Bataville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 41′ 16″ N 6° 48′ 14.1″ E / 48.68778, 6.803917

Usine Bata

Bataville est le nom donné à un ensemble industriel et urbain unique en Moselle dans la région Lorraine (France) inscrit dans le Patrimoine du XXe siècle dans la mouvance du Bauhaus, construit à partir de 1931 pour le compte de Tomáš Baťa (1876 - 1932), fondateur de la marque de chaussures Bata et premier producteur mondial. Le patrimoine construit conserve un caractère paternaliste jusque dans les équipements, le village étant l'un des plus dotés du département pour le sport et la jeunesse.

Activités[modifier | modifier le code]

Bien que totalement autonome, puisqu’elle est dotée de commerces, d’écoles, d’une piscine et d’une église, la cité ouvrière est située en lisière de forêt sur le territoire des communes Moussey, Maizières-lès-Vic et Réchicourt-le-Château, au cœur du Pays des étangs. Bataville s’est surtout développée dans les années 1950 et en a hérité une architecture de pavillons et d'équipements soignée à l’esthétique emblématique bien que modeste.

Histoire[modifier | modifier le code]

La multinationale a décidé la cessation d'activité sur le site de Bataville en janvier 2002. En 2001, la fermeture de l'usine qui employait 840 salariés a soulevé un important conflit social et une vive émotion dans l'opinion. Cet épisode à notamment donné lieu à une émission, Carnets secrets d'un dépôt de bilan, diffusée sur France 3 dans le cadre du magazine Pièces à conviction (no 16, mai 2002) et à un film documentaire, Pas un pas sans Bata, de Jérôme Champion (2003).

La plate-forme logistique est toujours en activité sur le site avec plusieurs entreprises : une entreprise indépendante de fabrication de bottes isothermes, une fabrique de carton, une société d’archivage et une société de conception de structures pour le monde du spectacle.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Gatti, Chausser les hommes qui vont pieds nus, Metz, Serpenoise,‎ 2004
  • R. Brunet, « Mort de Bataville », juin 2005 (article disponible, avec une carte sur le site : http://mappemonde.mgm.fr/actualites/bataville.html)
  • R. Brunet, « Bataville ; suite », novembre 2005 (article disponible sur http://mappemonde.mgm.fr/actualites/bataville_bis.html)
  • Mustapha Kessous, À Bataville, plus un pas avec Bata et Il est loin le temps où nous étions forts, articles parus in Le Monde du 31 décembre 2006, page 3 consacrée entièrement à Bataville.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bienvenue à Bataville, film de François Caillat, sorti en France le 19 novembre 2008. Ce documentaire tourné à Bataville porte un regard burlesque sur l’« incroyable histoire d'une utopie patronale » après la fermeture de l’usine. Le spectateur, invité à revivre le programme — économique, social et esthétique — patronal qui imprègnent diversement les témoignages des habitants, dans une mise en scène des lieux et d’eux-mêmes d’autant plus subversive que s’y superpose le discours ressuscité d’un Thomas Bata aventurier aux doctrines péremptoires ; il se trouve ainsi confronté aux paradoxes du bonheur obligatoire[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bienvenue à Bataville sur l’Internet Movie Database
  2. Critique du film sur le site Critikat.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]