Bataille du fleuve Nam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du fleuve Nam
Soldats du 35e régiment d'infanterie avec un étendard capturé à l'ennemi près du fleuve Nam, 1950.
Soldats du 35e régiment d'infanterie avec un étendard capturé à l'ennemi près du fleuve Nam, 1950.
Informations générales
Date 31 août - 19 septembre 1950
Lieu fleuve Nam, Corée du Sud
Issue Victoire de l'ONU
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Commandants
Drapeau des États-Unis William B. Kean Drapeau de la Corée du Nord Pang Ho San
Drapeau de la Corée du Nord Paek Nak Chil
Forces en présence
15 000 hommes 20 000 hommes
Pertes
275 tués
625 blessés
11 000 tués ou disparus
Guerre de Corée
Batailles
Pusan · MiG Alley · Chumunjin · Opération Strangle · Osan · Pyeongtaek · Cheonan · Daejon · Hwanggan · Périmètre de Pusan (Daegu · Gyongju · Sangju · Fleuve Nam) · Séoul · Incheon · Unsan · Wawon · Réservoir de Chosin · Jipyeong-ri · Colline Gloster · Kapyong · Crèvecœur · Fleuve Han · Opération Commando · Maryang San · Suncheon · Crochet · Fleuve Samichon · Armistice de Panmunjeom

La bataille du fleuve Nam fut livrée entre les forces de l'ONU et de la Corée du Nord du 31 août au 19 septembre 1950 pendant la guerre de Corée près des fleuves Nam et Nakdong en Corée du Sud. Il s'agit d'un épisode du périmètre de Pusan et vit la victoire de l'armée des États-Unis.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le périmètre de Pusan en aout 1950.

L'offensive nord-coréenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Corée.

Dans les heures précédant l'aube du 25 juin 1950, sous la protection d'un formidable barrage d'artillerie, 135 000 Nord-Coréens franchirent la frontière entre les deux Corées. Le gouvernement nord-coréen annonça que des troupes commandées par le « traître et bandit » Syngman Rhee avaient traversé le 38e parallèle, et que par conséquent le Nord avait été obligé de riposter « à une grave provocation des fantoches de Washington », selon L'Humanité du lendemain.

L'attaque nordiste fut dévastatrice. Au moins les deux tiers de la petite armée sud-coréenne (à peine 38 000 hommes répartis sur 4 divisions d'infanterie) étaient alors en permission, laissant le pays largement désarmé. Les Nord-Coréens attaquèrent en plusieurs endroits stratégiques, parmi lesquels Kaesong, Chunchon, Uijongbu, et Ongjin. En quelques jours, les forces sudistes, surclassées en nombre et en puissance de feu, furent mises en déroute et durent battre en retraite. Tandis que l'attaque au sol progressait, l'armée de l'air nordiste bombarda l'aéroport de Gimpo à Séoul où se trouvait les 22 avions de liaison et d'entraînement de l'aviation du sud. Séoul fut prise dans l'après-midi du 28 juin et Osan, Pyongtaek, Cheonan et Daejeon défendus par les Américains tombent début juillet..

Le périmètre de Busan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Périmètre de Pusan.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

Stationné à Masan durant la bataille éponyme, le 35e régiment d'infanterie de la 25e division d'infanterie américaine installe des positions défensives le long du fleuve Nam, l'un des nombreux affluents du fleuve Naktong sur le flanc sud du périmètre de Busan.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

La 7e division de l'Armée populaire de Corée effectue une traversée sur le fleuve le 31 août.

Les Américains sont en mesure d'endiguer l'avance nord-coréenne bien que des milliers de soldats nord-coréens parviennent à percer leurs lignes et à encercler le régiment. Une bataille intense s'ensuivra, avant que la victoire ne revienne aux Américains. Pendant la bataille, le 35e régiment d'infanterie joua un rôle-clé en refoulant la 7e division nord-coréenne et en l'empêchant d'avancer sur Pusan. Le délai était suffisant pour que les forces onusiennes puissent lancer une contre-attaque à Incheon et repousser les Nord-Coréens hors du périmètre de Pusan. La performance du régiment américain se verra décerné la Presidential Unit Citation. Les pertes nord-coréennes s'élevèrent à 11 000 tués ou disparus tandis que les Américains déplorèrent la mort de 275 d'entre eux et 625 blessés.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bevin Alexander, Korea : The First War We Lost, Hippocrene Books, 2003. (ISBN 978-0-7818-1019-7).
  • (en) Brian Catchpole, The Korean War, Robinson Publishing, 2001. (ISBN 978-1-84119-413-4).
  • (en) Richard E. Ecker, Battles of the Korean War : A Chronology, with Unit-by-Unit United States Causality Figures & Medal of Honor Citations, McFarland & Company, 2004. (ISBN 978-0-7864-1980-7).
  • (en) TR. Fehrenbach, This Kind of War : The Classic Korean War History, Potomac Books Inc., 2001. (ISBN 978-1-57488-334-3).
  • (en) Robert Leckie, Conflict : The History Of The Korean War, 1950–1953. Da Capo Press, 1996. (ISBN 978-0-306-80716-9).
  • (en) Sun Yup Paik, From Pusan to Panmunjom, Riverside, NJ : Brassey Inc., 1992. (ISBN 0-02-881002-3).
  • (en) Michael J. Varhola, Fire and Ice : The Korean War, 1950–1953, Da Capo Press, 2000. (ISBN 978-1-882810-44-4).