Bataille des îles Lipari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille des îles Lipari
Carte des Iles Eoliennes avec la plus grande des îles de l'archipel, Lipari
Carte des Iles Eoliennes avec la plus grande des îles de l'archipel, Lipari
Informations générales
Date 260 av. J.-C.
Lieu Lipara, Sicile
Issue Victoire carthaginoise
Belligérants
République romaine Carthage
Commandants
Cnaeus Cornelius Scipio Asina Hannibal Gisco
Forces en présence
17 navires 20 navires
Pertes
Flotte capturée Inconnues
Première Guerre punique
Batailles
MessineAgrigenteÎles LipariMylaeSulciTyndarisCap EcnomeAdysTunisPanormusDrepanumLillybaeumDrepanaMont Ercte1re Mont Eryx2e Mont EryxÎles Égates

La bataille des îles Lipari de 260 av. J.-C. fut la première rencontre entre les flottes de Carthage et celles de la République romaine durant la Première guerre punique, près des îles Lipari au nord de la Sicile. La victoire carthaginoise résulte davantage d'une embuscade que d'une véritable bataille.

Origines[modifier | modifier le code]

Après les succès terrestres en Sicile comme lors de la bataille d'Agrigente, et les harcèlements des navires carthaginois sur les côtes italiennes, les Romains décident de construire et d'équiper une flotte de 100 quinquérèmes et 20 trirèmes[1].

Le consul de l'année 260 av. J.-C., Cnaeus Cornelius Scipion obtient le commandement des 17 premiers navires construits et arrive à Messine afin de préparer l'arrivée du reste de la flotte et la traversée du détroit le séparant de la Sicile[2].

La rencontre[modifier | modifier le code]

Panorama de Lipari

Pendant que Scipion était sur le détroit, il reçut l'information selon laquelle la garnison de Lipara souhaitait passer dans le camp romain.

Le consul navigua jusqu'à Lipara et entra dans le port avec ses navires. Hannibal Gisco qui commandait la flotte punique à Palerme envoya Boodes avec 20 navires dès qu'il en fut informé, afin de bloquer les Romains à l'intérieur du port. Scipion et ses hommes ne résistèrent pas. Les équipages s'enfuirent à l'intérieur de l'île, tandis que le consul lui-même devait se rendre[2],[3]. L’historien romain Florus estime que Scipion s'était fait attirer et piéger à Lipari par une ruse conçue par les Carthaginois[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'incident ne mit pas fin à la première guerre punique, Scipion Asina fut libéré puisqu'il fut consul une seconde fois, mais les sources n'indiquent ni quand ni sous quelles conditions. Peu après, le consul Gaius Duilius à la tête du reste de la flotte vengea l'humiliation par la victoire de Mylae.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Polybe, Histoires, I, 20, 9
  2. a et b Polybe, Histoires, I, 21
  3. Periochae de Tite-Live, 17 ; Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, II, 10
  4. Florus, Histoire romaine, II, 2

Sources[modifier | modifier le code]