Bebo Valdés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valdés (homonymie).

Bebo Valdés

Description de cette image, également commentée ci-après

Bebo Valdés en octobre 2008

Informations générales
Naissance
Quivicán, province de Mayabeque
Décès (à 94 ans)
Stockholm
Activité principale Musicien, compositeur
Genre musical Latin jazz
Instruments Piano

Bebo Valdés est un pianiste et compositeur cubain né à Quivicán dans la province de Mayabeque le et mort à Stockholm le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'esclave, n'oubliant pas ses racines africaines (et espagnoles par sa mère), Bebo Valdés est né à Quivicán, à Cuba le 9 octobre 1918. «Mon grand-père, esclave, s’était enfui avec un ami en emportant seulement une machette pour se défendre des chiens lancés aux trousses des "nègres marrons" . Je sais tout cela par ma grand-mère, morte à 109 ans », confie t-il à un journaliste en 2005[2].

Père du pianiste Chucho Valdés, Bebo connaît un certain succès dans les années 1940 et les années 1950 en tant que pionnier du jazz afro-cubain. « Je suis de la génération du mambo », explique t-il, « Une musique qu'a créée mon ami le contrebassiste Cachao en 1937, en désarticulant la dernière partie du danzón. Pendant dix ans, cette musique n'a été dansée que par les Noirs. Et puis le chorégraphe cubain Rodney a créé une danse pour Las Mulatas de Fuego, un groupe de six danseuses. Quand elles sont parties au Mexique, le mambo a connu son apothéose. »[2]. Il est alors directeur d'un cabaret chic de La Havane, le Tropicana, avant que la révolution castriste n'éclate. C'est un compositeur et chef d'orchestre reconnu. Il accompagne notamment le grand chanteur cubain Benny Moré[3]. Il grave le premier album de jazz cubain en 1952, Con Poco Coco, considéré comme l'acte de naissance du jazz latino[3]. Il est également le premier à introduire le batá dans ses orchestres[3]. Et il multiplie les rencontres, Sarah Vaughan, Nat King Cole, Woody Herman, Milt Jackson, Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Chano Pozoetc.[4].

Parti vivre au Mexique puis en Suède après cette révolution, il se marie dans ce pays nordique au début des années 1970. Pendant quarante ans, il gagne sa vie dans l’anonymat, avec des cours de danse le jour et en œuvrant au piano-bar d’un hôtel chic le soir[3]. Il réapparaît sur la scène internationale à 76 ans, lorsqu'il enregistre en Allemagne avec le saxophoniste Paquito d'Rivera[5]..

Après un long séjour à Stockholm, il vient vivre en Andalousie. Il participe au film de Fernando Trueba, Calle 54 où on le voit notamment jouer en duo avec son fils Chucho. Il enregistre ensuite El arte del sabor (2001) avec Cachao et Patato Valdés, album qui reçoit un Grammy. En 2002, il accompagne le chanteur flamenco Diego el Cigala pour le disque Lágrimas negras, succès international également récompensé par un Grammy. En 2010, il compose la bande originale du film de Fernando Trueba et Javier Mariscal, Chico et Rita[4].

Un autre fils de Bebo Valdés, Rickard, joue dans le groupe de timba suédois, Calle Real.

En février 2013, devant l'aggravation de son état de santé, ses enfants le rapatrient en Suède. Il y meurt quelques mois après Rose-Marie, son épouse[4].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :