Beau Dommage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beau Dommage est un groupe de musiciens et chanteurs québécois formé en 1973, composé de Pierre Bertrand (chant, basse, guitare), Marie Michèle Desrosiers (chant, claviers), Réal Desrosiers (batterie), Michel Hinton (piano, claviers, accordéon), Pierre Huet (parolier), Robert Léger (piano, claviers, basse, flute) et Michel Rivard (chant, guitare).

Le groupe sort en 1974 l’album Beau Dommage[1] qui remporte un grand succès. Il sort en 1975 Où est passée la noce ? et en 1977 Un autre jour arrive en ville et Passagers. Le groupe se dissout en 1978 et se reforme en 1994 pour deux années. Par la suite on les retrouve lors d'occasions spéciales.

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Les origines de Beau Dommage remontent à la coopérative théâtrale La Quenouille Bleue, une organisation à caractère loufoque dont les thèmes principaux étaient liés à l'humour, à la musique et à l'abstrait et dont les performances étaient présentées à l'Université du Québec à Montréal. C'est dans cette coopérative que des artistes québécois tels que Serge Thériault et Gabriel Arcand ont pu faire connaître leur talent[réf. nécessaire].

Michel Rivard, Robert Léger, Michel Hinton et Pierre Huet font également partie de cette troupe, et même lorsque leur association avec celle-ci prend fin, ils ne perdent pas contact et sortent leur plume afin d'écrire quelques chansons. C'est cette coopération et ces rencontres hebdomadaires qui entraîneront une révolution dans le paysage musical québécois avec la naissance du groupe Beau Dommage.

Deux membres se joignent au groupe par la suite, Pierre Bertrand et Marie-Michèle Desrosiers, une élève de l'École nationale de théâtre. Le poste de batteur est finalement comblé par Réal Desrosiers. Le groupe signe alors une entente avec la compagnie Capitol Records pour la mise en marché d’un album. En 1973, Beau Dommage est lancé pour de bon.

Albums et premiers spectacles[modifier | modifier le code]

En 1974, le premier album intitulé Beau Dommage connaît un immense succès au Québec et des centaines de milliers d'exemplaires sont vendus : le disque est trois fois platine[réf. nécessaire]. Les chansons Ginette, Le picbois, Tous les palmiers, À toutes les fois et La Complainte du phoque en Alaska[2] sont appréciées du public, et plusieurs titres peuvent encore être entendus à la radio aujourd'hui. Ce premier album met de l'avant des valeurs écologiques, rustiques et historiques et permet à chaque Québécois d'y reconnaître son univers. Le groupe est aussi acclamé en France[réf. nécessaire]. La troupe se distingue des autres groupes de l'époque au point de vue instrumental, par exemple avec la guitare sèche de Michel Rivard dans Le Picbois.

Le deuxième album du groupe, Où est passée la noce?, sort en 1975. On y retrouve entre autres Le blues de la métropole[3], chanson culte reflétant la mentalité des jeunes québécois des années 1970.

Le 24 juin 1976 à Montréal, alors même que le groupe lance son troisième album (Un autre jour arrive en ville), une Saint-Jean-Baptiste historique rassemble sur le mont Royal 300 000 québécois. Beau Dommage y fait équipe avec Harmonium, Octobre et Contractions pour offrir une prestation haute en couleur qui marque l'histoire de la musique québécoise et contribue au phénomène de la politisation des jeunes vis-à-vis du mouvement souverainiste québécois[réf. nécessaire].

Quelques semaines après les évènements de la Fête Nationale, Beau Dommage écrit la musique du film Le soleil se lève en retard de Michel Tremblay et André Brassard.

Leur talent et leur popularité permettent alors au groupe de préparer une tournée en France qu'ils réalisent en 1977 avec Julien Clerc. Ils y font la promotion de leur quatrième album, Passagers.

Dissolution et réapparitions[modifier | modifier le code]

Le conflit suit cependant le succès et des différends entre Michel Rivard et Pierre Bertrand ainsi que leur volonté de percer individuellement cause une première dissolution en 1978. Marie-Michèle Desrosiers, Michel Rivard et Pierre Bertrand entament alors une carrière solo.

Pour remercier leurs admirateurs, Beau Dommage tient deux spectacles à Montréal et à Québec en 1984, année du dixième anniversaire du groupe. Il réunit pour l'occasion un coffret d'éditions spéciales contenant les quatre premiers albums.

En 1992, les six membres donnent un spectacle historique au vieux Forum de Montréal dans le cadre des FrancoFolies, festival annuel de la chanson française. Ils en font un album «live».

À la grande surprise de tous et avec un succès soutenu, même en période d'inactivité, les membres de Beau Dommage se regroupent à nouveau en 1994 et lancent un album composé de chansons inédites, reformulées et rehaussées tout en conservant le style des albums antérieurs. La chanson Échappé belle fait la tournée des stations radiophoniques du Québec mais l'album n'atteint pas les niveaux de vente souhaités[réf. nécessaire]. Le groupe décide tout de même de faire une tournée et sortent un nouveau disque-double live intitulé Rideau et qui comprend leur nouveau concert au Forum ainsi qu'un autre à la Place des Arts de Montréal qui a eu lieu pendant les FrancoFolies de 1995.

