Battersea Power Station

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 28′ 54″ N 0° 08′ 41″ O / 51.4818, -0.1447

Battersea Power Station vue depuis un Eurostar approchant la Gare de Londres-Waterloo

La Battersea Power Station est une des premières grandes centrales électriques au charbon d'Angleterre. La production a été arrêtée en 1983, c'est aujourd'hui un bâtiment historique londonien et depuis 2007, un monument classé de Grade II*[1].

Emplacement[modifier | modifier le code]

La Battersea Power Station se situe au sud-ouest de Londres, sur la rive sud de la Tamise, SW11, non loin des lignes ferroviaires menant à la "Victoria Station".

Historique[modifier | modifier le code]

La centrale en 1934, avec ses deux cheminées.

Au tout début de la diffusion de l'électricité, des compagnies privées se partageaient le marché, ce qui rendait la couverture plus ou moins dense selon les endroits. Dans les années 1920, le gouvernement décida alors de créer une compagnie d'État qui gérerait l'ensemble du réseau. Cette décision souleva des réactions chez les producteurs d'électricité. Et la privatisation ne se fera que plus tard : en 1925, un groupe de producteurs se regroupa pour former une compagnie capable de construire de très grosses centrales pour Londres, ce sera la naissance de la London Power Company.

Le premier projet est dessiné par Giles Gilbert Scott, le même que celui de la centrale de Southwark (l'actuelle Tate Modern). Au départ, elle n'est dotée que de deux cheminées avec un intérieur art déco, sa construction dure de 1929 à 1939 et la seconde partie est rajoutée entre 1953 et 1955 de la même apparence pour ce qui concerne l'extérieur. C'est le bâtiment en briques le plus grand d'Europe. La partie la plus vieille est arrêtée en 1975 et la plus récente en 1983.

Après l'arrêt[modifier | modifier le code]

Parkview (en)[2], propriétaire depuis 1983[3], a investi 500 millions de livres[réf. nécessaire] pour construire hôtels, appartements, restaurants panoramiques et même un théâtre et un cinéma sur le site[4] déclaré monument classé de Grade II en 1980[5],[6]. Une liaison ferroviaire avec la gare Victoria est prévue.[réf. nécessaire]

Le 4 mai 2012, devant une impossibilité d'agrandir son stade actuel de Stamford Bridge, le milliardaire russe Roman Abramovitch, propriétaire du Football club de Chelsea, annonce avoir fait une offre pour le rachat de ce site dans le but d'en faire son nouveau stade[7].

En janvier 2013, c'est finalement un consortium malaisien Battersea Power Station Development Company qui prend en charge, pour 520 millions de livres, l'avenir du site de 16 hectares. Le projet, qui prévoit un hôtel de luxe, des logements et un centre commercial, est annoncé à 8 milliards de livres. Il est confié à l'architecte uruguayen Rafael Vinoly; la participation de Frank Gehry et Norman Foster est également annoncée[8].

Culture[modifier | modifier le code]

Elle figure sur la pochette de l'album Animals (1977) du groupe Pink Floyd avec un ballon en forme de cochon volant[9], ainsi que dans le livret intérieur de l'album Quadrophenia (1973) des Who[9]. Elle est également visible en 1979 dans le clip de Jumpin' someone Else This Train de The Cure. En juillet 2009, la centrale a accueilli le groupe britannique Muse pour un photoshoot accompagnant la sortie de leur cinquième opus, The Resistance[9].

Elle a servi pour des concerts, un tournage de film (dont 1984) et pour accueillir le Cirque du Soleil.

La centrale apparaît également en 2006 dans deux épisodes de la série Doctor Who (Le Règne des Cybermen, première partie et Le Règne des Cybermen, deuxième partie). Elle sert de base opérationnelle pour la transformation des humains en cybermen. Elle apparait également dans le film d'Alfonso Cuaron Les Fils de l'homme, rendant hommage à la pochette de l'album Animals de Pink Floyd, puisqu'un cochon gonflable y est arrimé dans l'arrière plan.

En peinture, elle apparaît dans l'oeuvre Sun Bridge du peintre américain H. Craig Hanna, qui a vécu à Londres de nombreuses années.

On peut également la remarquer dans l'épisode Un scandale à Buckingham, de la série Sherlock, lorsque le personnage de John Watson est amené à avoir une entrevue avec Irène Adler.

Elle apparait dans le film Nanny McPhee et le Big Bang dont l'action se situe durant la Seconde Guerre mondiale ; on aperçoit brièvement, au milieu de ballons de barrage, un ballon en forme de cochon volant entre les deux premières tours, comme sur la pochette de l'album de Pink Floyd[10].

Dans le jeu de stratégie Command & Conquer : Alerte Rouge, qui met en scène une guerre froide alternative en Europe, les centrales électriques avancées que peuvent construire les factions représentent la Battersea Power Station[11].

Elle sert aussi de circuit ou terrain de jeu dans les jeux vidéo Colin McRae: Dirt 2 et Dirt 3.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]