Bataille du Texel (1673)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille du Texel.
Bataille de Texel
La bataille du Texel  par Willem Van de Velde le Jeune
La bataille du Texel
par Willem Van de Velde le Jeune
Informations générales
Date 21 août 1673
Lieu Île de Texel
Côtes des Pays-Bas
Issue Victoire des Provinces-Unies
Belligérants
Drapeau de l'Angleterre Royaume d’Angleterre
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Prince Rupert
Comte d'Estrées
Michiel de Ruyter
Forces en présence
92 navires 75 navires
Pertes
aucune aucune
Guerre de Hollande
Batailles
Solebay · Groenlo · Schooneveld (1re) · Schooneveld (2de) · Nimègue · Groningue · Maastricht · Texel · Bonn · Besançon · Sinsheim · Belle-Île · Fort-Royal · Seneffe · Entzheim · Mulhouse · Turckheim · Stromboli · Fehrbellin · Salzbach · Consarbrück · Alicudi · Agosta · Palerme · Valenciennes · Cambrai · Saint-Omer · Tobago · La Peene (Cassel) · Ypres · Saint-Denis
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 53° 09′ N 4° 36′ E / 53.15, 4.6 ()53° 09′ Nord 4° 36′ Est / 53.15, 4.6 ()  

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Texel (1673).

La bataille du Texel est une bataille navale qui a lieu le 21 août 1673 pendant la guerre de Hollande entre la flotte anglo-française et la flotte des Provinces-unies. Deux mois après les batailles de Schooneveltd et de Walcheren (14 juin), les flottes ennemies se rencontrent à nouveau au large des côtes des Pays-Bas. Malgré leur supériorité numérique, les Alliés essuient une nouvelle défaite face à la flotte de l'amiral Ruyter.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

L'armée navale alliée est commandée par le prince Rupert[1]. La partie française est sous les ordres du comte d'Estrées.

Le corps de bataille est anglais, sous les ordres de Rupert. L'avant-garde, française. L'arrière-garde, anglaise, est sous les ordres d'Edward Spragge. Chaque escadre comprend 27 vaisseaux. Il y a aussi une trentaine de bâtiments plus légers et autant de brûlots.

Les Hollandais, commandés par Ruyter, sont inférieurs en nombre. Ils n'alignent que 70 vaisseaux, 35 bâtiments légers et 25 brûlots. Dans l'ensemble, les vaisseaux hollandais sont plus légers et, détail important, d'un tirant d'eau moindre. La flotte hollandaise est au mouillage, vers Ostende, derrière les bancs de sable qui bordent le rivage. Adriaen Banckert commande l'avant-garde et Cornelis Tromp l'arrière-garde.

La flotte alliée doit escorter un convoi de troupes anglaises et françaises destinées à attaquer la Hollande. De leur côté, les Hollandais attendent l'arrivée d'un convoi venant des Indes orientales.

France: 30 vaisseaux de ligne, environ 1828 canons
Escadre blanche : 27 vaisseaux de ligne présents à Première bataille de Schooneveld, plus trois supplémentaires:
Le Royale Thérèse, 80, (chef d'escadre, Marquis de Martel)
Le Pompeux, 70
Le Diamant, 60

Angleterre Red Squadron: 29 vaisseaux de ligne (1er-4e rang) environ 1870 canons + 2-V
Sovereign - A
London - VA
Charles - RA
Royal Katherine
Henry
Victory
French Ruby
Edgar
Warspite
Old James
Triumph
Resolution
Rupert
Monmouth
Mary
Crown
Advice
Pearl - fifth rate

Blue Squadron: 27 vaisseaux de ligne (1er-4e rang) environ 1690 canons + 2-V
Prince - A
Royal Charles
St. Andrew - VA
Cambridge
St. George
Unicorn
Henrietta
Dreadnought
Lion
Gloucester
Dunkirk
Monk
Bristol
Bonaventure
Ruby
Success - fifth rate
Guernsey - fifth rate

Division du Rear-Admiral of the Blue
St. Michael - RA
Swiftsure
Rainbow
York
Greenwich
Hampshire
Portsmouth
Foresight
Sweepstakes

Position inconnue (la plupart dans la Red Squadron)
Fairfax
Plymouth
Anne
Happy Return
Princess
Newcastle
Yarmouth
Leopard
Nonsuch (or Portland)
Stavoren
Mary Rose
Diamond
Swallow
Assurance
Falcon
Mermaid (probable) - 5e rang