Beau Dommage ne produit désormais plus de nouveau matériel, il leur arrive cependant de présenter des concerts en groupe ou en solo lors d'occasions spéciales. Ils ont fait une apparition entre autres le 28 juillet 2005 alors que toute une soirée des FrancoFolies leur était dédiée. Une dizaine d'artistes dont Vincent Vallières, Mara Tremblay, Paul Piché, Mes Aïeux, Florent Vollant, Susie Arioli et plusieurs autres y ont interprété les succès de Beau Dommage avant que le groupe lui-même prenne la scène d'assaut sous un tonnerre d’applaudissements.

À l'occasion du 30e anniversaire de la sortie de Beau Dommage, les Disques Capitol ont réédité l'album, avec un mot de Pierre Huet en présentation. On reproche majoritairement à cette réédition de n'offrir rien de plus qu'une simple remasterisation des pistes, sans véritable bonus.

En 2005, une dizaine d'artistes québécois ont repris à leur manière les chansons de l'album Beau Dommage, pour l'album Beau D'Hommage. Celui-ci inclut une reprise de chacune des 11 chansons originales, à l'exception de La complainte du phoque en Alaska, reprise par les sœurs Anna et Kate McGarrigle, ainsi que par Félix Leclerc en 1974. On y trouve aussi la reprise par Daniel Boucher de Un incident à Bois-des-Filion, chanson provenant de leur second album, Où est passée la noce?.

Le 8 février 2009, Beau Dommage prend une fois de plus la scène d'attaque lors du gala d'ouverture de Star Académie 2009 sur le réseau de télévision québécoise, TVA. Ils offrent un pot-pourri de leurs plus grands succès, accompagné des 20 candidats et candidates de cette nouvelle édition. Comme à de très rares occasions, tous les membres du groupe sont présents sur scène. Un coffret souvenir incluant leurs cinq albums ainsi que deux DVD y est alors présenté, notamment par les Éditions Musinfo (Jehan V. Valiquet étant devenu leur représentant exclusif depuis le 1er septembre 2007), afin de commémorer le 35e anniversaire de leur formation.

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

En 2010 l'entreprise Productions Périphérie crée la comédie musicale Le blues d'la métropole. Le spectacle est basé sur l'oeuvre du groupe. Les comédiens Normand D'Amour, Pascale Montreuil et Sophie Tremblay en sont les principaux interprètes[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

En spectacle[modifier | modifier le code]

45 tours[6][modifier | modifier le code]

  • 1974 : Le picbois / À toutes les fois, Capitol, 85.102
  • Mai 1975  : Tous les palmiers / Le géant Beaupré, Capitol, 85.105
  • Octobre 1975 : Harmonie du soir à Châteauguay / La complainte du phoque en Alaska, Capitol, 85.109 / Europe : Capitol, 2 C 004-81917
  • 1975 : Tous les palmiers / Montréal, Capitol 2 C 010-82055 - publication européenne
  • Octobre 1975 : Le blues d'la métropole / Assis dans' cuisine, Capitol, 85.113 / Europe : Capitol, 2 C 010-82176
  • 1976 : Motel « Mon repos » / J'ai oublié le jour, Capitol, 85.118
  • 1976 : Heureusement qu'il y a la nuit / Bon débarras, Capitol, 85.122
  • 1976 : Amène pas ta gang / Montréal, Capitol, 85.124
  • 1977 : Gisèle en automne / Générique / Son ancien chum, Capitol, 85.131 (tiré du film Le soleil se lève en retard d'André Brassard)
  • 1977 : Seize ans en soixante-seize / Contre lui, Capitol, 85.134
  • 1977 : Tout va bien / Marie-Chantale, Capitol, 85.136
  • 1977 : Rouler la nuit / Le passager de l'heure de pointe, Capitol, 85.140
  • 1977 : Une amie d'enfance / Fin de soirée, Capitol, 85.141 - instrumentaux extraits de la pièce de théâtre Une amie d'enfance de Louise Roy et Louis Saia.
  • 1977 : C'est samedi soir / Cinéma. Capitol SP 524 - publication européenne
  • 1977 : Tout va bien / Ça fait longtemps. Capitol SP 523 - publication européenne
  • Avril 1978 : Hockey / Le coeur endormi, Capitol, 85.144
  • 1984 : Tellement on s'aimait / ??, Polydor, 73
  • 1984 : Le rapide blanc / Le rapide blanc (version courte), Polydor, 85
  • 1994 : Échappé belle / Échappé belle (pour promotion et Jukebox) - Audiogram AD-5209

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Beau Dommage » est une vieille expression québécoise signifiant « bien sûr, bien entendu.»[1]
  2. La chanson est reprise, entre autres, par Félix Leclerc et par le groupe français Chanson Plus Bifluorée.
  3. La métropole Montréal
  4. Alain de Repentigny, « Le blues d'la métropole, un spectacle total qui nous ressemble », sur Lapresse.ca (consulté le 20 août 2012)
  5. http://www.qim.com/albums/description.asp?albumid=95
  6. http://www.biographiesartistesquebecois.com/Artiste-B/beaudomage/Beau%20Dommage.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Aubé, Chanson et politique au Québec, Tryptique, Montréal, 1990
  • Alain Brunet, Le Québec et la musique, Saint-Martin, Anjou, année inconnue
  • Gilles Lefebvre, La musique d’une vie, Fides, Montréal, 1993
  • Robert Léger, Écrire une chanson, Québec Amérique, Montréal, 2001
  • Bruno Roy, Et cette Amérique chante en québécois, Leméac, Montréal, 1978
  • Auteur anonyme, Les Joies de la musique québécoise, Journal Action-Montréal, Montréal, 30 juillet 2005, p. 12

Liens externes[modifier | modifier le code]