Beaucourt-en-Santerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaucourt (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santerre (homonymie).
Beaucourt-en-Santerre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Avre Luce Moreuil
Maire
Mandat
Hubert Capelle
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80064
Démographie
Gentilé Beaucourtois
Population
municipale
178 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 38″ N 2° 35′ 11″ E / 49.7938888889, 2.58638888889 ()49° 47′ 38″ Nord 2° 35′ 11″ Est / 49.7938888889, 2.58638888889 ()  
Altitude Min. 58 m – Max. 99 m
Superficie 5,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucourt-en-Santerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucourt-en-Santerre

Beaucourt-en-Santerre est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Ses habitants sont les Beaucourtois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard du Santerre, situé à 25 km au sud-est d'Amiens et desservi par la RD 934, route importante reliant Amiens à Noyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaucourt-en-Santerre
Démuin Ignaucourt Cayeux-en-Santerre
Beaucourt-en-Santerre
Mézières-en-Santerre Fresnoy-en-Chaussée Le Quesnel


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était connu comme Boecort en 1301, Boncourt en 1567, Baucourt en 1638, Beaucourt en 1763[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un vicus romain se trouvait sur l'espace situé entre Beaucourt, Mézières et Fresnoy-en-Chaussée, le long de la Via Agrippa, voie romaine reliant Lugdunum (Lyon) à Portus Itius (Boulogne-sur-Mer) par Augusta Suessionum (Soissons) et Samarobriva (Amiens)[2].

Le village a été dévasté pendant plusieurs batailles de la Première Guerre mondiale, ce qui a motivé sa citation à l'ordre de l'armée en septembre 1919[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 5 mai 2014)
Hubert Capelle   Réélu pour le mandat 2008-2014[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 178 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342 311 317 330 329 360 362 396 371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368 333 322 323 315 288 282 257 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172 192 182 130 109 108 107 120 100
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
86 83 84 82 101 114 162 176 178
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. habitants.fr, « Somme > Beaucourt-en-Santerre (80110) » (consulté le 11 novembre 2009)
  2. a, b et c Source : site officiel de la commune
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 14 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]