises[15]. La nouvelle église et sa cloche sont bénites le 4 juillet 1926[20].

Le Collège Don Bosco est fondé en 1947[2]. Le couvent des Ursulines est fondé en 1956[2]. La fonderie Noranda, aujourd'hui Xstrata, est construite en 1966[12]. L'école de Jacquet River est inaugurée en 1967[21]. Le port de Belledune est construit en 1968. Plusieurs installations sont construites par la suite, dont une centrale thermique, des usines d'engrais et traitement du gypse et une scierie[12].

Belledune est constitué en municipalité en 1968[15]. Le 1er janvier 1994[22], le village de Belledune fusionne avec le village de Jacquet River et des DSL environnants, mais conserve son nom[23].

Bennett Environnemental[modifier | modifier le code]

Un projet de construction d'une usine de traitement de déchets toxiques proposé par la société Bennett Environmental suscite l'opposition de certains résidents de la région depuis 2003[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1711 habitants en 2006, soit une baisse de 11,0 % en 5 ans[24]. Il y avait alors en tout 770 ménages dont 545 familles[6]. Les ménages comptaient en moyenne 2,2 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 2,6 personnes[6]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 24,0 % des cas, de couples sans enfants dans 31,2 % des cas et de personnes seules dans 28,6 % des cas alors que 16,9 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[6]. 65,1 % des familles comptaient un couple marié, 14,7 % comptaient un couple en union libre et 18,3 % étaient monoparentale[6]. Dans ces dernières, une femme était le parent dans 75,0 % des cas[6]. L'âge médian était de 47,6 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[24]. 86,0 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[24]. Les femmes représentaient 51,0 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[24]. Chez les plus de 15 ans, 31,6 % étaient célibataires, 48,3 % étaient mariés, 3,7 % étaient séparés, 6,1 % étaient divorcés et 9,9 % étaient veufs[24]. De plus, 9,5 % vivaient en union libre[24].

Évolution démographique de Belledune depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
678 829 2 087 2 060 1 923 1 711 1 548
Belledune annexe Jacquet River et des DSL environnants en 1994.
(Sources : [25],[26],[24])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Anglais
  •      Français
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[27],[28],[29] :

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire, de deux conseillers généraux et de trois conseillers de quartier[22]. Le village est en effet divisé en trois quartiers à des fins administratives[22].

Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008[30]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[22]. Un second dépouillement a lieu mais le conseiller Gary J. Mazerolle conserve son poste par une majorité de quatre voix[22].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Ron Bourque
Conseillers généraux Jerry Guitard, Gary J. Mazerolle
Conseillers de quartier
#1 Heather Frenette
#2 Mario Alexander Lapointe
#3 Tracy D. Culligan

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Nick Duivenvoorden
Conseillers de quartier
#1 Paul J. Daley, Élaine Lévesque-Godin
#2 Mario Alexander Lapointe
#3 Mary Emma Flanagan, Jerry G. Guitard
Liste des maires successifs de Belledune
Parti Mandat Nom
     Indépendant 1969 - 1977 Delphis Hickey[31],[32]
     Indépendant 1977 - 19?? J. Arnold Talbot[33]
     Indépendant 1989 - 2001 Andy Flanagan[34]
     Indépendant 2001 - 2004 Joseph R. Noël
     Indépendant 2004 - 2012 Nick Duivenvoorden
     Indépendant 2012 - en cours Ron Bourque
Liste des maires successifs de Jacquet River
Parti Mandat Nom
     Indépendant 1969-197? Ralph E. Flanagan[31]
     Indépendant 1974-19?? Gordon Carmichael[32],[33]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Belledune fait partie de la Région 3[35], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[36]. Le village devait à l'origine faire partie de la Région 2[37]. Belledune est représenté au conseil par son maire[38]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[39].

Représentation[modifier | modifier le code]

Belledune est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[40].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Belledune fait partie de la circonscription de Nigadoo-Chaleur, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Roland Haché, du parti libéral. Il fut élu en 1999 et réélu depuis.

Drapeau du Canada Canada: Belledune fait partie de la circonscription électorale fédérale de Miramichi, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Tilly O'Neill-Gordon, du Parti conservateur. Elle fut élue lors de la 40e élection fédérale, en 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture, la pêche et l'exploitation forestière constituent la base de l'économie traditionnelle de la région, à laquelle s'ajouteNT aujourd'hui le tourisme, les services, les transports et l'industrie lourde[23]. Le village possède en effet plusieurs usines, un port en eau profonde et une centrale thermique ayant une capacité de 450 MW. Les usines produisent ou transforment le plomb, l'acide sulfurique, l'argent, l'or, le gypse et l'engrais[41]. L'économie est en fait favorisée par la présence, depuis les années 1990, de plusieurs mines dans la localité limitrophe de Chaleur[23]. Entreprise Restigouche a la responsabilité du développement économique[23]. Le développement de l'énergie éolienne ainsi que les technologies et services connexes est souhaité dans la région[23].

Évolution du taux de chômage à Belledune
Sources[42],[43],[44]:

Vivre à Belledune[modifier | modifier le code]

Images externes
Photo de l'église unie Saint Luke de Belledune, par rebapep / Léola, sur Flickr.
Photo de l'église unie Saint-Gabriel de Jacquet River, par la même auteure.
Photo de l'église Saint-Jean-l'Évangéliste de Belledune, par la même auteure.

