Baudonivie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Baudonivie est une historienne des VIe et VIIe siècles de Poitiers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franque issue d'une famille aristocratique, elle entre vers 570 au monastère de Sainte-Croix de Poitiers[1].

Travail[modifier | modifier le code]

Elle se consacre à l'étude du trivium pour lequel elle enrichit la lingua rustica romana d'éléments celtiques[1]. Elle s'occupe de transcriptions de manuscrits latins, notamment tirés des éléments d'Euclide[1].

Elle transcrit les Etymologies d'Isidore de Séville auxquelles elle rajoute les savoirs de son temps[1]. Elle écrit, sur demande de l'abbesse de Sainte-Croix en 600, la biographie de Radegonde, fondatrice du monastère ; la précédente version, de Venance Fortunat, étant jugée trop peu vivante ; la version de Baudonie est moins figée et met en avant la dimension géopolitique de la vie de Rosemonde[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Noces de Mercure et de la philologie
  • De vita sancta Radegundis, libri duo, Monumenta Germaniae Historica, in Scriptores Rerum Merovingicarum, B. Krusch, tome II, Hanovre, 1888, p. 358-395.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jean-Pierre Poirier, Histoire des femmes de science en France : Du Moyen-Âge à la Révolution,‎ 2002 (ISBN 2-85704-789-4), p. 37-42

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Biographie universelle, Louis-Gabriel Michaud, 1811
  • Récits des temps mérovingiens, Augustin Thierry, 1834-1840
  • Vie de sainte Radegonde par la moniale Baudonivie, Yvonne Labande-Mailfert
  • La Femme au temps des cathédrales, Régine Pernoud, Stock, 1980
  • Baudonivie la biographe, Claudio Leonardi, dans La vie quotidienne des femmes au Moyen Âge, Hachette, 1997
  • Roger-Xavier Lantéri, Les Mérovingiennes, Éditions Perrin, coll. « Tempus »,‎ 2000 (ISBN 2-262-02475-8)
  • Isidore de Séville, Jacques Fontaine