Belle Boyd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boyd.
Belle Boyd

Isabella Marie Boyd (Martinsburg, 1844[1] - Wisconsin Dells, 1900), plus connue sous le nom de Belle Boyd, était une espionne confédérée durant la guerre de Sécession. Elle opérait depuis l'hôtel de sa tante en Virginie et fournit un certain nombre d'informations valables au général de l'armée confédérée Stonewall Jackson en 1862.

Sa carrière dans l'espionnage débute par hasard. D'après le récit qu'elle en fait en 1866, un groupe de soldats de l'armée de l'Union fait irruption dans sa maison de Martinsburg le 4 juillet 1861, dans l'intention d'y faire flotter le drapeau des États-Unis. L'un d'eux bouscule sa mère. S'emparant d'un pistolet, Belle le tue. Elle avait alors 17 ans. Une commission d'enquête la disculpe, mais des sentinelles sont postées autour de la maison, et des officiers font surveiller toutes ses activités. Elle profite de cette familiarité forcée pour faire du charme à l'un des officiers, le capitaine Daniel Kelly, qui lui révèle des secrets militaires. Elle fait parvenir les informations obtenues à l'armée confédérée par l'intermédiaire de son esclave, Eliza Hopewell.

En 1862, elle est arrêtée puis relâchée à plusieurs reprises, et reçoit la Southern Cross of Honor[2] pour ses contributions.

En 1864, elle part en Angleterre où elle épouse un officier de la marine de l'Union, Samuel Wylde Hardinge, qui meurt peu après la fin de la guerre. Après la guerre, en 1865, elle devient actrice en Angleterre, avant de retourner vivre aux États-Unis. En 1869, elle épouse John Swainston Hammond, dont elle divorce en 1884, puis épouse Nathaniel Rue High en 1885. Une année plus tard, elle commence une tournée de lectures de sa vie d'espionne. Elle meurt d'une attaque cardiaque au cours d'une de ces tournées, à l'âge de 56 ans.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hay, p. 215 (certaines sources indiquent 1843 comme date de naissance [1])
  2. cf. l'article en anglais en:Southern Cross of Honor

Références[modifier | modifier le code]