Beau Dommage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beau Dommage

alt=Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Folk rock, chanson québécoise des années 1970
Années actives 1974 à 1978
1994 à 1996
Labels Capitol Records
Composition du groupe
Membres Michel Rivard
Pierre Bertrand
Marie Michèle Desrosiers
Réal Desrosiers
Michel Hinton
Pierre Huet
Robert Léger

Beau Dommage est un groupe de musiciens et de chanteurs québécois formé en 1972 et composé de Pierre Bertrand (chant, basse, guitares, claviers), Marie Michèle Desrosiers (chant, claviers), Réal Desrosiers (batterie, percussions), Michel Hinton (claviers, accordéon), Pierre Huet (parolier), Robert Léger (claviers, flûte) et Michel Rivard (chant, guitares).

La formation musicale se distingue surtout par le son unique des harmonies vocales, l'originalité et la qualité des textes, l'éclectisme des musiques et la quantité impressionnante de créateurs au sein du groupe.

Lancé le 9 décembre 1974, Beau Dommage[1], le premier album du groupe, remporte un succès phénoménal. Où est passée la noce ? paraît en 1975 et connaît tout autant de succès. Les microsillons Un autre jour arrive en ville et Passagers sont tous deux lancés en 1977.

Tous les disques du groupe atteignent le statut enviable de Disque d'or (au moins 50 000 exemplaires vendus).

Le groupe se dissout en 1978 et se reforme en 1994 pour une courte période de deux années, le temps d'un nouvel album studio et d'une tournée majeure au Québec et en Europe.

On ne les reverra ensemble qu'en de très rares occasions par la suite.

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

On peut retracer les origines du groupe Beau Dommage grâce à deux filières distinctes: La famille Casgrain et La quenouille bleue.

Pierre Bertrand, Michel Hinton et Michel Rivard sont membres du groupe musical La famille Casgrain, tandis que Michel Hinton, Pierre Huet, Robert Léger et Michel Rivard font partie de la troupe musicale et théâtrale La quenouille bleue, berceau de l'humour absurde au Québec.

Lorsque La quenouille bleue cesse ses activités, Pierre Huet, Robert Léger et Michel Rivard font immédiatement appel à Pierre Bertrand pour fonder les assises d'une nouvelle association qui n'a pas encore de nom. C'est le début de la grande aventure de Beau Dommage. Ce sont ces rencontres hebdomadaires, cette coopération, cette "création collective" qui entraîneront une révolution dans le paysage musical québécois.

Élève de l'École nationale de théâtre, Marie Michèle Desrosiers est ensuite recrutée à la suite d'une audition. Réal Desrosiers décroche quant à lui le poste de batteur, en réponse à une annonce sur le babillard de l'UQUAM. Tout est désormais en place pour que Beau Dommage prenne définitivement son envol.

Albums et premiers spectacles[modifier | modifier le code]

Lancé en décembre 1974, le premier album du groupe, intitulé tout simplement Beau Dommage, connaît un immense succès au Québec et en Europe. À ce jour, le disque est certifié quatre fois platine (400 000 exemplaires vendus)[réf. nécessaire]. Ginette, Le picbois, Tous les palmiers, À toutes les fois, Harmonie du soir à Châteauguay, 23 décembre, Le géant Beaupré, Montréal, La Complainte du phoque en Alaska''[2], toutes ces chansons sont désormais des classiques de la chanson québécoise. Plusieurs de ces titres tournent encore régulièrement à la radio de nos jours.

Le groupe est également reconnu et acclamé en Europe[réf. nécessaire].

Où est passée la noce?, le deuxième album de la formation, paraît en 1975 et est déclaré disque platine (100 000 exemplaires vendus) le jour même de sa sortie. On y retrouve entre autres chansons Le blues de la métropole[3], J'ai oublié le jour, Heureusement qu'il y a la nuit et Un incident à Bois-des-Filion, une grande chanson, dans tous les sens du mot, occupant à elle seule toute la face B du microsillon.

Après les deux premiers albums, Robert Léger décide de quitter sa fonction de musicien au sein du groupe mais continue à contribuer à l'écriture et à la composition des chansons. Michel Hinton, un ami musicien de longue date, est choisi pour le remplacer.

