Beiuș

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beiuș
Blason de Beiuș
Héraldique
Vue aérienne du centre de Beiuș
Vue aérienne du centre de Beiuș
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Bihor
Maire
Mandat
Adrian Nicolae Domocoș PNL
2008-2012
Code postal 415200
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 11 149 hab. (2007)
Densité 456 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 06″ N 22° 20′ 59″ E / 46.668226, 22.349786 ()46° 40′ 06″ Nord 22° 20′ 59″ Est / 46.668226, 22.349786 ()  
Altitude 191 m
Superficie 2 446 ha = 24,46 km2
Divers
Cours d'eau Crișul Negru
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Beiuș

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Beiuș
Liens
Site web http://www.primariabeius.ro

Beiuș (Belényes en hongrois, Binsch en allemand) est une municipalité roumaine du județ de Bihor, en Transylvanie, dans la province historique de Crișana et dans la région de développement du Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Beiuș est située dans le sud-est du județ, sur la rive droite du Crișul Negru, dans la vallée de Beiuș, entre les Monts Padurea Craiului au nord, les Monts Apuseni à l'est et les Monts Codru au sud. La ville se trouve à 62 km au sud-est d'Oradea, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée de la ville de Beiuș elle-même et du village de Delani (population en 2002)[1] :

  • Beiuș (10 598), siège de la municipalité ;
  • Delani (398).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de la ville de date de 1263 mais il est fait mention de destruction en pays de Beiuș lors de l'invasion tatare de 1241. La ville existait certainement dès le XIIe siècle. Elle appartenait à cette époque à l'évêché d'Oradea.

La ville, qui appartenait au royaume de Hongrie, en a donc suivi l'histoire. De 1291 à 1422, elle apparaît sous les noms de Benenus, Benenes, Beleniu, Belenos, Belenyes. Le 28 octobre 1452, l'évêque d'Oradea, Ioan Vitez de Tredna, lui octroie le titre de ville libre.

Au XVIIe siècle, elle subit l'occupation ottomane. En 1692, elle devient possession des Habsbourg d'Autriche.

Dès le XVIIIe siècle, la ville devient un des centres transylvains des revendications roumaines et notamment de l'enseignement du roumain dans des écoles créées pour cette occasion.

Belenyes dans le Royaume de Hongrie en 1892

Le bureau de poste de BELENYES est ouvert en 1851, province de Hongrie[2].

Après le compromis austro-hongrois de 1867, la ville est intégrée au Royaume de Hongrie. Beiuș intègre le comitat de Bihar (Bihar vármegye) en 1876 et devient le chef-lieu d'un district rural.

À la fin de la Première Guerre mondiale, la région (avec Arad et Oradea)[3] est attribuée à la Grande Roumanie au Traité de Trianon en 1920. Elle est alors une des plașa (arrondissement) du nouveau județ de Bihor.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, pendant qu'Oradea est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, les autorités du județ s'installent à Beiuș et la ville devient de fait la résidence du județ. La ville, qui compte alors une importante communauté juive est le théâtre de nombreuses violences de la part de la Garde de fer[4].

Beiuș obtient en 2004 le statut de municipalité.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal compte 17 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Adrian Nicolae Domocoș (PNL) a été élu maire de la ville[5].

Élections municipales de 2008[6]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 6
Parti social-démocrate (PSD) 6
Parti démocrate-libéral (PD-L) 4
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la ville était la suivante[7] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la ville comptait 2 392 Roumains (51,46 %), 2 141 Hongrois (46,06 %), 60 Allemands (1,29 %) et 15 Slovaques[8],[1].

En 1930, on dénombrait 2 960 Roumains (63,21 %), 1 121 Hongrois (23,94 %), 464 Juifs (9,91 %), 37 Allemands (0,79 %) et 26 Slovaques (0,56 %)[1].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 5 629 Roumains (82,16 %) côtoyaient 1 014 Hongrois (14,80 %), 157 Juifs (2,29 %) et 20 Allemands (0,29 %)[1].

En 2002, la ville comptait 9 849 Roumains (89,56 %), 930 Hongrois (8,45 %), 169 Tsiganes (1,53 %) et 19 Allemands (0,17 %)[7]. On comptait à cette date 3 468 ménages et 4 199 logements[9].

Évolution démographique
1880 1890 1900 1910 1920 1930 1941 1956 1966
2 947 3 385 4 016 4 648 4 303 4 683 8 220 6 851 8 744
1977 1992 2002 2007 - - - - -
9 960 12 353 10 996 11 149[10] - - - - -


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur les services. La ville de Beiuș a connu un développement industriel pendant la période communiste avec l'implantation de fabriques de meubles, d'usines textiles et de constructions de machines.

La réforme administrative de 1968 lui a permis de renforcer son rôle dans les domaines de la santé, de l'enseignement.

La municipalité compte 1 215 ha de terres arables, 517 ha de pâturages et 74 ha de prairies[11].

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Beiuș est située sur la route nationale DN76 (route européenne 79) Oradea-Deva. La route régionale DJ764A rejoint Budureasa et les Monts Apuseni à l'est et la DJ764 mène au nord-ouest au village de Delani et à Remetea.

Sur la rive gauche du Crișul Negru, deux routes permettent de rejoindre les communes de Tărcaia et Finiș.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Beiuș est desservie par la ligne Ciumeghiu-Vașcău des Chemins de fer roumains (Căile Ferate Române).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Beiuș, de par sa position à proximité des Monts Apuseni et de leurs nombreuses grottes, est un centre de tourisme. La région compte également de nombreuses églises en bois et les ruines du château de Bélavar sont situées à quelques kilomètres.

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • Lycée Samiul Vulcan, datant de 1828, un des plus anciens collèges d'enseignement en roumain de Transylvanie, devenu collège national en 1998.
  • Musée municipal, installé depuis 1965 dans une maison de style éclectique, présente des collections d'histoire et d'ethnographie[12].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Église de St Démétrios

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d (hu) Recensements de 1850 à 2002
  2. Handbook of Austria and Lombardy-Venetia Cancellations on the Postage Stamp Issues 1850-1864, by Edwin MUELLER, 1961.
  3. Atlas des peuples d'Europe centrale, André et Jean Sellier, Editions La Découverte, Paris 1991.
  4. (en) La communauté de Beius sur le site du Jewishgen
  5. (ro) Liste des maires élus en 2008
  6. (ro) Résultats des élections municipales de 2008
  7. a et b (ro) Statistiques officielles du recensement de 2002
  8. Jusqu'à la fin de la Première guerre mondiale, il n'existait pas de nationalité juive ou tsigane, c'est pourquoi de nombreux habitants juifs, de culture allemande et le plus souvent germanophones, se déclaraient allemands, à ne pas confondre avec les communautés allemandes (principalement d'origine souabe) installées en Transylvanie, les statistiques de l'Entre-deux guerres permettent de faire la distinction
  9. (ro) Informations diverses sur la commune
  10. La population de Beiuș en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistiques de Roumanie
  11. (ro) Site du pays de Beius
  12. (ro) Fiche du musée de Beius sur le site des musées roumains
  13. a, b, c et d Lieux de culte en Roumanie