Bath (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bath (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Bathurst (Nouveau-Brunswick).
Bath
Église baptiste de Bath
Église baptiste de Bath
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Carleton
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Troy F.J. Stone
2012-2016
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 532 hab. (2011 en augmentation)
Densité 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 31″ N 67° 35′ 38″ O / 46.508613, -67.59389946° 30′ 31″ Nord 67° 35′ 38″ Ouest / 46.508613, -67.593899  
Superficie 203 ha = 2,03 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1311030
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Bath

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Bath

Bath est un village du comté de Carleton, situé à l'ouest du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
Le fleuve Saint-Jean à Bath.

Bath est probablement nommé d'après la ville de Bath, en Angleterre. Le bureau de poste a porté le nom de Munquart de son ouverture en 1852 jusque vers 1875[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bath est situé dans le comté de Carleton, à 131 kilomètres de route au sud-est d'Edmundston et à 149 km au nord-ouest de Fredericton. Le village est bâti sur la rive gauche (est) du fleuve Saint-Jean.

Bath est enclavée dans la paroisse de Kent. La paroisse de Wicklow s'étend sur la rive opposée du fleuve, au sud-ouest. Les municipalités les plus proches sont Florenceville-Bristol, à 8 km de route au sud, et Perth-Andover, à 32 km au nord. Bath a une superficie de 2,03 kilomètres carrés[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Une station météorologique est située non loin, à Beechwood. Le village bénéficie d'un climat continental humide. Le mois le plus chaud a une température moyenne de 19,1 °C et le plus froid une température de -11,8 °C[3]. Le village reçoit 1100 mm de précipitation annuellement dont 230 cm de neige[3]. La journée la plus chaude fut le 20 juillet 1991, avec 36 °C et la plus froide fut le 20 janvier 1994, avec -39 °C[3]. La journée ayant eu le plus de précipitations fut le 22 juin 1993, avec 92,2 mm de pluie[3]. Le 17 janvier 1994 a le record de neige, avec 51 centimètres, alors que la plus importante accumulation a eu lieu le 29 janvier suivant, avec 100 cm[3].

Relevé météorologique de Bath (Beechwood) (1971-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −17,4 −16,4 −9,5 −1,5 4,7 10,2 13,1 12,2 7,1 1,9 −3,5 −12,6 −1
Température moyenne (°C) −11,8 −10,4 −4 3,7 11 16,4 19,1 18,1 12,7 6,7 0,2 −7,8 4,5
Température maximale moyenne (°C) −6,1 −4,3 1,5 8,8 17,2 22,5 25,2 24 18,2 11,4 3,9 −3 9,9
Précipitations (mm) 99,9 57 77,5 78,2 94,4 98,4 103,5 101,4 92,2 98,1 99,2 98,2 1 092,4
dont pluie (mm) 36,7 13,9 35,6 63 94,1 98,4 103,5 101,4 92,1 97,9 81,1 46 863,7
dont neige (cm) 63,1 43,1 41,8 15,2 0,3 0 0 0 0,1 0,2 18,1 46,8 228,7
Source : Environnement Canada[3]


Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 218 logements privés en 2006, dont 205 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 80,5 % sont individuels, 4,9 % sont jumelés, 7,3 % sont en rangée, 4,9 % sont des appartements ou duplex et 4,9 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 73,2 % des logements sont possédés alors que 26,8 % sont loués. 75,6 % ont été construits avant 1986 et 0,0 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 7,0 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 79 003 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Rue principale de Bath en 1920
Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Le bureau de poste de Bath est fondé en 1852[5]. En 1904, Bath comptait de plus deux scieries, un moulin à farine, huit magasins, deux hôtel et trois églises[5]. L'école intermédiaire est inaugurée en 1954[6]. Bath est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[7]. L'école élémentaire ouvre ses portes en 1967[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 512 habitants en 2006, soit une baisse de 13,5 % en 5 ans[2]. Il y avait alors en tout 205 ménages dont 145 familles[4]. Les ménages comptaient en moyenne 2,4 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 3,0 personnes[4]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 16,6 % des cas, de couples sans enfants dans 34,1 % des cas et de personnes seules dans 31,7 % des cas alors que 19,5 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[4]. 58,6 % des familles comptaient un couple marié, 13,8 % comptaient un couple en union libre et 27,6 % étaient monoparentale[4]. Dans ces dernières, une femme était le parent dans 87,5 % des cas[4]. L'âge médian était de 41,2 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[2]. 79,4 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[2]. Les femmes représentaient 52,4 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[2]. Chez les plus de 15 ans, 32,1 % étaient célibataires, 43,2 % étaient mariés, 3,7 % étaient séparés, 8,6 % étaient divorcés et 12,3 % étaient veufs[2]. De plus, 9,9 % vivaient en union libre[2].

