Bayldonite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bayldonite[1]
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[2]
Cristaux de Bayldonite, Angleterre

Cristaux de Bayldonite, Angleterre
Général
Classe de Strunz 8.BH.45
Formule brute PbCu3(AsO4)2(OH)2H2O
Identification
Masse formulaire 730,28 uma
Couleur vert pomme, vert jaunâtre, jaune, vert foncé
Classe cristalline et groupe d'espace Monoclinique prismatique; A2/a
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais Amorphe A
Macle Pseudoscalénoèdre sur (311)
Cassure irrégulière
Échelle de Mohs 4,5
Trait vert
Éclat résineux, gras
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα=1,950 nβ=1,970 nγ=1,990
Biréfringence Δ=0,040 ; biaxe positif
Transparence translucide
Propriétés chimiques
Densité 5,5
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La bayldonite est une espèce minérale de la classe chimique des arséniates de formule PbCu3(AsO4)2(OH)2H2O.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrit par Church en 1865[3]. Il a été ainsi nommé en hommage au physicien britannique John Bayldon qui est le découvreur.

Topotype[modifier | modifier le code]

Saint Day en Cornouailles (Royaume-Uni). Les échantillon types sont déposés au Musée d'histoire naturelle de Londres N°123.433

Habitus[modifier | modifier le code]

Variable, évoquant une surface grenue (croûte, mamelonnée concrétionnaire), parfois fibreuse. Il peut être trouvé en agrégat, ou pulvérulent. Très fréquent en pseudomorphose notamment de la mimétite. Les cristaux sont rares et peuvent atteindre un centimètre[4].

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle a = 14,083 Å, b = 5,893 Å, c = 10,152 Å, Z = 4; beta = 106,1 ° V = 809,48 Å3
  • Densité calculée = 5.99

Gîtologie[modifier | modifier le code]

La bayldonite se forme dans la zone d'oxydation des filons métallifères, aux dépens des sulfures, sulfo-arséniures et des arséniures.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

minéral (toxique)

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • cuproplumbite (Biehl1919) [5]
  • parabayldonite (Biehl1921) [6]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Angleterre
Saint Day en Cornouailles
  • Autriche
District de Neufinkenstein-Grabanz, Mont Mallestiger Mittagskogel., Finkenstein, Carinthie[7]
  • France
Mine "Les Montmins" (veine Ste Barbe), Échassières, Ébreuil, Allier, Auvergne[8]
Vallon des Graus, Capelet ., Belvédère, Saint-Martin-Vésubie, Alpes-Maritimes [9]
  • Italie
Pira Inferida, Mine Fenugu Sibiri, Gonnosfanadiga, Province Medio Campidano, Sardaigne[10]
  • Namibie
Tsumeb[11]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. American Mineralogist, volume 066, pp. 148-153 (1981)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Church (1865) Journal of the Chemical Society, London: 18: 265.
  4. The Handbook of Mineralogy Volume V, 2003 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols .
  5. Biehl (1919) Inaugural Dissertation Münster
  6. Biehl (1921) Min. Abstracts: 1: 20
  7. - Puttner, M. (1996): New minerals from the Neufinkenstein-Grabanz mine, Mallestiger Mittagskogel (western Karawanken, Carinthia, Austria). Aufschluss 47, 186-192
  8. J.M. Boisson et al. : "Filon Sainte Barbe, Commune d'Echassières, Allier, France", Le Cahier des Micromonteurs, 2000, 4, 3-46
  9. Vallon des Graus, Capelet Mt., Belvédère, Saint-Martin-Vésubie, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
  10. Brizzi, G., Olmi, F., Sabelli, C. (1994): Gli arseniati di Pira Inferida, Gonnofanadiga (CA). Rivista Mineralogica Italiana, 3/1994, 193-206.
  11. Mineralogical Record: 22: 421.