Le 24 juin 1976 à Montréal, alors même que le groupe lance son troisième album Un autre jour arrive en ville, une Saint-Jean-Baptiste historique rassemble 400 000 québécois dans le parc du Mont-Royal. Beau Dommage y fait équipe avec les groupes Harmonium, Octobre et Contraction pour offrir le spectacle O.K. nous v’là qui marque l'histoire de la musique québécoise et contribue au phénomène de la politisation des jeunes vis-à-vis du mouvement souverainiste québécois[réf. nécessaire].

Quelques semaines après les évènements de la Fête Nationale, Beau Dommage est appelé à composer la trame sonore du film Le soleil se lève en retard de Michel Tremblay et André Brassard.

C'est également en 1976 que Beau Dommage remporte le Grand Prix international de la jeune chanson, décerné en France.

Le 24 juin 1977, concert historique. Le Parti Québécois est au pouvoir et les Québécois célèbrent leur Fête nationale pour la toute première fois. La Ville de Longueuil reçoit de la grande visite pour l'occasion: Beau Dommage et Félix Leclerc s'accompagnent mutuellement et chantent ensemble sur une même scène. Le nouveau premier ministre du Québec, René Lévesque, leur fait l'honneur de sa présence.

En 1977, jouissant déjà d'une très grande popularité en Europe, Beau Dommage accepte d'y faire une première tournée majeure en compagnie de Julien Clerc.

Dissolution et réapparitions[modifier | modifier le code]

Malgré tous ces succès, la volonté de Michel Rivard de percer individuellement cause une première dissolution du groupe en 1978. Michel Rivard d'abord, Marie Michèle Desrosiers ensuite, entament alors des carrières solo. Éventuellement, Pierre Bertrand fera de même.

En 1984, année de son dixième anniversaire d'existence, Beau Dommage crée le spectacle des Retrouvailles pour remercier le public légion de son indéfectible affection et loyauté envers le groupe. Cela se traduit d'abord par deux spectacles dans le Vieux-Port de Québec, suivis peu de temps après de quatre autres au Forum de Montréal. À cette occasion, la compagnie de disque crée L'intégral, un coffret contenant les quatre premiers albums studio du groupe.

En 1992, les membres du groupe se rassemblent, le temps de faire partie d'un spectacle au Forum dans le cadre des festivités entourant le 350ème anniversaire de la fondation de Montréal. L'accueil qui leur est réservé est aussi imprévu que délirant.

En 1994, à la surprise générale, les membres de Beau Dommage annoncent leur retour ensemble et lancent un tout nouvel album studio de chansons originales. En quelques semaines, l'album est certifié double platine (200 000 exemplaires vendus)[réf. nécessaire].

En 1995, à la suite d'une imposante et triomphale tournée au Québec et en Europe, le groupe tire sa révérence et laisse en souvenir l'album Rideau, enregistré en direct lors de cette série de spectacles.

En 2005, le disque Beau D'Hommage voit le jour. Une dizaine d'artistes québécois y reprennent à leur manière les 11 chansons du premier album éponyme du groupe.

Le 28 juillet 2005, toute une soirée des FrancoFolies est consacrée aux chansons de Beau Dommage. Plusieurs artistes de renom dont Paul Piché, Mes Aïeux, les soeurs McGarrigle, rendent hommage au groupe en entonnant plusieurs de leurs grands succès. Pour clôturer la soirée, les membres du groupe Beau Dommage au grand complet s'installent à leur tour sur la grande scène et y interprètent quelques chansons bien connues de leur répertoire devant une foule record et sous un tonnerre d’applaudissements.

En 2009, Pierre Bertrand, Marie Michèle Desrosiers et Michel Rivard se retrouvent sur le plateau de télévision de Star Académie et chantent ensemble un pot-pourri des plus grands succès de Beau Dommage, lors du gala d'ouverture.

En 2009, afin de commémorer dignement le 35e anniversaire de la formation, le groupe présente L'album de famille, coffret souvenir incluant les cinq albums studio, des maquettes, des chansons inédites, ainsi que deux DVD.

Le 28 avril 2009, Beau Dommage est reçu à l'Assemblée nationale du Québec qui adopte une motion unanime soulignant «la contribution remarquable» de Beau Dommage «au patrimoine culturel et artistique du Québec». Tour à tour, chacun des membres de la formation reçoit la Médaille d'honneur de l'Assemblée nationale du Québec. Beau Dommage devient ainsi le premier artiste de l'histoire à se voir accorder une telle distinction.

