Bateaux de Ferriby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les bateaux de Ferriby sont des vestiges archéologiques de cinq bateaux de l'Âge du bronze (environ 1800 av. J.-C.), dont trois font partie des plus anciennes barques européennes construites en planches[1]. Des artefacts métalliques ainsi que de l'ambre montrent que ces navires devaient traverser la mer du Nord pour le commerce ou du moins pour les échanges. Ils furent découverts en 1937 sur la rive nord de l'Humber, à proximité de North Ferriby dans l'East Yorkshire en Angleterre.

Mémorial en l'honneur de E V Wright (1918-2001) à l'endroit de la découverte des Bateaux de Ferriby

Les fouilles[modifier | modifier le code]

La découverte[2][modifier | modifier le code]

Des planches furent remarquées dans l'estran de l'Humber en 1937 par Edward et Ted Wright[3], des fouilles eurent lieu à partir de 1938 effectuées par philip Corder, mettant au jour en 1939-40 les vestiges du premier bateau, Ferriby-1. En novembre 1940 fut mise au jour la planche-quille du deuxième bateau, Ferriby-2, par les frères Wright[4], jusqu'à ce que la guerre oblige l'arrêt des fouilles.

La reprise des fouilles[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, en 1946, les fouilles sont reprises et les restes des barques (Ferriby-1 et Ferriby-2) sont alors découpés pour être amenés au musée national de la Marine à Greenwich, où elles sont datées de l'Âge du Bronze.

En 1963, Ted Wright découvre les restes d'un troisième bateau, Ferriby-3, qui sont retirés et amenés au musée de Hull.

En 1984 et 1989, sont découverts quelques rares restes de deux autres bateaux, Ferriby-4 et Ferriby-5.

Datation au carbone 14[modifier | modifier le code]

Les premières datations au carbone 14 en 1958 confirment que les deux premières barques sont bien de l'Âge du Bronze tardif (environ 750 av. J.-C. ± 150 ans), mais la technique de datation datant de 1951, de nouvelles mesures furent effectuées dans les années 1980, ceci repoussât l'ancienneté des trois premiers bateaux aux environs de 1300 av. J.-C., les bateaux 4 et 5 ne datant eux que de 400 av. J.-C.

Une nouvelle datation fut effectuée ultérieurement et en mars 2001 ces restes furent proclamés comme étant les plus anciennes barques assemblées d'Europe[5].

Les éléments découverts[6][modifier | modifier le code]

Seulement quelques restes ont été découverts, le bateau le plus complets étant Ferriby-1. Voici les détails des vestiges par bateaux.

Ferriby no 1 (1880 av. J.-C. - 1680 av. J.-C.)[modifier | modifier le code]

Découvert en 1937, ce bateau, bien qu'étant le plus complet des trois, reste toutefois très incomplet, en effet ne reste plus guère que quelques planches de chênes, dont une planche-quille incomplète, et trois morceaux de virures, elles aussi incomplètes, deux à tribord et une à bâbord. La planche-quille est en fait composée de deux planches fixées entre elles à l'aide d'un écart[7] à mi-longueur de coque. Ce bateau, ou du moins ce qu'il en ne reste, mesure 13,32 mètres de long pour une largeur au maître-bau de 1,67 mètre. font environ 30 centimètres d'épaisseur (30 cm au niveau de la proue, 32 cm pour la virure de galbord).

Ferriby no 2 (1940 av. J.-C. - 1720 av. J.-C.)[modifier | modifier le code]

Découvert en 1940, de cette barque, il ne reste plus uniquement que la planche-quille en chêne, incomplète comme celle de Ferriby-1. Elle est constituée de deux planches jointes grâce à un écart. Cette pseudo-quille mesure 11,40 mètres de long, 0,7 mètre de largeur pour une épaisseur de 10 cm.

Ferriby no 3 (2030 av. J.-C. - 1780 av. J.-C.)[modifier | modifier le code]

Découvert en 1963, il ne reste plus que deux virures incomplètes en chêne. Celle du bas mesure 7,7 mètres de long, pour 5,67 mètres pour l'autre.

