Beffroi d'Arras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beffroi d’Arras
Arras Hôtel de ville et Beffroi.jpg

Le beffroi et l’hôtel de ville d'Arras.

Présentation
Style architectural
Type
Beffroi
Date de construction
Dimensions
77 m
Protection
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
Red pog.svg

Le beffroi d'Arras est un beffroi bâti sur la place des Héros à Arras.

Description générale[modifier | modifier le code]

Cheminée de pierre blanche de la grande salle d'Honneur de l'Hôtel de ville, accolée au Beffroi, reconstruite après la Première Guerre mondiale

Du haut de ses 77 mètres, il domine le paysage arrageois, visible à plusieurs kilomètres à la ronde: il est aujourd'hui encore le plus haut édifice de la ville.

Histoire et architecture[modifier | modifier le code]

Le beffroi d'Arras est construit aux XVe et XVIe siècles dans le style gothique flamboyant, à l'emplacement de l'ancienne halle aux textiles. Il incarne le rayonnement de la cité, étant financé par les bourgeois de l'échevinage.

Il incarne l'aboutissement du style flamboyant dans les beffrois, au même titre que le beffroi d'Audenarde et de Bruxelles. Le bâtiment est constitué d'une base carrée, au-dessus de laquelle s'organisent plusieurs niveaux octogonaux disposés en quinconces, afin de donner de l'élan à l'édifice.

Une couronne de pierre est dressée au sommet du beffroi sous l'occupation de Charles Quint de l'Artois au XVIe siècle, par le célèbre Jacques Le Caron, qui donna d'ailleurs son nom à un lycée de BTP dans la ville. Durant le XIXe siècle, M. Mayeur restaure l'hôtel de ville en y adjoignant des extensions dans le style néogothique et éclectique du XIXe siècle. Le 26 août 1867, l'hôtel de ville restauré est inauguré en présence de Napoléon III[1].

Durant la Première Guerre mondiale, le beffroi et une partie importante de la ville sont détruits ; L'hôtel de ville brûle le 7 octobre 1915. Le beffroi est détruit le 21 (et la cathédrale le 6 juillet de la même année).

Lors de la reconstruction le beffroi est érigé à nouveau par les Arrageois « à l'identique », avec une structure en béton armé conçue par l'architecte en chef des monuments historiques Pierre Paquet en même temps que l'hôtel de ville d'Arras, qui lui est reconstruit dans le style architectural du XIVe ‑ XVe siècle pour la façade sur la place des Héros, dans le style classique issus des travaux précédant la visite de Louis XIV pour la façade place de la Vacquerie, éliminant ainsi les transformations apportées au XIXe siècle à l'édifice.

Le lion d'or qui le domine, installé sous Louis XIV (d'où le soleil dans la main du lion), haut de deux mètres, est la réplique de l'original (exposé au Musée des beaux-arts d'Arras) qui a subi les bombardements durant la Première Guerre mondiale.

Au début des années 1930, le peintre Charles Constantin Joseph Hoffbauer installe sur les murs de la grande salle d'Honneur (1er étage) une grande fresque (peinte sur toile marouflée de 50 m de long, achevée en 1932, présentant des scènes de la vie des Arrageois au XVIe siècle dans un style inspiré de tableaux anciens dont ceux de Brueghel).

Patrimoine et culture[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment est classé monument historique en 1840[2] sur la première liste créée par Prosper Mérimée.

Depuis 2005, le beffroi d'Arras est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO dans la catégorie beffrois de Belgique et de France[3] avec 22 autres beffrois de Belgique et de France..

Le beffroi est ouvert au public toute l'année aux horaires de l'office de tourisme. On peut accéder au niveau se situant sous l'horloge, en empruntant un ascenseur, puis une quarantaine de marches.

Durant la première semaine de septembre se tient tous les ans au beffroi un spectacle pyrotechnique, l'Embrasement du Beffroi, durant lequel une voix-off raconte l'histoire de la ville d'Arras, avec à chaque spectacle une scénographie et une thématique différentes selon l'actualité de la ville.

Tradition maintenue depuis le XIVe siècle, le marché au textile se tient sur la Grand Place. Là-bas se vendaient à l'époque les célèbres Arrazzi, les tapisseries d'Arras. Sur la place des Héros et la place de la Vacquerie, de part et d'autre du beffroi, se tient également le marché aux légumes et le marché aux viandes le samedi et le mercredi.

Le beffroi et son classement sont évoqués (ironiquement) dans le film Pas son genre. Une scène s'y déroule a l’intérieur dans le film La Liste de mes envies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florian Pharaon, Voyage impérial dans le nord de la France : 26-27-28-29-30 août 1867, Imprimerie de L. Danel, 124 p. (lire en ligne), p. 22
  2. « Notice no PA00107963 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. http://whc.unesco.org/fr/list/943/multiple=1&unique_number=1100

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]