En juillet 2013, Postes Canada immortalise le groupe Beau Dommage en émettant un timbre à son effigie.

En 2014, pour célébrer les quarante ans d'existence de Beau Dommage, la Ville de Montréal songe à honorer le groupe en baptisant soit un parc, un espace public ou une rue du nom de Beau Dommage.

Histoire à suivre...

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

En 2010 l'entreprise Productions Périphérie crée la comédie musicale Le blues d'la métropole. Le spectacle est basé sur l'oeuvre du groupe. Les comédiens Normand D'Amour, Pascale Montreuil et Sophie Tremblay en sont les principaux interprètes[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

En spectacle[modifier | modifier le code]

45 tours[6][modifier | modifier le code]

  • 1974 : Le picbois / À toutes les fois, Capitol, 85.102
  • Mai 1975  : Tous les palmiers / Le géant Beaupré, Capitol, 85.105
  • Octobre 1975 : Harmonie du soir à Châteauguay / La complainte du phoque en Alaska, Capitol, 85.109 / Europe : Capitol, 2 C 004-81917
  • 1975 : Tous les palmiers / Montréal, Capitol 2 C 010-82055 - publication européenne
  • Octobre 1975 : Le blues d'la métropole / Assis dans' cuisine, Capitol, 85.113 / Europe : Capitol, 2 C 010-82176
  • 1976 : Motel « Mon repos » / J'ai oublié le jour, Capitol, 85.118
  • 1976 : Heureusement qu'il y a la nuit / Bon débarras, Capitol, 85.122
  • 1976 : Amène pas ta gang / Montréal, Capitol, 85.124
  • 1977 : Gisèle en automne / Générique / Son ancien chum, Capitol, 85.131 (tiré du film Le soleil se lève en retard d'André Brassard)
  • 1977 : Seize ans en soixante-seize / Contre lui, Capitol, 85.134
  • 1977 : Tout va bien / Marie-Chantale, Capitol, 85.136
  • 1977 : Rouler la nuit / Le passager de l'heure de pointe, Capitol, 85.140
  • 1977 : Une amie d'enfance / Fin de soirée, Capitol, 85.141 - instrumentaux extraits de la pièce de théâtre Une amie d'enfance de Louise Roy et Louis Saia.
  • 1977 : C'est samedi soir / Cinéma. Capitol SP 524 - publication européenne
  • 1977 : Tout va bien / Ça fait longtemps. Capitol SP 523 - publication européenne
  • Avril 1978 : Hockey / Le coeur endormi, Capitol, 85.144
  • 1984 : 23 décembre / Tellement on s'aimait, Polydor, DJ 73 - Enregistré au Forum de Montréal.
  • 1984 : Le rapide blanc / Le rapide blanc (version courte), Polydor, 85 - Enregistré au Forum de Montréal.
  • 1994 : Échappé belle / Échappé belle (pour promotion et Jukebox) - Audiogram AD-5209

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Beau Dommage » est une vieille expression québécoise signifiant « bien sûr, bien entendu.»[1]
  2. La chanson est reprise, entre autres, par Félix Leclerc et par le groupe français Chanson Plus Bifluorée.
  3. La métropole Montréal
  4. Alain de Repentigny, « Le blues d'la métropole, un spectacle total qui nous ressemble », sur Lapresse.ca (consulté le 20 août 2012)
  5. http://www.qim.com/albums/description.asp?albumid=95
  6. http://www.biographiesartistesquebecois.com/Artiste-B/beaudomage/Beau%20Dommage.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Aubé, Chanson et politique au Québec, Tryptique, Montréal, 1990
  • Alain Brunet, Le Québec et la musique, Saint-Martin, Anjou, année inconnue
  • Gilles Lefebvre, La musique d’une vie, Fides, Montréal, 1993
  • Robert Léger, Écrire une chanson, Québec Amérique, Montréal, 2001
  • Bruno Roy, Et cette Amérique chante en québécois, Leméac, Montréal, 1978
  • Auteur anonyme, Les Joies de la musique québécoise, Journal Action-Montréal, Montréal, 30 juillet 2005, p. 12

Liens externes[modifier | modifier le code]