Provinces-Unies Amirauté d'Amsterdam
vaisseaux de ligne:
Akerboom 62 (Jacob Teding van Berkhout)
Stad Utrecht 66 (Jan Davidszoon Bondt)
Prince te Paard 55 (Adam van Brederode)
Wakende Kraan 44 (Pieter Claesz Dekker)
Zeelandia 44 (Daniël Elsevier)
Steenbergen 68 (Jan Paulusz van Gelder, tué au combat)
Hollandia 80 (contre-amiral Jan den Haen)
Gideon 62 (Barend Hals)
Provincie van Utrecht 60 (Jan Janszoon de Jongh)
Leeuwen 50 (Jan Gijsels van Lier)
Spiegel 70 (Commodore Jacob van Meeuwen)
Komeetstar 68 (Pieter Middelandt)
Essen 50 (Philips de Munnik)
Wapen van Holland 44 (Matthijs Dirkszoon Pijl)
Waesdorp 68 (Engel de Ruyter)
Tijdverdrijf 56 (Gilles Schey)
Agatha 50 (Pieter Cornelisz de Sitter)
Kalantsoog 68 (Volkert Hendrickszoon Swart, meurt de ses blessures)
Beschermer 50 (David Swerius (Sweers), tué au combat)
Oliphant 82 (Vice-Admiral Isaac Sweers, tué au combat)
Geloof 56 (Cornelis Tijloos)
Gouden Leeuw 82 (Lt-Admiral Cornelis Tromp, captain Thomas Tobiaszoon)
Zuiderhuis 45 (Isaak Uitterwijk)
Amsterdam 60 (Cornelis van der Zaan)
Frégates:
Oudkarspel 34 (Jan van Abkoude)
Bommel 24 (Jan Bogaart)
Edam 36 (Willem van Ewijk)
Haas 24 (Hans Hartwich)
Damiaten 32 (Mattheus Megank)
Popkensburg 24 (Jan Noirot)
Middelburg 36 (Hendrik Span)
Brak 22 (Roemer Vlacq)
Advice yachts:
Egmond 10 (Jan Kramer)
Triton 10 (Nicolaas Portugaal)
Kits 4 (Gilles Saloy
Kater 10 (Abraham Taalman)
Brûlots:
Zaaier 4 (Wijbrand Barendszoon)
Jacob en Anna (Jan Boomgaard)
Leidster 4 (Pieter van Grootveld)
Vrede 4 (Dirk Klaaszoon Harney)
Wapen van Velsen 4 (Jan van Kampen)
Zalm 4 (Cornelis Jelmertszoon Kok)
Kasteel van Loon 4 (Pieter Hendrikszoon Pop)
Melkschuit 4 (Jacob Schenk)
Salvador 4 (Jacob Vroom)
Draak 4 (Willem Willemszoon)
Amirauté de la Meuse
Vaisseaux de ligne:
De Zeven Provinciën 80 (fleet flag, Lt-Admiral-General Michiel de Ruyter, capitaines du pavillon Gerard Callenburgh et Pieter de Liefde)
Delft 62 (Philips van Almonde)
Ridderschap 64 (Eland du Bois)
Voorzichtigheid 84 (Jan van Brakel)
Gelderland 63 (Contre-amiral temporaire Johan de Liefde, mortellement blessé)
Vrijheid 80 (Vice-Admiral Jan Evertszoon de Liefde, tué au combat)
Eendracht 72 (Lt-Admiral Aert Jansse van Nes)
Maagd van Dordrecht 68 (Vice-Admiral Jan Jansse van Nes)
Dordrecht 44 (Frans van Nijdek)
Zeelandia 42 (Simon van Panhuis)
Schieland 58 (Adriaan Poort)
Wassenaer 59 (Barend Rees)
Frigates:
Schiedam 20 (Cornelis van der Hoevensoon
Utrecht 34 (Jan Snellensoon)
Rotterdam 30 (Jacob Pieterszoon Swart
Harderwijk 24 (Mozes Wichmansoon)
Advice yachts:
Hoop 6 (Isaac Anteuniszoon van Anten)
Rotterdam 6 (Wijnand van Meurs)
Brûlots:
Sint Pieter (Gerrit Halfkaag)
Jisper Kerk 4 (Lens Harmenszoon)
Blackmoor 4 (Abraham van Koperen)
Maria 4 (Dirk de Munnik)
Eenhoorn (Willem de Rave)
Louise 4 (Jan Daniëlszoon van Rijn)
Amirauté du Quart nord
Vaisseaux de ligne:
Pacificatie 76 (Cornelis Bakker)
Jupiter 42 (Pieter Bakker)
Gelderland 45 (Maarten de Boer)
Eenhoorn 70 (Contre-amiral Jan Janszoon Dick)
Westfriesland 78 (Jan Heck)
Wapen van Nassau 58 (Pieter Karseboom)
Wapen van Alkmaar 63 (Jan Krook)
Wapen van Enkhuizen 72 (Leendert Kuiper)
Justina van Nassau 66 (Jan Gerritszoon van Muis)
Noorderkwartier 60 (Jacob Roos)
Prins van Oranje 64 (Claes Corneliszoon Valehaen)
Wapen van Medemblik 44 (Hendrik Visscher, tué au combat)
Caleb 50 (Claes Pietersz Wijnbergen)
Brûlots:
Vis (Harmen de Boer)
Catharina 2 (Pieter Sievertszoon Bouckertsen)
Witte Mol 4 (Hendrik Munt)
Amirauté de Zélande
Vaisseaux de ligne:
Walcheren 70 (Lt-admiral Adriaen van Trappen Banckert)
Zierikzee 60 (Vice-admiral Cornelis Evertsen de Jonge)
Dordrecht 50 (Willem Hendrickszoon)
Ter Veere 50 (Dirk Jobszoon Kiela, tué au combat)
Utrecht 50 (Simon Loncke)
Domburg 60 (Carel van der Putte)
Vlissingen 48 (Salomon Le Sage)
Frégates:
Delft 34 (Adriaen van Trappen Banckert de Jonge)
Ter Goes 34 (Anteunis Matthijszoon)
Advice yachts:
Hazewind 7 (Tobias Adriaanszoon)
Goes 8 (David van Geerstdale)
Waterhond 4 (Jacob Hamers)
Zwaluw 6 (Matthijs Lauwerens)
Jonge Maria 10 (Arnoud Leunissen)
Tonijn 6 (Pieter de Moor)
? (Hendrik Pieterszoon)
Bruinvis 6 (Jan Corneliszoon Poot)
Parel 6 (Teunis Post)
Lapmande 8 (Schuyen)
Brûlots:
Samuel en Jacob 4 (Simon Arendszoon)
Dadelboom 2 (Reinier Dirkszoon)
Catharina 4 (Frederik Konvent)
Sevellie 2 (Anteunis Janszoon Schalje)
Burg 2 (Huibrecht Wolfertszoon)
Amirauté de Frise
Vaisseaux de ligne:
Elf Steden 50 (Witzo Johannes Beima)
Prins Hendrik Casimir 70 (Rear-Admiral Hendrik Bruynsvelt)
Groningen 70 (Vice-Admiral Enno Doedes Star)
Oostergo 58 (Jan Janszoon Vijselaer)
Frégate:
Windhond 30 (Jan Pieterszoon Vinckelbos)
Advice yachts:
Hoop 6 (Cornelis Reindertszoon Eenarm)
Liefde (Jochem Jansen)
Brûlot:
Welkomst (IJsbrand Albertszoon)

