Bataille du Bosphore (1453)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Bosphore (1453)
la flotte de Mehmet II
la flotte de Mehmet II
Informations générales
Date 20 avril 1453
Lieu dans le Bosphore
près de Constantinople (aujourd'hui Istanbul)
Issue Victoire byzantino-gênoise
Belligérants
Génois
Byzantins
Ottomans
Commandants
Baltoglu Süleyman Bey
Forces en présence
3 nefs génoises
1 navire byzantin
nombreuses galères
Chute de Constantinople (1453)

La bataille du Bosphore est une bataille navale livrée le 20 avril 1453 dans le Bosphore, près de Constantinople (aujourd'hui Istanbul), pendant le siège de la ville par les Ottomans. Elle oppose trois navires génois et un transport byzantin à la flotte turque qui est durement battue.

La conquête de Constantinople[modifier | modifier le code]

Succédant à son père Murad II décédé le 13 avril 1451, le sultan Mehmet II (1451-1481) manifeste très rapidement son intention de s'emparer de Constantinople et de mettre fin à l'empire byzantin. Cet état, qui n'est plus que l'ombre de lui-même, n'existe de fait que par sa capitale, encerclée par les possessions turques. À l'empereur byzantin Constantin XI qui cherche par tous les moyens à préserver la ville et les débris de son empire il répond en hiver 1451:

« les deux rives [du Bosphore] sont à moi, celle d'Asie parce qu'elle est habitée par les Osmanlis, celle d'Europe parce que tu n'es pas capable de la défendre ».

Pour renforcer son emprise, le sultan turc décide d'interdire l'accès du Bosphore et fait bâtir la forteresse de Rouméli-Hissar sur la côte européenne, cet ouvrage faisant pendant avec la forteresse d'Anadolu- Hissar, déjà érigée sur la côte asiatique, puis en janvier 1453 il réunit ses ministres et leur indique que son empire ne sera jamais en sécurité tant que Constantinople restera entre des mains chrétiennes. Il souligne notamment que les échecs éprouvés par ses prédécesseurs résultaient principalement de l'impossibilité dans laquelle il s'étaient trouvés de soumettre la ville à un blocus effectif, faute de disposer de la supériorité maritime. Or, ce n'est plus le cas: la marine byzantine est quasi-inexistante alors que la flotte ottomane compte plus de 400 unités. Cette supériorité navale jointe à la puissance écrasante de l'armée turque, qui peut aligner plus de 100 000 combattants épaulés par une artillerie excellente, contre 7000 défenseurs à peine, doit assurer le succès de l'entreprise, qui commence début avril 1453.

Les premières opérations navales et la bataille[modifier | modifier le code]

La flotte ottomane est commandée par Baltoglu Süleyman Bey. C'est un Bulgare converti à l'Islam. Mehmet II lui a donné des instructions très claires et impératives: empêcher tout navire de quitter la ville assiégée ou d'y pénétrer, soutenir l'effort des troupes terrestres assiégeantes par le bombardement des murailles, s'emparer du chenal de la Corne d'Or, barré par les Byzantins depuis le 3 avril, à son embouchure et sur toute sa largeur, par une énorme chaîne. Cette dernière tâche se révèle très rapidement irréalisable.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]