Bataille du Pallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Pallet
Vue de la chapelle Sainte-Anne
Informations générales
Date 22 septembre 1793
Lieu Le Pallet
Issue Victoire républicaine
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Jean-Baptiste de Canclaux
Jean-Baptiste Annibal Aubert du Bayet
Jean-Baptiste Kléber
Michel de Beaupuy
Nicolas Haxo
Maurice d'Elbée
Charles de Bonchamps
François de Lyrot
Antoine-Philippe de La Trémoïlle de Talmont
Forces en présence
14 000 hommes 7 000 hommes
Pertes
inconnues
400 blessés massacrés
400 morts
Guerre de Vendée
Coordonnées 47° 08′ 20″ N 1° 20′ 04″ O / 47.138888888889, -1.334444444444447° 08′ 20″ Nord 1° 20′ 04″ Ouest / 47.138888888889, -1.3344444444444  

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Pallet.

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Pallet.

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Pallet.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Pallet.

La bataille du Pallet s'est déroulée lors de la guerre de Vendée.

La bataille[modifier | modifier le code]

Suite à la défaite de ses troupes à Torfou, le général Canclaux décida de se replier sur Nantes. Cependant le convoi républicain en marche fut attaqué par les Vendéens sur son arrière-garde. Ceux-ci s'emparèrent de plusieurs chariots, ils se saisirent également des ambulances républicaines et y massacrèrent 400 blessés républicains de la bataille de Tiffauges.

Kléber écrivit :

« Chirurgiens, blessés, malades et charretiers, tout fut impitoyablement massacré par ces monstres. Les représailles dont on a usé dans la suite leur on bien fait expier cet acte de barbarie. Depuis ce moment d'horreur, le soldat justement indigné n'a voulu faire de quartier à aucun de ces scélérats[1]. »

Mais les forces vendéennes étaient deux fois moins nombreuses, elles attendaient en renfort les troupes de Charette et Lescure mais celles-ci ne parurent pas. En effet, après sa victoire à Montaigu, Charette avait décidé d'attaquer Saint-Fulgent tenu par les Républicains, il avait envoyé un courrier à Bonchamps lui demandant de retarder l'attaque, mais celui-ci arriva trop tard. Finalement les troupes de Charette et Lescure ne pouvant prendre les Républicains à revers et leur couper la retraite comme le prévoyait le plan, les généraux vendéens, après avoir lancé trois offensives qui toutes avaient échoué, décidèrent de rompre le combat au Pallet et ordonnèrent la retraite. Les Républicains purent ainsi regagner Nantes sans plus être inquiétés.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p.137.
  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p.75.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Kléber, Mémoires politiques et militaires 1793-1794,‎ 1794, p.121.