Beaucamps-le-Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaucamps (homonymie).
Beaucamps-le-Jeune
L'église et le château de Beaucamps-le-Jeune
L'église et le château de Beaucamps-le-Jeune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Hornoy-le-Bourg
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois
Maire
Mandat
Alain Desbiendras
2014-2020
Code postal 80430
Code commune 80061
Démographie
Population
municipale
200 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 01″ N 1° 46′ 22″ E / 49.8169444444, 1.7727777777849° 49′ 01″ Nord 1° 46′ 22″ Est / 49.8169444444, 1.77277777778  
Altitude Min. 155 m – Max. 211 m
Superficie 6,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucamps-le-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucamps-le-Jeune

Beaucamps-le-Jeune est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beaucamps-le-Jeune est un village picard situé aux confins des départements de la Somme, de l'Oise, et de la Seine-Maritime.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaucamps-le-Jeune
Neuville-Coppegueule Beaucamps-le-Vieux
Saint-Germain-sur-Bresle Beaucamps-le-Jeune Lafresguimont-Saint-Martin/
Lafresnoye
Saint-Germain-sur-Bresle/Guémicourt Lafresguimont-Saint-Martin/Montmarquet

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut desservie par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des chemins de fer départementaux de la Somme de 1901 à 1940. Elle reliait Aumale à Amiens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Yves Fenot   Éleveur de chevaux
mars 2008[1] 2014 James Tarratte    
2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Alain Desbiendras    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 200 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
598 502 624 621 651 614 570 598 573
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
555 560 530 477 445 392 387 370 319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309 271 252 249 276 235 246 204 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
221 214 203 177 193 187 188 188 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château
Les ruines du château, depuis la grille d'entrée

Le château, de style renaissance, des XVIe, XVIIe, XVIIIe et XXe siècles, a été érigé dès 1537 par Anne de Pisseleu, duchesse d'Etampes et favorite de Francois 1er.
Construit en briques, il est particulièrement dégradé[5],[6]. La communauté des Lazaristes, propriétaire du château dans les années 1920, fit construire une longue aile à l'est de l'entrée[7].
Il est à noter que de nombreux motifs réalisés en brique noire décorent plusieurs murs et tours, un peu comme on les observe sur les églises fortifiées de Thiérache. Un projet de restauration est en cours. Une association de sauvegarde du château s'est constituée et organisa, le 15 août 2009, une fête qui vit la participation d'une compagnie de fauconnerie équestre réputée, l'Hippogriffe[8],[9].

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption
Le chevet de l'Église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le réveil du 27 mars 2008
  2. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Le château de Beaucamps-le-Jeune », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Château de Beaucamps. », sur http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu,‎ 2007
  7. LeTeffou, « Album photos Beaucamps-le-Jeune »,‎ 24 septembre 2009 (consulté le 2 avril 2011)
  8. Site de la Compagnie de l'Hippogriffe
  9. Quotidien régional Le Courrier picard, n° 20519, jeudi 13 août 2009, édition Grand Amiens, page 16

Ouvrages[modifier | modifier le code]