Batcave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 30′ 48″ N 0° 07′ 57″ O / 51.5134, -0.1326

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batcave (homonymie).
Alien Sex Fiend est un des groupes emblématiques qui sera rendu célèbre par The Batcave, et ses décors de scène extravagants et auto-parodiques sont typiques de l'esthétique de la boîte de nuit

The Batcave (['ðə 'bætkeiv]) était une boîte de nuit londonienne ouverte de 1982 à 1985 qui s'est démarquée dans la vie nocturne de Soho par la singularité de son ambiance, de sa musique et de son décor caractéristiques. Point de ralliement des premiers gothiques, son mot d'ordre était « Absolutely no funk ».

L'équipe du club est partie en tournée en 1983 en Angleterre et aux États-Unis et incarnera bientôt un genre musical qui ajoute au punk une théâtralité issue du glam rock et du romantisme noir du XIXe siècle. Il est souvent confondu avec le death rock américain auquel il se rattache beaucoup.

L'ouverture du club[modifier | modifier le code]

The Batcave a ouvert ses portes le 21 juillet 1982 au Gargoyle situé à l'angle de Meard Street et de Dean Street no 69-70 dans le quartier de Soho au cœur de Londres. Son fondateur était Ollie Wisdom, par ailleurs chanteur du groupe Specimen, qui joua dans la soirée d'inauguration. Les soirées avaient lieu chaque mercredi au quatrième étage du bâtiment. Un passage en forme de cercueil menait à une petite pièce décorée avec du cuir, de la dentelle et différents accessoires de film d'horreur qui « donnait l'impression d'être en même temps un cinéma, un cabaret, un théâtre, une discothèque et une salle de concert »[1]. Même si le club ne s'affichait pas au départ comme gothique, un terme encore méconnu à l'époque, la direction musicale post-punk, rockabilly, psychobilly, voire parfois rap ou industrielle attirait un public caractéristique du mouvement.

« Je joue ce que j'appelle une large courbe de son, passant par Siouxsie et les Cramps avec une touche de Sweet et des Specimen, en étirant l'ensemble jusqu'à Eddie Cochran et Death Cult »

— Hamish McDonald, dj au Batcave[2]

Parmi les artistes proéminents qui sont passés au Batcave, on peut compter Siouxsie Sioux, Steve Severin, Robert Smith, Marc Almond (Marc & The Mambas), Ultravox, The Birthday Party, J. G. Thirlwell (Foetus), Lydia Lunch, (Death Cult), Vince Clarke (Depeche Mode), Boy George, Danielle Dax, The Damned, The Bollock Brothers, Jimmy Pursey (Sham 69), Wayne County, Gary Glitter, Robert Pereno (comme Barman) ou Sigue Sigue Sputnik. Les deux DJ étaient Hamish McDonald (de Sexbeat) et Annie Hogan (membre de Marc & The Mambas)[3].

Groupes majeurs[modifier | modifier le code]

De nos jours[modifier | modifier le code]

Un nouveau genre musical[modifier | modifier le code]

On peut reconnaître aujourd'hui les formations issues du mouvement batcave à leurs prestations scéniques très théâtrales, ainsi qu'au romantisme noir qui imprègne tant leurs textes que leurs costumes de scène. Cet aspect visuel reste une donnée fondamentale du mouvement batcave actuel, mais aussi de la scène gothique en général.
L'aspect théâtral des prestations scéniques demeure une composante essentielle du mouvement batcave actuel, dans des groupes comme Cinema Strange, Violet Stigmataetc.. Bien qu'étrangement minoritaire (en comparaison d'autres mouvements issus de la scène du club Batcave, comme le Metal industriel ou la darkwave) au sein du mouvement gothique, la scène batcave n'en reste pas moins active, notamment en France où, entraînée par le groupe Neva et son chanteur Jacquy Bitch, elle garde une grande influence sur la scène actuelle avec des groupes comme The Cemetary Girlz, Castrati., Violet Stigmata, Human Shame ou Chrysalis Morass.

Nouvelle Scène[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dave Thompson & Kirsten Borchardt, Helden und Legenden des Gothic Rock, Schattenwelt,‎ 2004, p. 180 „gleichzeitig Kino, Kabarett, Theater, Diskothek und Live-Club zu sein schien“
  2. Elegy (n°55, page 64).
  3. Dave Thompson & Kirsten Borchardt, Helden und Legenden des Gothic Rock, Schattenwelt,‎ 2004, p. 187