Le combat[modifier | modifier le code]

Le 21 août, Ruyter est au vent des alliés. À 8 h 30, les deux lignes commencent à se canonner. Ruyter concentre ses forces sur les Anglais. Seule, une dizaine de vaisseaux vient occuper la division de tête des Français. Les 2 flottes manœuvrent, les alliés se contentant de réagir aux manœuvres de Ruyter.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

À la fin de la journée, aucun vaisseau n'a été coulé mais beaucoup sont endommagés. Les alliés abandonnent le terrain à leurs adversaires pour aller réparer dans l'embouchure de la Tamise. C'est une nouvelle victoire néerlandaise.

Rupert se plaindra de l'attitude de ses alliés qui l'auraient mal secondé. D'Estrées incriminera l'un de ses subordonnés, De Martel. Celui-ci répond par une lettre vengeresse qu'il laisse publier en Angleterre, ce qui lui vaudra un séjour à la Bastille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de Rupert de Bavière, né en 1619 et fils de Frédéric V, Électeur Palatin et d'Élisabeth, fille de Jacques Ier d'Angleterre.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ch. Chabaud-Arnaud, Études historiques sur la Marine militaire de France, chapitre 7, in Revue Maritime et Coloniale, décembre 1888.
  • M. Dupont et Étienne Taillemite, Les guerres navales françaises du Moyen Âge à la guerre du Golfe, 1955, SPM, (ISBN 2-901952-21-6)
  • (en) B&T Tunstall, Nicholas (ed.), Naval Warfare in the Age of Sail. The Evolution of Fighting Tactics, 1650-1815. Londres, 1990, (ISBN 0785814264).
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 1994, 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Rennes, Marines Éditions,‎ mai 2011, 620 p. (ISBN 9782357430778)