Battery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Battery

Single de Metallica
extrait de l'album Master of Puppets
Sortie 1985
Enregistré Septembre - décembre 1985
Sweet Silence Studios
Copenhague
Drapeau du Danemark Danemark
Durée 05:10
Genre Thrash metal
Format EP
Compositeur James Hetfield
Lars Ulrich
Producteur Metallica
Flemming Rasmussen
Label Elektra Records

Singles de Metallica

Battery est la première piste du 3e album de Metallica, Master of Puppets, sorti en mars 1986. Ce fut aussi un des singles de l'album sorti la même année. À l'instar de "Fight Fire With Fire", premier morceau de l'album précédent, Ride the Lightning, Battery débute par une partie de guitare claire et assez lente. Ici, quatre guitares acoustiques sont utilisées pour jouer cette partie avant que la basse et la batterie ne viennent soutenir une redite de la précédente partie, cette fois en son saturé ; cela dure jusqu'à 1:06 avant le riff rapide, très thrash metal qui constitue le cœur du morceau.

Titres[modifier | modifier le code]

  1. Battery (05:10) (Hetfield, Ulrich)

Formation[modifier | modifier le code]

En live[modifier | modifier le code]

Pendant les concerts le début de la chanson n'est pas joué. Dans la version live de la chanson jouée pendant le Live Shit: Binge and Purge les intros des chansons No Remorse, Ride the Lightning et So What? sont jouées dans la chanson. Quand Battery a été interprétée pendant le concert du groupe en 1999 avec l'orchestre symphonique de San Francisco, l'intro de la chanson jusqu'au riff thrash de guitares a été jouée par des musiciens faisant partie de l'orchestre utilisant un pizzicato au début du morceau.

Battery est inclus dans les jeux Rock Band 2 et Guitar Hero: Metallica.

Paroles[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les paroles de la chanson, elle parle d'un homme normal qui craque du jour au lendemain, et se met à tuer sans raison. L'intro acoustique du morceau, puis son interruption par les guitares saturées et le rythme effréné illustre bien cette folie soudaine. Puis elle traite du fait que la colère peut dominer notre comportement. On peut dire que la chanson traite enfin d'hommes rendus esclaves par leur propre violence. Le titre de la chanson fait référence à Battery dans le sens de voies de fait montré dans les paroles suivantes : Smashing through the boundaries / Lunacy has found me / Cannot stop the battery.

Battery fait partie régulièrement des setlists du groupe joué soit au début soit à la fin de leurs concerts et dans certains cas le morceau est aussi utilisé comme chanson avant une pause ; quand elle est jouée la chanson peut s'arrêter avant l'intermède et le chanteur demande à la foule « Are you alive ? How does it feel to be alive ? » et suivi par le solo de Kirk Hammett. De plus, durant le refrain de la version originale on peut entendre Cliff Burton rugir à chaque fois que James Hetfield répète Battery.

Dans une interview d'octobre 2007, le chanteur du groupe Evile a déclaré qu'il est devenu intéressé par Metallica à travers Master of puppets en disant : « La première fois que j'ai écouté Battery j'ai pensé c'est ça ; je veux que le Metal soit à moi et tout ce que je veux écouter c'est du Metal. »

Reprises[modifier | modifier le code]

Puis sur une de leurs chansons Animetal (en) utilise le riff de Battery pendant toute la chanson Touch avec cependant quelques changements. Cette chanson a été reprise par le groupe Ensiferum pour EvIL Ultimate Metal Covers No. 55. Elle est aussi incluse sur le single Tale of Revenge. On peut également la retrouver en bonus track sur la version collector du deuxième album du groupe, Iron.

  • Prototype pour Phantom Lords - A Tribute to Metallica en 2002.
  • Ensiferum reprend ce morceau en tant que bonus track sur leur album Iron.

La chanson The Bitter End du groupe Sum 41 est très proche de la chanson, ayant des rythmes similaires et la même structure musicale, plus particulièrement le premier solo de guitare après le premier couplet et refrain, aussi bien que les riffs plus lents menant au second solo. De plus, le début a un air de la chanson Through the Never du Black Album.