Bazoches-au-Houlme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazoches (homonymie).
Bazoches-au-Houlme
Image illustrative de l'article Bazoches-au-Houlme
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Putanges-Pont-Écrepin
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Orne
Maire
Mandat
Philippe Jeanne
2014-2020
Code postal 61210
Code commune 61028
Démographie
Gentilé Bazochiens
Population
municipale
479 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 06″ N 0° 14′ 22″ O / 48.8183333333, -0.23944444444448° 49′ 06″ Nord 0° 14′ 22″ Ouest / 48.8183333333, -0.239444444444  
Altitude Min. 90 m – Max. 230 m
Superficie 28,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Bazoches-au-Houlme

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Bazoches-au-Houlme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazoches-au-Houlme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazoches-au-Houlme

Bazoches-au-Houlme est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 479 habitants[Note 1] (les Bazochiens).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord du pays d'Houlme, aux confins de la campagne de Falaise. Couvrant 2 864 hectare, le territoire de Bazoches-au-Houlme est la plus étendu du canton de Putanges-Pont-Écrepin. Son bourg est à 6,5 km au nord de Putanges-Pont-Écrepin, à 9,5 km au sud de Falaise, à 22 km au nord-ouest d'Argentan et à 30 km à l'est de Flers[1].

Communes limitrophes de Bazoches-au-Houlme[2]
Les Loges-Saulces (Calvados),
Ménil-Vin
Fourneaux-le-Val (Calvados), Saint-Martin-de-Mieux (Calvados) Cordey (Calvados)
Ménil-Hermei Bazoches-au-Houlme[2] Neuvy-au-Houlme
Rabodanges Les Rotours Champcerie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté en 1059 sous la forme de Basilicis[réf. nécessaire], Basoches vers 1335[3]. Il est issu du latin basilica par l'ancien français basoche, « église »[4]. La commune est au nord du pays d'Houlme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution de 1789, Bazoches était le siège d'une sergenterie (subdivision judiciaire de la vicomté de Falaise).

De 1790 à 1802, Bazoches-au-Houlme est le siège d'un canton comprenant également : Champcerie, La Forêt-Auvray, Ménil-Hermei, Ménil-Vin, Neuvy-au-Houlme, Rabodanges, Ri, Rônai, Saint-Philbert-sur-Orne, ainsi que les anciennes communes de Fresnay-le-Buffard, La Chapelle-Monvoisin et Saint-Pavin.

En 1812[5], Bazoches-au-Houlme (937 habitants en 1806) absorbe La Chapelle-Monvoisin (50 habitants[6], au nord-ouest du territoire) et Saint-Pavin (71 habitants[7], au nord-est).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Michel Deuzet    
mars 2001 avril 2014 Nicole Delaunay SE Postière
avril 2014[8] en cours Philippe Jeanne SE Auto-entrepreneur en espaces verts
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 479 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Au premier recensement républicain, en 1793, Bazoches-au-Houlme comptait 1 200 habitants, population jamais atteinte depuis.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 200 965 937 1 115 1 146 1 107 1 114 1 145 1 025
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 065 1 031 894 817 778 794 711 691 647
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
629 610 515 520 522 483 523 483 483
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
442 386 332 335 334 404 479 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de La Chapelle-Monvoisin
1793 1800 1806
48 44 50
(Sources : EHESS[6])


Évolution démographique de Saint-Pavin
1793 1800 1806
103 92 71
(Sources : EHESS[7])


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (XIIe siècle). Son groupe sculpté La Vierge apportant la communion à sainte Avoie, provenant de l'ancienne église de Saint-Pavin, est classé à titre d'objet aux Monuments historiques[10].
  • Château du XVe siècle avec une tour de guet, vestige de la forteresse de Bazoches, inscrite aux Monuments historiques depuis le 14 septembre 1992[11].
  • Le château de Saint-Pavin (Padoinus ou Padvinus en 1370, devenu Saint-Pavin-sur-Baize).
  • Lavoir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 155
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Chapelle-Monvoisin », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 6 juillet 2013) .
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Pavin », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 6 juillet 2013) .
  8. a et b « Bazoches-au-Houlme (61210) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « Groupe sculpté : La Vierge apportant la communion à sainte Avoie », base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :