Baxter International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baxter.

Baxter International

Siège social Drapeau des États-Unis Deerfield (États-Unis)
Effectif 48 500
Site web [1]
Chiffre d’affaires 12,8B milliards de $ (2010)

Baxter International est une entreprise pharmaceutique américaine basée à Deerfield, Illinois. Celle-ci fut créée en 1931.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2012, l'entreprise déclare employer plus de 48 000 personnes dans le monde.

En décembre 2012, Baxter déclare racheter l'entreprise suédoise Gambro, spécialisée dans les traitements rénaux, pour 4 milliards de $[1].

En mars 2014, Baxter annonce la scission de ses activités de biotechnologies, activités ayant un chiffre d'affaires total de 6 milliards de dollars[2].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Contamination H5N1 en 2009[modifier | modifier le code]

Au début de 2009, des stocks de vaccins Baxter ont été contaminés par la grippe aviaire (H5N1). Des sources mortelles de H5N1 ont été mélangées avec des souches d'un sous-type de H3N2. Ils ont été envoyés à un certain nombre de laboratoires européens[3],[4]. Ce mélange a été détecté par un laboratoire tchèque après avoir tué des animaux[5]. Baxter a reconnu un problème de distribution et a affirmé qu'il n'y avait pas de chance que les vaccins incriminés puissent poser des problèmes à des humains[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Baxter to buy Sweden's Gambro for about $4 billion », Reuters,‎ 2012-12-04 (lire en ligne)
  2. Baxter plans to spin off biotech business in 2015, Reuters, 27 mars 2014
  3. « Baxter Sent Bird Flu Virus to European Labs by Error », Bloomberg L.P.,‎ 2009-02-24 (lire en ligne)
  4. « Baxter bird flu botch », Scienceblogs,‎ 2009-02-28 (lire en ligne)
  5. « Baxter admits flu product contained live bird flu virus », The Canadian Press,‎ 2009-02-27 (lire en ligne)
  6. A Jack, « WHO mulls stricter transport of bio products », Financial Times,‎ 2009-03-16 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]