bc (Unix)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

bc, abréviation de « basic calculator », est un interpréteur de commandes Unix qui permet d'effectuer des calculs en arithmétique multiprécision. Sa syntaxe est proche du langage C.

bc peut interpréter un script ou être invoqué en ligne de commande, de façon interactive. Dans ce dernier cas, il suffit de taper en ligne de commande : bc, puis de saisir une expression mathématique, comme par exemple (1 + 3) * 2, et une fois entré cette ligne, l'interpréteur affichera 8.

Bien que bc effectue des calculs en arithmétique multiprécision (donc sans passer par la représentation en virgule flottante), il est réglé par défaut sur un résultat arrondi à l'unité : ainsi l'expression 2/3 renverra le résultat 0. L'option "- l" (taper "bc - l") déclenche un arrondi par défaut à 20 décimales, tout en intégrant quelques fonctions mathématiques courantes à l'interpréteur (sin, cos, atan, ln, exp essentiellement).

bc, écrit par deux chercheurs des Bell Labs (le cryptographe Robert Morris[1] et Lorinda Cherry) a été intégré à Unix en 1975 (version 6). Ses auteurs avaient d'abord écrit un interpréteur arithmétique multiprécision utilisant la notation polonaise inverse : dc (desk calculator). bc n'est, fondamentalement, qu'un préprocesseur de dc, et c'est un programme très court (il est obtenu par traitement d'un seul fichier par yacc) qui ne fait que traduire les expressions algébriques en notation polonaise inverse avant d'appeler dc.

Depuis 1991, POSIX a normalisé la syntaxe de bc. Il en existe aujourd'hui deux implémentations : celle d'Unix , qui est un préprocesseur de dc, que l'on retrouve sur le système d'exploitation Plan 9 ; l'autre est GNU bc, publié en 1991 par Philip A. Nelson.

GNU bc[modifier | modifier le code]

jackpotte@tools-login:~$ bc
bc 1.06.95
Copyright 1991-1994, 1997, 1998, 2000, 2004, 2006 Free Software Foundation, Inc.
This is free software with ABSOLUTELY NO WARRANTY.
For details type `warranty'.
1+1
2
scale = 20
sqrt(2)
1.41421356237309504880

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Chad Perrin, « Cryptographer and computer scientist Robert Morris dies at 78 », IT Security,‎ 8 juillet 2011 (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Site officiel