Batailles de l'Isonzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Front des Batailles de l'Isonzo de 1915 à 1917

Sous le nom de batailles de l'Isonzo, on désigne douze affrontements sanglants entre l'Italie et l'Autriche-Hongrie qui ont eu lieu du 23 juin 1915 au 12 septembre 1917 au cours de la Première Guerre mondiale. Le nom vient de la rivière Isonzo (en slovène Soča) car le front se situait près de sa vallée. Cette zone aujourd'hui se trouve en grande partie en Slovénie. Ces batailles ont fait partie de la guerre de montagne en 1915-1918.

But des batailles[modifier | modifier le code]

Le but de ces engagements était de capturer le port austro-hongrois de Trieste, dont les deux tiers des habitants étaient italiens.

Les troupes italiennes étaient confrontées à de nombreux obstacles physiques, dont l'Isonzo (Soča), fleuve qui serpente le long de la frontière, surplombé par des montagnes abruptes. Les autrichiens pouvaient compter sur une meilleure qualité de leurs armements notamment sur des pièces artillerie plus puissantes, mais ils étaient en infériorité numérique par rapport aux italiens. Cependant la guerre de montagne donne un grand avantage aux défenseurs par rapport aux assaillants, même si les premiers sont en faible nombre. Ceci explique l'attitude passive de l'armée austro-hongroise qui, jusqu'en 1917, va subir l'initiative des italiens sur l'Isonzo sans pouvoir mener d'attaque d'envergure.

Les batailles successives[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 1915 l'Italie jusqu'alors neutre déclara la guerre à l'Autriche. Avant la bataille de l'Isonzo l'ensemble de la marine impériale et royale sortit en mer pour bombarder la côte orientale de l'Italie entre Venise et Barletta. Elle réussit à surprendre la flotte italienne près de Venise, si bien que cette dernière ne fut capable d'opposer que peu de résistance et que la marine impériale et royale put terminer son attaque sans subir de pertes.

Première bataille de l'Isonzo, (23 juin – 7 juillet 1915)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première bataille de l'Isonzo.

Le 23 juin 1915 les Italiens commencèrent la première bataille de l'Isonzo par un pilonnage intense pendant 7 jours des pièces d'artillerie massées par l'ennemi. Du fait du manque d'expérience de l'artillerie italienne il n'y eut cependant que peu de dégâts.

Forces en présence : Italie : 225 bataillons et 111 escadrons ainsi que 700 pièces d'artillerie. Autriche-Hongrie : 84 bataillons, 13 escadrons et 354 pièces d'artillerie. Ce qui correspond à un rapport de forces de 3 contre 1.

La 3ème armée italienne avait pour objectif de rompre le front entre Monfalcone et Sagrado vers le haut plateau de Doberdò pendant que la 2ème armée avancerait entre Monte Sabotino et Podgora. Le but était de conquérir la tête de pont de Görz (en italien Gorizia, en slovène Gorica), de traverser l'Isonzo, de s'emparer des montagnes Kuk et Priznica (Kote 383) et de mener également une attaque contre la tête de pont de Tolmein (en italien Tolmino, en slovène Tolmin). Malgré sa triple supériorité, l'armée italienne ne put atteindre aucun de ses buts. À Sagrado seulement elle réussit à pousser jusqu'au haut plateau de Doberdò.

Pertes : Italie : 15 000 hommes (dont 2000 morts), Autriche-Hongrie : environ 10 000 hommes.

Deuxième bataille de l'Isonzo (17 juillet – 3 août 1915)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deuxième bataille de l'Isonzo.

Forces en présence : Italie : 260 bataillons et 840 pièces d'artillerie (au total 290.000 soldats italiens furent utilisés pendant l'offensive), Autriche-Hongrie : 105 bataillons et 420 pièces d'artillerie, avec un renfort de 25 bataillons jusqu'à la fin de la bataille.

Cette fois encore l'offensive commença par un pilonnage, qui ne dura cependant que 2 jours. La 3ème armée italienne devait opérer une percée en direction du Monte San Michele pendant que la 2ème armée tenterait une nouvelle fois de conquérir les têtes de pont à Görz et à Tolmein. En fait l'armée italienne réussit seulement à s'emparer sur le haut plateau de Doberdò d'une bande de terrain longue de 4 km et large de 100 à 500 m. À Podgora et à Berg Krn également, tout ce qu'elle obtint fut la conquête de la cote numéro 2163.

Pertes : Italie : 42 000 hommes, Autriche-Hongrie : 46 000 hommes.

Troisième bataille de l'Isonzo (18 octobre – 4 novembre 1915)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troisième bataille de l'Isonzo.

Forces en présence : Italie : 338 bataillons et 130 escadrons ainsi que 1.372 pièces d'artillerie. Autriche-Hongrie : 137 bataillons et 634 pièces d'artillerie, dont environ 40 pièces lourdes, avec un renfort de 47 bataillons jusqu'à la fin de la bataille.

La troisième grande attaque des Italiens eut lieu entre Krn et la mer. Les objectifs étaient les mêmes que dans les deux batailles précédentes de l'Isonzo. Encore une fois ce fut l'échec de la tentative de rupture en direction du Monte San Michele, au-dessous du haut plateau de Doberdò, avec seulement la conquête de quelques tranchées. Échec également, avec de lourdes pertes, des attaques menées simultanément contre Flitsch (en italien Plezzo) et Tolmein et contre la tête de pont de Görz.

Pertes : Italie : 60 000 hommes (dont environ 11 000 morts), Autriche-Hongrie : 42 000 hommes (dont environ 9 000 morts).

Quatrième bataille de l'Isonzo (10 novembre – 2 décembre 1915)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quatrième bataille de l'Isonzo.

Cinquième bataille de l'Isonzo (9 mars - 15 mars 1916)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinquième bataille de l'Isonzo.

Sixième bataille de l'Isonzo (6 août - 17 août 1916)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sixième bataille de l'Isonzo.
  • 4 août 1916 - Front occidental italien

Les Italiens lancent la sixième bataille de l'Isonzo, mais l'attaque clé de la IIIe armée du duc d'Aoste ne commence pas avant le 6 août. L'assaut principal débute à 14 heures, après que la ligne de front austro-hongroise a été pilonnée pendant neuf heures. Les Italiens gagnent du terrain, principalement à Gorizia, qui tombe le 8.

Septième bataille de l'Isonzo (14 septembre - 17 septembre 1916)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Septième bataille de l'Isonzo.
  • 14 septembre 1916

La septième bataille de l'Isonzo débute à 9 heures, lorsque la IIIe armée italienne attaque sur un front de 10 km. Les combats se poursuivront jusqu'au 17 septembre. Les Italiens gagnent du terrain, mais le mauvais temps et la résistance acharnée des Austro-Hongrois les empêchent de progresser de façon significative.

Huitième bataille de l'Isonzo (10 octobre - 12 octobre 1916)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Huitième bataille de l'Isonzo.
  • 9 octobre 1916

Les Italiens ouvrent la huitième bataille de l'Isonzo. Leur IIe et IIIe armées attaquent la Ve armée austro-hongroise. Encore une fois, aucune partie ne progresse de façon décisive. Les Italiens ne gagnent que 3 km, au prix de 24 000 pertes humaines. La bataille s'achève le 12 octobre.

Neuvième bataille de l'Isonzo (1er novembre - 4 novembre 1916)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Neuvième bataille de l'Isonzo.
  • 1er- 4 novembre 1916

La neuvième bataille de l'Isonzo débute par une attaque des IIe et IIIe armées contre les positions austro-hongroise à l'est de la ville de Gorizia. Le mauvais temps et les lourdes pertes (28 000 hommes) obligent le commandant en chef italien, le général Luigi Cadorna, à mettre fin à l'offensive.

Dixième bataille (12 mai - 8 juin 1917)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dixième bataille de l'Isonzo.
  • 12 mai - 8 juin 1917 - Dixième bataille

L'objectif reste de briser le front austro-hongrois pour accéder à Trieste.

