Bedřich Hrozný

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bedřich Hrozný

Description de cette image, également commentée ci-après

Bedrich Hrozny en 1915

Naissance 6 mai 1879
Lysá nad Labem, Bohême, Autriche-Hongrie
Décès 12 décembre 1952
Prague République tchèque
Nationalité tchécoslovaque
Profession Orientaliste, archéologue, linguiste

Bedřich Hrozný [/ˈbɛdr̝ɪx ˈɦrozniː/ Prononciation], né le 6 mai 1879 à Lysá nad Labem, Bohême et mort le 12 décembre 1952 à Prague, est un orientaliste tchèque ; il était linguiste, archéologue et spécialiste de la civilisation hittite.

On a retenu surtout de lui son déchiffrement du hittite, qui a ouvert la porte à l'étude d'une civilisation. Ses travaux étaient publiés en allemand, en tchèque ou en français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était pasteur protestant. À sa mort en 1896, la famille s'établit à Kolín.

Il connaissait l'hébreu et l'arabe, appris à Kolín, l'éthiopien, l'araméen, l'akkadien, le sumérien et le sanscrit, appris à Vienne. Il savait déchiffrer l'écriture cunéiforme, l'écriture mésopotamienne, et le persan. Il utilisa la bourse reçue après sa thèse pour aller étudier dans la fameuse école d'assyriologie de Friedrich Delitzsch, où il se familiarisa avec la comptabilité babylonienne[1].

Il trouva la clé de la chronologie des rois hittites ; cette chronologie avait été découverte en 1906 à Hattusa en Anatolie[2] où une expédition allemande avait effectué des fouilles.

Pendant la Première Guerre mondiale, Hrozný déchiffra le hittite, langue d'une civilisation du IIe millénaire av. J.-C. et le classa dans les langues indoeuropéennes[3],[4],[5].

En 1919 il devint professeur à l'université Charles de Prague.

En 1925 Hrozný dirigea une équipe d'archéologues tchèques qui trouva dans le village turc de Kültepe un millier de tablettes cunéiformes contenant des contrats et des lettres ; l'équipe a aussi fouillé la ville de Kanesh située à proximité.

Par la suite, il se lança dans le déchiffrage de hiéroglyphes hittites, ainsi que d'écritures de l'Inde antique et de la Crète, sans toutefois aboutir.

En 1939, il aurait pu émigrer, mais ne le fit pas ; il devint recteur de l'université Charles. En 1940, on lui offrit un poste dans un ministère, mais il le refusa.

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sumerisch-babylonische Mythen von dem Gotte Ninrag (Ninib), Berlin, Wolf Peiser, 1903
  • Obilí ve staré Babylónií, Vienne, Hölder in Komm., 1913 (Les céréales dans la Babylone antique)
  • « Die Lösung des hethitischen Problems », dans Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft, 56, 1915, p. 17–50
  • Die Sprache der Hethiter, ihr Bau und ihre Zugehörigkeit zum indogermanischen Sprachstamm, Leipzig, J.C. Hinrichs, 1917, TU Dresden, Dresden 2002 (Réimpression). ISBN 3-86005-319-1
  • Hethitische Keilschrifttexte aus Boghazköi, in Umschrift, mit Übersetzung und Kommentar, Leipzig, Hinrichs, 1919
  • Über die Völker und Sprachen des alten Chatti-Landes. Hethitische Könige, Leipzig, Hinrichs, 1920
  • (fr) Code hittite provenant de l'Asie mineure (vers 1350 av. J.C.), 1re partie, trad. par Frédéric Hrozny, Paris, P. Geuthner, 1922, 159 p. 
  • Keilschrifttexte aus Boghazköi, vol. 5/6. Autographien. Leipzig, Hinrichs, 1921 (Réimpression Zeller, Osnabrück 1970)
  • (fr) Les inscriptions hittites hiéroglyphiques: essai de déchiffrement; suivi d'une grammaire hittite hiéroglyphique en paradigmes et d'une liste d'hiéroglyphes, Prague, Orientální Ústav, 1933–37
  • Über die älteste Völkerwanderung und über das Problem der proto-indischen Zivilisation: Ein Versuch, die proto-indischen Inschriften von Mohendscho-Daro zu entziffern, Prague, 1939
  • Die älteste Geschichte Vorderasiens und Indiens, Prague, Melantrich, 1940, 1941, 1943
    • (fr) Histoire de l'Asie antérieure, de l'Inde et de la Crète, depuis les origines jusqu'au début du second millénaire, trad. Madeleine David, Paris, Payot, 1947
    • Ancient history of Western Asia, India and Crete, New York, 1953
  • (fr) Inscriptions cunéiformes du Kultépé, vol. 1, Prague 1952

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • (pl) E. Dziurzyńska et al. (éd.), Korespondencja Tadeusza Kowalskiego (en) z Janem Rypką i Bedřichem Hroznym, Cracovie, 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Madeleine David, « La vie et l´œuvre de Bedřich Hrozný », dans Revue d´assyriologie, 47, 1953.
  • (en) Lubor Matouš, Bedřich Hrozný: the life and work of a Czech oriental scholar, Orbis, 1949, 37 p. 
  • (es) José Pedro Rona, La obra de Federico Hrozný en el dominio Indoeuropeo, Montevideo, Universidad de la Republica, Departamento de Lingüistica, 1957

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.57osobnosti.cz/53-en
  2. Aujourd'hui, Boğazkale, environ 200 km à l'est d'Ankara
  3. Silvia Luraghi, Hittite, Munich, Lincom Europa,‎ 1997 (ISBN 3-89586-076-X), p. 1
  4. Il mettait à profit ses temps libres dans les tranchées de la guerre de 1914–1918.
  5. On dut trouver une raison pour le fait que le hittite se trouvait « du mauvais côté » de l'isoglosse satem–centum.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :