Bear Hunter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bear Hunter, décédé le 29 janvier 1863 était un chef indien de la tribu des Shoshone qui résista à la colonisation du Territoire de l'Idaho dans les années 1860.

La tribu des Shoshone vivait au nord du Nevada, à l'ouest de l'Idaho et de l'Utah, au cœur de la région dite du "grand bassin" des fleuves. C'étaient des cueilleurs, chasseurs de petit gibier, habitant de légers abris de branchages leur permettant de se déplacer aisément.

En 1859, des gisements d'argent sont découverts sur le territoire des Paiutes et des Shoshones de l'ouest. Bear hunter s'attaque avec ses compagnons aux campements de mineurs, aux lignes de télégraphe, aux convois d'immigrants transitant vers la Californie sur la Piste de l'Oregon. Les Shoshones du nord avec à leur tête le chef Pocatello les rejoignent et 2000 Shoshones et Bannocks attaquent un convoi d"une dizaine de chariots à "Massacre Rock" sur la Snake river faisant de nombreux morts parmi les immigrants.

Dans le Territoire de l'Idaho, lorsque quatre guerriers Shoshone furent fusillés et jetés dans la Bear River et plusieurs mineurs tués en représailles par les indiens, le colonel Patrick E. Connor, avec ses volontaires de Californie, obtint la permission de préparer une expédition en territoire Shoshone en janvier 1863. Ce fut le massacre de Bear River, du 23 janvier 1863.

Le colonel Patrick E. Connor qui commande le 3e régiment de volontaires de Californie conduit alors 300 hommes en Utah. Le 29 janvier, il décide de donner l'assaut au camp d'hiver du chef Bannock, Bear Hunter, retranché dans un ravin de la Bear river. Les soldats chargent dans une neige épaisse mais sont repoussés par les tireurs en embuscade.

Ensuite, 224 indiens, dont de nombreuses femmes et enfants, furent acculés au fond d'un ravin, leurs cadavres s'entassant sur 2 mètres de haut, tandis qu'on comptait 21 morts et 12 blessés chez les soldats. Plus d'une centaine de femmes et enfants furent faits prisonniers. Le chef Bear Hunter, pris vivant, est torturé par jeu puis tué par un soldat qui lui enfonça dans les oreilles une baïonnette rougie au feu. Connor gagnera ses galons de général lors de cette bataille[1].

Il y avait des pro-sudistes dans le territoire de l'Idaho. La plupart étaient d'abord allés sur la côte pacifique, lors de la Ruée vers l'or en Californie, avant d'obliquer vers Idaho lorsqu'il y a été trouvé de l'or[2].Après la guerre de Sécession, l'Idaho attira beaucoup de vétérans de l'Armée de l'Union. Le dernier à y mourir fut Israel Broadsword en 1952[3].

Le site du massacre de Bear River est aujourd'hui un National Historic Landmark[4],[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les indiens du grand bassin
  2. Dunn, Jacob. Indiana and Indianans (The American historical society, 1919) pg. 1166
  3. House, Rod. Civil War Veterans in Idaho (Idaho State Historical Society 2007)
  4. Bearss, Edwin. Bear River Battleground (National Park Service, 1990) pg. 8.2
  5. Bear River Massacre at Boa Ogoi, Idaho (American Civil War.com)
  6. Heidler, David. Encyclopedia of the American Civil War (W. W. Norton & Company, 2002) pg. 485