Onzième bataille (18 août - 15 septembre 1917)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onzième bataille de l'Isonzo.
  • 18 août - 15 septembre 1917 - Onzième bataille

Le chef d'état major italien, le général Luigi Cadorna, ordonne à ses forces de lancer contre les Hongrois ces deux armées. Les deux armées italiennes sont engagées dans l'offensive. La IIe armée du général Luigi Capello attaque au nord de la ville de Gorizia, tandis que la IIe armée du duc d'Aoste attaque au sud, entre Gorizia et Trieste. Les forces italiennes rassemblent 52 divisions, équipées de 5 000 pièces d'artillerie. La Ve armée austro-hongroise du général Svetovan Borojevic von Bojna bloque rapidement l'avancée du duc d'Aoste, mais les Italiens progressent dans le nord. À cet endroit, la IIe italienne s'empare du plateau de Bainsizza. Encore une fois, les pertes italiennes sont très lourdes : environ 166 000 hommes tués, blessés ou faits prisonniers. Les Austro-Hongrois affirment avoir perdu 85 000 hommes. Cependant, les commandants austro-hongrois pensent que leurs troupes sont sur le point de s'effondrer et qu'ils ne disposent pas de suffisamment de ressources militaires pour sauver la situation. Ils font appel au haut commandement allemand pour stabiliser le front.

Douzième bataille (24 octobre - 10 novembre 1917)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Caporetto.
  • 24 octobre - 10 novembre 1917

L'artillerie austro-hongroise tire des obus d'explosifs de forte puissance et de gaz toxique lors de l'ouverture de la douzième bataille de l'Isonzo, connue également comme la bataille de Caporetto. Le mois précédent, les forces austro-hongroise avaient reçu plusieurs divisions en renfort et des unités d'assaut spécialisées allemandes. Six des divisions allemandes et neuf divisions austro-hongroises avaient été rassemblées pour former la nouvelle XIVe armée, sous le commandement du général allemand Otto von Below. Les forces de Below, regroupées en territoire austro-hongrois dans la zone de Tolmino, Caporetto et de Plezzo le long du fleuve Isonzo, lancent l'offensive. La cible principale de la XIVe armée est la IIe armée du général Luigi Capello, qui avait lentement constitué des positions défensives en vue de l'attaque austro-hongroise. La principale offensive de la XIVe armée est soutenue par l'avancée de deux armées austro-hongroises. La Ve armée, opposée au sud à la IIIe armée italienne, a reçu l'ordre de pousser vers la côte Adriatique en direction de Venise. La IIIe armée, au nord de la XIVe armée, doit se diriger vers le sud-ouest, en Italie, vers le fleuve Piave. On espère que des éléments de la force allemande viendront à bout de l'armée italienne, connue sous le nom de forces carniques. Le barrage d'ouverture sème la panique parmi les unités italiennes en première ligne, qui découvrent que leurs masques à gaz n'offrent aucune protection contre les gaz ennemis. Avançant sous la pluie et dans le brouillard et contournant des points de résistance, l'offensive gagne rapidement du terrain. Le 25, les attaques ont effectué une percée de 24 km dans la ligne de front italienne, ce qui oblige le commandant en chef italien, le général Luigi Cadorna, à envisager un retrait de ses troupes vers le fleuve Tagliamento. Cependant, Cadorna ignore l'étendue de la percée et la puissance des forces ennemies qu'il affronte, principalement en raison des mauvaises communications avec les unités situées à l'avant. L'ordre de se retirer sur les prochaines défenses est finalement émis le 27. Les armées italiennes très éprouvées se regroupent sur le Tagliamento à la fin du mois.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Vue de la rivière de l'Isonzo en 2005

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Emilio Faldella, La grande guerra : le battaglie dell' Isonzo, 1915-1917, Nordpress, Chiari, 2004 (2e éd.), 214 p. + pl. (ISBN 88-88657-29-0)