En termes de population, Bath se classe au 221e rang de la province.

Évolution démographique de Bath depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
794 738 653 629 592 512 532
(Sources : [8],[9],[2])


Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Carleton, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[12].

Évolution du taux de chômage à Bath
Sources[13],[14],[15]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de trois conseillers[7]. Le conseil reste inchangé depuis l'élection de 12 mai 2008, le maire étant même élu par acclamation[16]. Un second dépouillement doit avoir lieu mais le maire Troy E. Stone conserve son poste face à Anna Marie Kilfoil par une majorité de quatre voix[7]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[7].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Troy F.J. Stone
Conseillers Barbara Lynn McIntosh, Jodi A. O'Neil et Charles H. McNair.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Troy F.J. Stone
Conseillers Leo E. Denny, Donn G. Holmes, Joseph N. Hopkins et Michael A. MacInnis.
Liste des maires successifs de Bath
Parti Mandat Nom
     Indépendant 1989-1995[17] Walter S. Feeney
     Indépendant 1995-en cours Troy F.J. STone

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Bath fait partie de la Région 12[18], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[19]. Bath est représenté au conseil par son maire[20]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[21].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Bath est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[22].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Bath fait partie de la circonscription provinciale de Carleton, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Dale Graham, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 1993 puis réélu depuis ce temps.

Drapeau du Canada Canada: Bath fait partie de la circonscription électorale fédérale de Tobique—Mactaquac, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Michael Allen, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 39e élection générale, en 2006, et réélu en 2008.

Vivre à Bath[modifier | modifier le code]

La route 105 à Bath.

Éducation[modifier | modifier le code]

Bath compte deux écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #14. Les élèves fréquentent tout d'abord l'école élémentaire Bath de la maternelle à la 5e année avant d'aller à l'école intermédiaire Bath jusqu'en 8e année. Les élèves doivent ensuite poursuivre leurs études à l'école secondaire Carleton North de Florenceville-Bristol.

Le village est inclus dans le territoire du sous-district 8 du district scolaire Francophone Nord-Ouest[23]. Les écoles francophones les plus proches sont à Grand-Sault. Cette ville compte aussi un campus du CCNB-Edmundston alors qu'il y a une université à Edmundston même.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Bath possède un service de pompiers, établi en 1965. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Florenceville-Bristol.

Le village bénéficie d'un foyer de soins agréés, le River View Manor. Il y a aussi un bureau de poste.

L'église St. Joseph's est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Saint-Jean.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton. Ils ont aussi accès au bi-hebdomadaire Bugle-Observer, publié à Woodstock. Les francophones ont accès par abonnement au quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Bath est officiellement anglophone[24] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Maurice Dionne (1936-2003), enseignant, directeur d'école et homme politique, né à Bath.

Médias[modifier | modifier le code]

Un journal a été publié à Bath dans le passé : The Gospel Standard en 1932[25].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Kent Paroisse de Kent Paroisse de Kent Rose des vents
Paroisse de Wicklow, fleuve Saint-Jean N Paroisse de Kent
O    Bath    E
S
fleuve Saint-Jean
Paroisse de Wicklow
fleuve Saint-Jean
Paroisse de Wicklow
Paroisse de Kent

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 46.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « Profils des communautés de 2006 - Bath - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  3. a, b, c, d, e et f « Normales climatiques au Canada 1971-2000 - Beechwood », sur Environnement Canada (consulté le 13 mars 2011).
  4. a, b, c, d, e et f « Profils des communautés de 2006 - Bath - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  5. a et b « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Bath », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 19 septembre 2011).
  6. a et b [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012).
  7. a, b, c et d « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  8. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  9. « Profils des communautés de 1996 - Bath - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  10. (en) Cleadie B. Barnett, « New Brunswick Parishes », dans New Brunswick's Past, 17 avril 1998 [lire en ligne (page consultée le 27 novembre 2008)].
  11. (en) Craig Walsh, « Territorial Division Act (1786) », dans History of New Brunswick, Canada, 2001 [lire en ligne (page consultée le 27 novembre 2008)].
  12. (en)« Enterprise Carleton Region - Who We Are...! », sur Entreprise Carleton (consulté le 8 novembre 2012).
  13. « Profils des communautés de 1996 - Bath - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 10 mars 2012).
  14. « Profils des communautés de 2001 - Bath - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 10 mars 2012).
  15. « Profils des communautés de 2006 - Bath - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 10 mars 2012).
  16. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  17. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le 2 juin 2014)
  18. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  19. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  20. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  21. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  22. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  23. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  24. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].
  25. Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]