Batanée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Batanée[1] actuellement Al-Bathaniya[2] est une plaine fertile du sud de la Syrie actuelle. À l'est du Golan à l'ouest de la Trachonitide et au nord de l'Auranitide qui est la région frontalière avec la Jordanie. C'est une partie de l'ancien royaume de Bashân.

Histoire antique[modifier | modifier le code]

À la fin du IVe siècle av. J.-C., la Batanée fait partie de l'empire séleucide.

En 20 av. J.-C., le roi ituréen Zénodore meurt sans héritier. Auguste donne à Hérode le Grand les territoires de Zénodore. Les Nabatéens furent particulièrement furieux car Zénodore leur avait vendu son territoire avant sa mort : ils perdent le territoire et l’argent qu’ils avaient versé[3].

Au Ier siècle av. J.-C. des tribus arabes razziaient la Batanée et surtout le plateau agricole du Hauran, à partir de la Trachonitide. Hérode le Grand y installa alors des colons militaires juifs[4] » où ils fondèrent la ville de Bathyra[5] et la fortifièrent. Hérode « voulait faire de cet établissement une sorte de rempart[4] ».

Ces colons juifs servirent « effectivement de bouclier à la fois aux gens de ce pays contre les Trachonites et aux Juifs qui venaient de Babylone sacrifier à Jérusalem, qu’il empêchait d’être molestés par les brigandages des Trachonites. [Ils virent venir, à eux] de partout nombre de gens fidèles aux coutumes juives. Le pays devint très peuplé à cause de la sécurité que lui conférait l’exemption complète d’impôts[6]. »

Flavius Josèphe appelle ces colons des « Babyloniens »[7], ce qui semble un terme pour désigner tous les Juifs originaires d'au-delà de l'Euphrate et implantés, de gré ou de force, en Galilée, Auranitide, Trachonitide ou Batanée. Le chef de ces colons est décrit par Flavius Josèphe, comme un:

« Juif de Babylone, avec cinq cents cavaliers tous instruits à tirer de l’arc à cheval et une parenté comprenant environ cent hommes, [il] avait traversé l’Euphrate et se trouvait alors installé à Antioche auprès de Daphné en Syrie »[6].

Cette description rappelle fortement les techniques de combat des Parthes. Dans son autobiographie, Flavius Josèphe indique que ces juifs Babyloniens vivent dans une ville de Batanée appelée Echbatane et qu'ils semblent avoir fondée[8]. Il semble en fait, que la ville de Bathyra était aussi appelée Echbatane, qui signifierait simplement « capitale ».

En av. J.-C., à la mort d'Hérode le Grand, sur l’ordre d’Auguste, son royaume est divisé entre ses fils. La Batanée passe à son fils Philippe[9].

En 37, Caligula donne à Hérode Agrippa Ier, la tétrarchie de Philippe, qui comprenait la Batanée, l'Auranitide et la Trachonitide, à laquelle il adjoint la tétrarchie de Lysanias[10].

À la mort d'Agrippa Ier en 44, la Bathanée est à nouveau intégrée à la province de Syrie (province romaine) et directement administrée par les procurateurs Cuspius Fadus et Tibère Alexandre[11].

En 53, Hérode Agrippa II reçoit les anciennes tétrarchies de Philippe et de Lysanias et donc la Bathanée.

En 93, à la mort de ce dernier sans héritier, Domitien incorpore la Batanée à la province romaine de Syrie[réf. nécessaire].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Βατανέων dans le texte de Flavius Josèphe
  2. arabe : al-baṯaniya, البثنية
  3. Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques [lire en ligne], XV, 10
  4. a et b Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XVII, II, 1.
  5. Le nom de la ville semble avoir été donnée en référence à la famille Bathyra qui avaient une célèbre école à Nisibe
  6. a et b Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XVII, II, 2.
  7. La Babylonie n'était plus indépendante depuis -539, date de la prise de sa capitale par le roi Cyrus II de Perse.
  8. Flavius Josèphe, Vita, XI.
  9. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs [lire en ligne] Livre II, VI, 3.
  10. Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques [lire en ligne], Livre XVIII, VI, 10
  11. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs [lire en ligne] Livre II, XI, 6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]