Beauville (Lot-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauville.
Beauville
Place Archambault De Vençay
Place Archambault De Vençay
Blason de Beauville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement d'Agen
Canton Canton de Beauville
Intercommunalité Communauté de communes Porte d'Aquitaine en Pays de Serres
Maire
Mandat
Annie Reimherr
2014-2020
Code postal 47470
Code commune 47025
Démographie
Gentilé Beauvillois
Population
municipale
573 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 39″ N 0° 52′ 59″ E / 44.2775, 0.88305555555644° 16′ 39″ Nord 0° 52′ 59″ Est / 44.2775, 0.883055555556  
Altitude Min. 84 m – Max. 231 m
Superficie 23,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Beauville

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Beauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauville

Beauville est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur un éperon rocheux en Pays de Serres, aux confins du Quercy, cette ancienne bastide surplombe la vallée de la Petite Séoune, à l'écart des grands axes de communication de la région.

Le Tarn-et-Garonne est à 5 km et les villes d'Agen et de Villeneuve-sur-Lot ne sont respectivement qu'à 25 et 30 km. De plus, l'aéroport Toulouse Blagnac est à seulement une heure.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beauville
Blaymont Saint-Amans-du-Pech
(Tarn-et-Garonne)
Roquecor
(Tarn-et-Garonne)
Cauzac Beauville Lacour
(Tarn-et-Garonne)
Dondas Engayrac Bourg-de-Visa
(Tarn-et-Garonne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beauville viendrait du latin Bovis villa, ou littéralement la villa (grand domaine de l'époque romaine) des bœufs, se retrouvant sur le signe héraldique du village, « Bòu » étant le bœuf en languedocien (avant la diphtongaison du -ò- qui a donné buèu dont la prononciation actuelle est "bèu", mais de toute façon cette diphtongaison n'a pas lieu en position atone, qui est le cas dans le nom de l'agglomération), le village se serait appelé successivement Bouville, puis déformé en Boville (graphies francisées), pour enfin donner Beauville.

Cependant, Dauzat et Rostaing donnent une autre étymologie pour la première syllabe : le nom germanique Bovo. L'attraction de l'adjectif français "beau" aurait ensuite joué.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beauville sur le monument aux Morts.
Blason de Beauville Blason Parti : Au 1) d’or aux deux vaches au naturel l’une sur l’autre ; au 2) de gueules à la croisettes d’or.
Devise 
"Sul camin del pais" (Sur le chemin du pays)[1]
Détails Officiel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beauville a été jusqu'au XVIe siècle le siège d'une importante baronnie de l'Agenais, possession de la famille féodale de Boville puis Talleyrand-Périgord dont l’évêque d’Autun fut le dernier baron.

François de Beauville a mené en 1574 la défense du château contre les protestants.

Même si le plan du village, organisé autour d'une place à arcades a suggéré que Beauville pouvait être une bastide "oubliée", son existence était bien antérieure à la période de création des bastides à la fin du XIIe siècle. C'était typiquement un bourg seigneurial contre son château. Seule la partie centrale du village actuel a un plan proche de celui d'une bastide, alors que les maisons les plus proches du château ont disparu. Il est probable que le seigneur ait loti et mis à disposition le terrain aux habitants, avec la même disposition et des droits similaires à ceux d'une véritable bastide, tout simplement pour ne pas voir sa population partir vers les nombreuses bastides nouvellement créées dans les environs.

Saint Roch est le saint protecteur du village. Né vers l'an 1200 à Montpellier, il mourut jeune dans des conditions misérables. Au XVIe siècle, son évocation écarta le fléau de la lèpre qui anéantissait le bétail de Beauville. Une chapelle fut construite en son honneur sur les hauts de Beauville. Elle s'écroula avec le temps. Une croix de pierre la rappelle encore aujourd'hui à côté de l'actuel château d'eau.

Une caserne de gendarmerie était cantonnée à Beauville de 1831 à 1976.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de 1968 à aujourd'hui
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 mars 1965 Henry Archambault De Vencay    
mars 1965 1968 Louis Boucard    
1968 mars 1971 Abel Lautié    
mars 1971 1987 Claude Archambault De Vencay    
1987 mars 2001 Raymond Desplat    
mars 2001 en cours Annie Reimherr DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 573 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 500 1 429 1 680 1 637 1 703 1 578 1 567 1 566 1 434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 350 1 317 1 274 1 241 1 203 1 175 1 142 1 128 1 044
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
962 915 872 764 795 756 741 764 674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
657 579 462 545 548 553 583 573 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique
Rue partant de la place

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Marraud (1861-1958) Préfet en 1900, conseiller d’État, Commissaire du gouvernement à la fin de la Première Guerre mondiale, Sénateur en 1920, Ministre de l’Intérieur en 1921. Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts (1928-1930), il fait voter, le 16 avril 1930, la loi de finances sur la gratuité de l’enseignement secondaire. Conseiller général de Beauville et Président du Conseil général du Lot-et-Garonne (1921-1933)

Fêtes et événements principaux[modifier | modifier le code]

Premier grand rendez-vous de l'année à Beauville. Cette course, associée à la petite fête foraine, marque le début des beaux jours. Cette épreuve du calendrier régional du Guidon Agenais n'est pas des plus faciles. Légèrement fluctuant d'une année à l'autre, le circuit d'une douzaine de kilomètres, fait toujours passer les coureurs par les deux côtes de Beauville et donc au cœur du village.

Organisé par "l'écol'in" (association des parents d'élèves de l'école de Beauville), cette soirée d'été est aussi l'occasion de la fête de l'école.

