Bataille du Solent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Solent
Gravure "Cowdray" de la bataille du Solent
Gravure "Cowdray" de la bataille du Solent
Informations générales
Date 18 juillet-19 juillet 1545
Lieu Solent, bras de mer entre Porstmouth et l'Île de Wight
Casus belli Revendication française sur le duché de Milan : l'Angleterre alliée de Charles Quint est attaquée par les forces françaises
Issue indécise, échec de la tentative française d'invasion
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Commandants
Claude d'Annebault John Dudley
Forces en présence
30 000 dans plus de 200 navires 12 000 dans 80 navires
Pertes
 ? au moins 400 morts dans la perte du Mary Rose
Neuvième guerre d'Italie
Coordonnées 50° 46′ 39″ N 1° 13′ 35″ O / 50.7775, -1.2263888888889 ()50° 46′ 39″ Nord 1° 13′ 35″ Ouest / 50.7775, -1.2263888888889 ()  

La bataille du Solent ou de Portsmouth a eu lieu les 18 et 19 juillet 1545 dans ce bras de mer qui sépare l'Angleterre de l'Île de Wight, au cours de la neuvième guerre d'Italie, entre la flotte anglaise, qui défendait l'accès à Portsmouth et la flotte française, qui envisageait l'invasion de l'Angleterre. L'issue de la bataille fut indécise, mais la tentative d'invasion avorta.

Circonstances[modifier | modifier le code]

En 1545, François Ier tente une invasion de l'Angleterre avec un corps de 30 000 hommes dans plus de 200 navires. Face à cette armada, plus imposante que celle de l'Invincible Armada espagnole 43 ans plus tard, l'Angleterre n'aligne que 80 navires et environ 12 000 hommes.

Préparatifs[modifier | modifier le code]

L'expédition française commença par un désastre : la navire amiral Carraquon brûle à l'ancre sur la Seine le 6 juillet 1545. L'amiral Claude d'Annebault transfère son état-major sur La Maistresse qui commence par s'échouer. Une fois réparé le navire amiral, la flotte traverse la Manche. Les Français entrent dans le Solent et débarquent des troupes sur l'Île de Wight et sur la côte du Sussex. Sur l'île, les forces françaises sont défaites par une milice locale à la bataille de Bonchurch.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 18 juillet 1545, les Anglais sortent de Portsmouth et engagent les Français à longue portée, ce qui fait peu de dommages de part et d'autre. La Maistresse étant en perdition du fait de ses avaries précédentes, d'Annebault se déplace sur un autre navire.

La nuit du 18 au 19, Henry VIII dîne à bord du Henri Grâce à Dieu, navire amiral de John Dudley, Vicomte de Lisle.

Le jour suivant est calme, bien que les Français emploient leurs galères contre les vaisseaux anglais, qui demeurent immobiles. Avec la brise du soir, s'avance le Mary Rose, navire du vice-amiral George Carew, qui fait naufrage, et perd tout son équipage à l'exception d'une trentaine de rescapés. A-t-elle été coulée par les galères françaises ou est-ce par une mauvaise manœuvre de l'équipage que cela se produisit, il est difficile d'en décider d'après les témoignages et l'analyse de l'épave[1].

Les troupes françaises débarquées ne progressant pas sur terre, elles firent retour en France en août.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stirland, Ann J., Raising the Dead: The Skeleton Crew of Henry VIII's Great Ship, the Mary Rose. John Wiley & Sons, Chichester. 2000. (ISBN 0-471-98485-X) pages 22-23

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'histoire, Marines Éditions, 2011, (ISBN 978-2-35743-077-8)