Éducation[modifier | modifier le code]

Belledune compte deux écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #15. L'école Belledune accueille les élèves de la maternelle à la 5e année alors que l'école Jaquet River offre les cours de la maternelle à la 8e année.

Belledune fait partie du sous-district 3 du district scolaire Francophone Nord-Est[45]. L'école élémentaire la plus proches est à Pointe-Verte tandis que les écoles secondaires les plus proches sont à Bathurst ou à Dalhousie.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La gare de Jacquet River est desservie par VIA Rail.

Le village est desservi par un bureau de poste, le centre de santé de Jacquet River, un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et une caserne de pompiers. L'hôpital régional Chaleur de Bathurst est l'établissement le plus proche.

La ville possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 9, dont le bureau principal est situé à Campbellton.

La collecte des déchets et matières recyclables est effectuée par la Commission de gestion des déchets solides de Restigouche[23]. Le village possède sa propre commission d'urbanisme et n'est donc pas desservi par la Commission d'urbanisme du district de Restigouche[23]; elle fournit ses services aux districts de services locaux de la région Chaleur[46].

Belledune compte un bureau de poste et des institutions financières mais la population doit se rendre jusqu'à Bathurst ou Campbellton, qui disposent d'un grand nombre de commerces et de services[23].

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire L'Aviron, publié à Campbellton. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean ainsi que de l'hebdomadaire Campbellton Tribune, de Campbellton.

Sport et parcs[modifier | modifier le code]

La plage de Jacquet River est une plage d'eau salée non surveillée avec toilettes, stationnement, terrain de camping et aires de pique-nique. La plage Roherty Point possède quant à elle une aire de pique-nique et de sentiers. Les services de loisirs sont partagés avec Lorne et Chaleur[23].

Culture[modifier | modifier le code]

La plupart des familles sont d'origine acadienne, irlandaise et écossaise[23].

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Belledune est officiellement anglophone[47] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Arthur Culligan (1879-1929), agriculteur, bûcheron et homme politique, né à Belledune ;
  • John Hendry (1843-1916), homme d'affaires, né à Belledune ;
  • John McAlister (1842-1918), avocat, enseignant et homme politique, né à Durham Centre.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Carleton-sur-Mer Drapeau : Québec Québec
baie des Chaleurs
Maria, Cascapédia–Saint-Jules, New Richmond Drapeau : Québec Québec
baie des Chaleurs
Caplan Drapeau : Québec Québec
baie des Chaleurs
Rose des vents
Durham N baie des Chaleurs
O    Belledune    E
S
Durham Durham, paroisse de Beresford Pointe-Verte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 50.
  2. a, b, c et d Margerite Michaud, Les Acadiens des Provinces maritimes : Guide historique et touristique, Moncton, Imprimerie acadienne,‎ 1968, 165 p., p. 69.
  3. « Division de recensement (DR) : définition détaillée », sur Statistique Canada,‎ 8 février 2012 (consulté le 1er mars 2012)
  4. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  5. a, b, c, d, e, f et g « Normales climatiques au Canada 1971-2000 - Belledune », sur Environnement Canada (consulté le 12 mars 2011).
  6. a, b, c, d, e et f « Profils des communautés de 2006 - Belledune - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  7. a et b (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  8. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 233
  9. a, b, c et d Ganong (1899), op. cit., p. 318-319 et carte no. 39.
  10. Ganong (1899), op. cit., p. 302.
  11. a et b (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 141
  12. a, b, c et d Burton Glenndenning, « Belledune », sur L'encyclopédie canadienne.
  13. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ 1942, 119 p., p. 61-62.
  14. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 116.
  15. a, b, c, d et e « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Belledune », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2011).
  16. « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Anderson_Settlement », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 22 janvier 2012).
  17. (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 112
  18. (en) Village of Belledune: History, page consultée le 21 septembre 2008.
  19. (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 151
  20. « En ce jour au nouveau-Brunswick », L'Acadie nouvelle,‎ 15 septembre 1999, p. 14
  21. [PDF] « Anglophone North », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  22. a, b, c, d et e « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  23. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « District de services régionaux 2 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 25 juillet 2011).
  24. a, b, c, d, e, f et g « Profils des communautés de 2006 - Belledune - Population », sur Statistique Canada (consulté le 1er novembre 2011).
  25. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 1er novembre 2011).
  26. « Profils des communautés de 1996 - Belledune - Population », sur Statistique Canada (consulté le 1er novembre 2011).
  27. « Profils des communautés de 1996 - Belledune - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  28. « Profils des communautés de 2001 - Belledune - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  29. « Profils des communautés de 2006 - Belledune - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  30. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  31. a et b « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  32. a et b « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  33. a et b « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  34. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le 2 juin 2014)
  35. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  36. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  37. Benoit Livernoche, « Des municipalités changent de région administrative au N.-B. », Radio-Canada Nouvelles,‎ 9 novembre 2012 (lire en ligne).
  38. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  39. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  40. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  41. (en) « Business overview », sur Belledune (consulté le 29 décembre 2010).
  42. « Profils des communautés de 1996 - Belledune - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  43. « Profils des communautés de 2001 - Belledune - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  44. « Profils des communautés de 2006 - Belledune - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  45. [PDF] « Francophone Nord-Est », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012)
  46. « District de services régionaux 3 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 26 juillet 2011).
  47. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Liens externes[modifier | modifier le code]