  • France-Angleterre de pétanque (14 juillet) :

Inventé par Nick Twilett, un citoyen anglais installé à Beauville, ce concours amical de pétanque est assez original. Depuis 1994 et sa première édition, le concours regroupe chaque année au boulodrome ombragé de Beauville sur la place du Carré, des personnes des deux nationalités désireuses de se divertir. Chaque doublette est composée d'un français et d'un anglais (britanniques, irlandais, américains ou autres nationalités sont aussi les bienvenus). Ces derniers se doivent de communiquer au mieux pour essayer d'atteindre la finale du concours. Arrivés à celle-ci, ils disputeront 2 matchs. Le premier sera pour déterminer la doublette vainqueur du tournoi, mais surtout le deuxième, permettra de savoir qui des français ou des anglais l'emportent cette année. Pour ce dernier match, les doublettes finalistes sont donc recomposées par nationalités. L'après-midi se termine toujours par un traditionnel banquet permettant s'il le faut encore de resserrer les liens entre les deux nations. Côté palmarès, les français du Boulevardier Beauvillois restent maîtres. En 16 éditions, ils ont remporté 14 fois le coquetier, n'en laissant que 2 à leurs amis anglais "the goods eggs" (Les bons œufs se traduisant par : Les bons gars).

  • Moto-cross de Beauville (dernier week-end de juillet) :

Organisé par le Moto Club de Beauville sur le terrain de "Gary", cet événement est aussi une tradition. Durant 2 jours, il y a 2 types d'épreuves comptant pour le Championnat de France, ceci sur 2 tracés différents. Le samedi soir en nocturne, c'est sur un circuit réduit et étroit que se déroule le super-cross.

  • Grande Brocante-vide grenier (2e dimanche d'août) :

La grande brocante-vide grenier de Beauville est un événement majeur pour le village. Toujours sur la place ombragée du Carré (près d'un hectare), ce sont près de 200 exposants qui viennent une fois l'an proposer leurs articles durant toute la journée.

  • Fête de la Saint Roch (1er dimanche après la Saint Roch, 16 août) :

Depuis presque 500 ans, chaque année un hommage particulier est rendu à Saint Roch. Appelée aussi Bénédiction des animaux, cet fête consiste comme ce nom l'indique, à bénir religieusement les animaux afin de les protéger des maladies. D'abord réservée aux bovins, tous types d'animaux peuvent maintenant être amenés par leurs propriétaires soucieux de leur santé. C'est d'ailleurs l'occasion d'en découvrir ou d'en redécouvrir, de nombreux animaux de diverses espèces étant exposés sur le carré durant cette journée.

  • Marché nocturne de Noël (vendredi soir avant Noël) :

Mis en place il y a un peu moins de 10 ans, il a lieu sur la place à arcades du village.

Animations estivales[modifier | modifier le code]

  • Marché nocturne gourmand avec animation musicale. Sur la place devant la mairie. Tous les vendredi en juillet-août.
  • Soirée concert les lundis de l'été au camping "Les 2 lacs". En juillet-août, sauf la première semaine de juillet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Arcades de la place.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'Église Saint-Jacques du XVIe siècle est classé par arrêté depuis le 23 mai 1925 et son clocher une ancienne tour de défense du XIIIe siècle est classé monument historique par arrêté du 16 septembre 1929[4].
  • L'église Saint-Caprais de Marcoux, classée monument historique par arrêté du 20 septembre 1922[5].
  • L'église romane de Pau.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Associations Sportives[modifier | modifier le code]

  • AS La Griffe Noire Taekwondo-Hapkido
  • Stade Beauvillois Basket : Club historique du village, né au début du XXe siècle. De l'après guerre aux années 1960, il s'appela la Revanche Beauvilloise. Puis, il prit le nom d'Amicale Laïque de Beauville quand il fut repris en main par l'instituteur de l'époque. Il reprit enfin son nom de départ dans les années 1970. À la fin de la saison 1982, le club fut mis en sommeil, faute de salle couverte. Le terrain du Carré ne suffisait plus ; il fallait maintenant jouer dedans. La municipalité de l'époque n'avait pas jugé nécessaire de construire une salle pour le seul club sportif cher aux beauvillois. Il fallu attendre 15 ans et l'action de la Communauté des Communes du Canton de Beauville, avec à sa tête le regretté M. Bissières, qui acheva en 1997 une salle des sports à usage intercommunal, pour enfin voir le club fonctionner de nouveau. Il compta jusqu'à 60 licenciés en 2004, répartis en 5 équipes (de baby à séniors), dont 2 engagées en Championnat Fédéral du Lot-et-Garonne et 3 autres en Championnat UFOLEP. Cependant, avec le temps, par manque de bénévoles, de soutien et surtout à cause d'une fusion manquée avec le club voisin de Puymirol, le Stade Beauvillois fut remis en sommeil à l'aube de la saison 2006/2007.

Côté palmarès, le club peut quand même s'enorgueillir de quelques titres, si les mémoires sont bonnes : Champion du Lot-et-Garonne en 1944, Champion UFOLEP du Lot-et-Garonne en 1963, Champion UFOLEP¨Benjamins du Lot-et-Garonne en 1999, Champion UFOLEP Poussins du Lot-et-Garonne en 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le souvenir de la première croisade documentation
  • Registres de la Mairie de Beauville.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de France
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. (fr) « Église Saint-Jacques », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 8 juillet 2010)
  5. (fr) « Église Saint-Caprais de Marcoux », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 8 juillet 2010)
  6. (fr) « Château ancien », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 8 juillet 2010)