Ferriby nos 4-5 (environ 400 av. J.-C.)[modifier | modifier le code]

Découverts en 1984 et 1989, seuls de très petits morceaux ont été découverts. De plus, étant plus récents, ces bateaux ont donc été peu étudiés.

Technique de construction[8],[9],[10][modifier | modifier le code]

Bien que très postérieurs, ces bateaux ne différent guère dans la technique de construction avec les autres bateaux cousus connus en Europe, par exemple celui de Hjortspring.

À cause des faibles vestiges découverts, la technique de construction n'est pas certaine mais probable, les indices laissent à penser que Ferriby-1 et Ferriby-2 étaient construits suivant la même technologie. Quant à Ferriby-3, l'absence de la planche-quille ne permet pas cette certitude même si cela semble assez probable.

Points communs[modifier | modifier le code]

Les virures de galbord sont fixées sur la quille à l'aide de liens souples en if passant par des trous sur les planches. Les virures sont fixées entre-elle de la même façon. Le profil du bateau est plutôt à fond plat, bien que la planche-quille présente une courbure longitudinale afin d'améliorer la maniabilité. Il est également fort probable que le maintien latéral de la coque était réalisée à l'aide de fines membrures et barrots de pont (utilisés également comme banc de nage), couple et traverses passant à travers des taquets se trouvant sur l'intérieur des planches. Il semble que l'usure de la base de certains taquets indique qu'à l'origine les virures basses étaient soutenues plus fortement par les traverses. L'étanchéité de la coque était effectuée à l'aide de mousse entre les planches recouvertes de fines lattes de chêne à l'intérieur de la coque. La propulsion devait s'effectuer à l'aide de pagaies.

Particularité[modifier | modifier le code]

Ferriby-1[8][modifier | modifier le code]

  • Des fentes dans la structure des taquets semblent indiquer la présence de planches courbes dans les virures, bien qu'il n'y ait aucune preuve de la manière dont elles pouvaient être fixées.
  • Il y a sur la face extérieure de la planche-quille, à une extrémité, un taquet troué qui pouvait servir au passage d'une corde afin de fixer la structure à l'extrémité avant.

Ferriby-3[10][modifier | modifier le code]

  • Il n'y a pas de trace de taquets, mais la coque est très incomplète.
  • L'espacement des trous pour les liens n’est pas identique avec celui de Ferriby-2[9], ce qui tend a prouver qu'il s'agit bien d'un autre bateau.
  • C'est ce bateau qui est donc le plus ancien bateau en planche en Europe[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.hullcc.gov.uk/museumcollections/collections/storydetail.php?irn=470 |Site du musée de Hull (en anglais)
  2. http://www.prehistory.yas.org.uk/content/ferriby.html%7C Page sur les bateaux de Ferriby de la Section archéologique du Yorkshire (en anglais)
  3. http://www.ferribyboats.co.uk/ |Site sur les bateaux de Ferriby (en anglais)
  4. Ne pas confondre avec les célèbres aviateurs américains
  5. a et b http://www.ferribyboats.co.uk/dating/index.html |Site sur les bateaux de Ferriby (en anglais)
  6. http://www.penn.museum/documents/publications/expedition/PDFs/16-1/Wright.pdf |Résumé des fouilles par E V Wright sur le site du musée d'Archéologie et d'Anthropologie de l'université de Pennsylvanie (en anglais)
  7. http://www.arwenmarine.com/GlossaireS1.html | Définition sur le site Arwen
  8. a et b http://www2.rgzm.de/navis/home/..%5Cships%5Cship027%5CShip027.htm | Ferriby-1 sur Navis (en anglais)
  9. a et b http://www2.rgzm.de/navis/home/..%5Cships%5Cship028%5CShip028.htm%7C Ferriby-2 sur Navis (en anglais)
  10. a et b http://www2.rgzm.de/navis/home/..%5Cships%5Cship029%5CShip029.htm | Ferriby-3 sur Navis (en anglais)

Liens externes[modifier | modifier le code]