Beaumarchais, l'insolent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beaumarchais, l'insolent

Réalisation Édouard Molinaro
Scénario Jean-Claude Brisville
Édouard Molinaro
d'après l'œuvre de Sacha Guitry
Acteurs principaux
Sociétés de production France 2 Cinéma
France 3 Cinéma
StudioCanal
Procirep
Sofiarp 2
Sofica Investimage 4
Téléma Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique, aventure, historique et romance
Sortie 1996
Durée 100 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Beaumarchais, l'insolent est un film français réalisé par Édouard Molinaro, sorti en 1996, d'après une pièce de Sacha Guitry.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1773. Le XVIIIe siècle peaufine son dernier acte. Louis XV s'apprête à quitter la scène, et en coulisse, déjà, Louis XVI se prépare. C'est le temps des grandes idées, et des mauvais sujets. Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, fils d'horloger, horloger lui-même, trouvait avec Voltaire que les pendules de son temps retardaient dangereusement. Il allait s'employer à les remettre à l'heure...

Gudin, fils de l'intendant de Voltaire arrive à Paris, avec une recommandation de ce dernier, pour rencontrer Monsieur de Beaumarchais afin de lui présenter ses textes. Beaumarchais l'envoie à Mademoiselle Marion Ménard, afin qu'elle lui donne un avis. Il n'a cependant pas le temps de lui dire la moitié d'un alexandrin qu'intervient le Duc de Chaulnes, fou de rage et de jalousie, défonçant la porte à la recherche de Beaumarchais, visiblement fait cocu par celui-ci (alors qu'il avait cependant rompu avec Marion). Il annonce qu'il ira le tuer. Marion supplie alors Gudin d'arriver avant le Duc et d'aller prévenir Beaumarchais.

À la faveur de l'encombrement des rues de Paris, Gudin arrive à temps et raconte son histoire à Beaumarchais. Celui-ci lui avoue qu'il l'avait envoyé à Marion pour qu'elle donne un jugement plus doux que le sien, à savoir que son travail était mauvais sur le fond (« Vous écrivez juste, mais vous pensez de travers »), ce que Gudin savait déjà, Voltaire lui ayant fait la même remarque. Beaumarchais l'engage cependant, comme secrétaire et biographe.

Beaumarchais est en procès contre le parlement et le Comte de la Blache, ce dernier l'accusant d'être un faussaire et de l'avoir spolié d'un héritage qui lui revenait de droit. Il se sert par ailleurs de ce long procès (3 ans) comme d'une tribune politique contre le parlement qu'il juge corrompu. Bien qu'il parvienne à prouver que son accusateur, Goëzman, représentant le parlement, est corrompu, la Cour le condamne à la perte de sa particule (de Beaumarchais), la saisie de ses biens et l'interdiction d'exercer un métier public.

Grâce à la protection du Prince de Conti et d'Antoine de Sartine qui plaident sa cause auprès du roi, il obtient une audience avec Louis XV. Ce dernier lui propose de devenir espion en échange du rétablissement de ses droits. Il accepte, et doit alors contacter le chevalier d'Eon en Angleterre, afin de récupérer un plan montrant le projet d'invasion de l'Angleterre par la France. Lors d'une entrevue avec le chevalier, il rencontre Arthur Lee, représentant des insurgés américains, cherchant un appui pour la guerre d'indépendance. Après avoir récupéré le plan, il demande au chevalier de lui prendre un rendez-vous avec Lee. Cette rencontre tourne court lorsque la garde anglaise, prévenue par le chevalier, prend d'assaut le café au bord d'un fleuve où elle a lieu. Lee se jette dans le fleuve pour s'échapper, Beaumarchais se laissant capturer, sûr d'être protégé par le roi de France, Louis XV. Malheureusement, ce dernier étant mort la veille, Beaumarchais se retrouve sans protection. Il est arrêté et emprisonné.

Durant cette captivité dont il profite pour faire avancer son Barbier de Séville, il rencontre un pamphlétaire (et l'un des admirateurs) dont il se sert pour sortir de prison (révélant où était l'imprimerie et l'original d'un pamphlet sur l'impuissance de Louis XVI). En échange de l'aide que lui a apporté Lord Rochford dans sa libération, il accepte de finir le Barbier. Malheureusement, il a alourdi son œuvre de répliques vulgaires, ce qui provoque un rejet du public. Devant l'échec de la pièce, Beaumarchais décide de reprendre ses affaires. Gudin lui signifiant qu'il suffit de supprimer les dernières répliques ajoutées et de revenir à sa première version, Beaumarchais, dépité, lui confie la réécriture du Barbier.

Beaumarchais décide d'aider les rebelles américains. Il obtient un entretien avec le roi Louis XVI, qu'il persuade que son prédécesseur était sur le point de le faire, et lui propose un marché selon lequel la France ne s'engage qu'au tiers des frais nécessaires, se chargeant lui-même d'un tiers, le roi d'Espagne se chargeant du dernier.

Pendant ce temps, Gudin a fini la réécriture du Barbier. La pièce est jouée et jouit d'un formidable succès. Lors d'une entrevue avec le Prince de Conti et le Comte de Provence, il promet à ce dernier une suite au Barbier pour l'inauguration de son nouveau théâtre au Palais du Luxembourg. Puis, rencontrant Antoine de Sartine, devenu secrétaire d'État à la Marine, il est informé que le roi accepte de venir en aide aux insurgés américains, mais pas de façon officielle. Il charge Beaumarchais de les fournir en armes, par ses propres moyens et sans protection en cas d'échec.

Beaumarchais fonde une compagnie d'import-export, sous le nom de Rodrigue Hortales. Alors qu'une trentaine de bateaux chargés d'armement a été envoyé, il ne reçoit aucune marchandise américaine en échange, acculant à la faillite sa société. Rencontrant l'ambassadeur américain Benjamin Franklin, celui-ci lui remet une lettre de remerciements venant du congrès américain. Il comprend alors qu'il ne sera jamais payé en retour.

Le Prince de Conti est mourant. Ayant trop abusé des plaisirs de la chair, il ne lui reste que peu de temps à vivre. Recevant Gudin avant l'arrivée de Beaumarchais, celui lui demande de rappeler sa promesse à Beaumarchais d'écrire une suite au Barbier. Recevant Beaumarchais qui lui conseille de recevoir les sacrements, alors qu'il n'est pas croyant, le prince accepte en échange de la promesse de Beaumarchais d'écrire une suite au Barbier.

Récupérant des fonds auprès des acteurs de la Comédie-Française qui se sont enrichis en jouant le Barbier, il écrit la suite, Le Mariage de Figaro. Passant la censure royale, la pièce est finalement jouée au théâtre du Luxembourg en présence du comte de Provence. Mais, alors que se joue la première, le roi se fait lire la pièce par son épouse, et est choqué d'une des répliques finales de Figaro : « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. Il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. ». Il décide alors d'emprisonner Beaumarchais par une lettre de cachet. Alors que Beaumarchais profite du triomphe de la première, des gardes royaux viennent l'arrêter.

Plusieurs mois ont passé. Le roi, jugeant que l'emprisonnement a assez duré, décide de libérer Beaumarchais. Celui-ci refuse, à moins que le roi ordonne la reprise du Mariage de Figaro, et que le conseil au complet y assiste. Le roi accède à cette requête, première pierre de la Révolution française.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

ainsi que Pierre Arditi (narration, non crédité)


Lieux de tournage[modifier | modifier le code]


Exploitation[modifier | modifier le code]

Le film est resté neuf semaines à l'affiche. Il se retrouva troisième au box office derrière Pédale douce et Ridicule.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]