Bataille de la rivière Thames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la rivière Thames
Battle of the Thames.PNG
Informations générales
Date 5 octobre 1813
Lieu Près de Chatham-Kent en Ontario
Issue Victoire américaine décisive
Belligérants
Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni
Flag of None.svg Forces de Tecumseh
US flag 15 stars.svg États-Unis
Commandants
Henry Procter
Tecumseh
William Henry Harrison
Forces en présence
800 soldats
500 indiens
2,380 miliciens
1,000 cavaliers
120 soldats
260 indiens
Pertes
45 tués
35 blessés
442 redditions
15 tués
30 blessés
Guerre de 1812
Batailles
1812 : Bataille de l'île Mackinac (1812) - Bataille de Fort Dearborn - Bataille de Détroit - Campagne du Niagara - Bataille de Queenston Heights - Bataille du moulin de Lacolle (1812)
1813 : Bataille de Frenchtown - Combat du Shannon et de la Chesapeake - Bataille de York - Bataille de la rivière Thames - Guerre Creek - Bataille de Fort Mims - Bataille de Châteauguay - Bataille de la ferme Crysler
1814 : Bataille de l'île Mackinac (1814) - Incendie de Washington - Bataille de Prairie du Chien - Bataille de Baltimore - Bataille de Cook's Mills
1815 : Bataille de La Nouvelle-Orléans
Coordonnées 42° 33′ 45″ N 81° 55′ 53″ O / 42.5625, -81.931388888889 ()42° 33′ 45″ Nord 81° 55′ 53″ Ouest / 42.5625, -81.931388888889 ()  

Géolocalisation sur la carte : Ontario

(Voir situation sur carte : Ontario)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la rivière Thames.

La bataille de la rivière Thames, aussi connue sous le nom de bataille de Moraviantown, fut une victoire américaine décisive au cours de la guerre de 1812. Cet affrontement eut lieu le 5 octobre 1813 près de Chatham-Kent en Ontario, dans la région du Haut-Canada. Le chef shawnee Tecumseh trouva la mort lors de cette bataille, ce qui eut pour conséquence de réduire à néant la coalition des tribus indiennes qu'il menait.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre 1813, la United States Navy sous le commandement de Oliver Hazard Perry avait remporté une victoire navale décisive sur les forces britanniques au cours de la bataille du lac Érié. Le général britannique Henry Procter craignait alors de perdre sa voie d'approvisionnement et, contre l'avis de son allié Tecumseh, il décida de se retirer de Fort Malden. Le général américain William Henry Harrison suivit Procter à travers le Haut-Canada. Tecumseh implora à plusieurs reprises Procter de stopper et de faire face à Harrison, ce qu'il fit finalement à Moraviantown sur la rivière Thames.

Les forces engagées[modifier | modifier le code]

Le total des effectifs d'Harrison s'élevait à 3 500 fantassins et cavaliers : deux brigades d'infanterie sous les commandements des généraux Duncan McArthur et Lewis Cass, la cavalerie du Kentucky sous les ordres du colonel Richard Mentor Johnson et cinq brigades de la milice du Kentucky commandées par Isaac Shelby, le gouverneur du Kentucky âgé de soixante-trois ans et héros de la guerre d'indépendance. Beaucoup des volontaires servant sous les ordres de Johnson étaient originaires des alentours de la rivière Raisin et s'étaient engagés sous le slogan « Remember the Raisin ».

Procter avait à sa disposition environ 800 soldats ainsi que 500 Amérindiens menés par Tecumseh. Les soldats britanniques étaient alors très démotivés et les guerriers de Tecumseh devenaient de plus en plus impatients envers Procter à cause de sa réticence à stopper la marche et à faire front. Ce qui fit craindre à Procter une mutinerie. Les Britanniques avaient subi une longe marche forcée afin de tenter d'échapper à l'armée d'Harrison et leurs rations avaient été réduites de moitié. Alors qu'ils avançaient, les hommes d'Harrison commencèrent à rejoindre les traînards et les capturèrent au fur et à mesure.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le général William Henry Harrison

Le 4 octobre, Tecumseh accrocha les Américains près de Chatham en Ontario afin de freiner leur avance. Ses guerriers furent rapidement submergés et l'aide-de-camp de Procter, le lieutenant-colonel Augustus Warburton, perdit ses vivres ainsi que ses munitions au profit d'un raid américain. Le 5 octobre, Procter disposa les soldats britanniques en ligne à Moraviantown et projeta de piéger Harrison sur les rives de la rivière Thames en expulsant les Américains de la route grâce à son artillerie. Les guerriers de Tecumseh prirent position dans un marais sur la droite des Britanniques afin de prendre les Américains sur leur flanc. Le général Harrison inspecta le champ de bataille et ordonna à James Johnson (le frère de Richard Mentor Johnson) de lancer une attaque frontale contre les soldats britanniques. Malgré le tir de flanc des Amérindiens, Johnson fit une percée, les canons britanniques ayant échoué à faire feu. Immédiatement, Procter et ses forces se replièrent vers le champ, nombre d'entre eux se rendirent. Tecumseh resta et continua la bataille.

Richard Johnson était à la tête de 20 cavaliers lorsqu'il chargea vers la position indienne afin de détourner l'attention envers le gros des forces américaines, mais Tecumseh et ses guerriers répondirent avec une salve de leurs mousquets qui stoppa la charge de la cavalerie. Quinze hommes furent tués ou blessés et Johnson fut touché cinq fois. La majeure partie de ces forces se retrouva embourbée dans le marais. Tecumseh fut également tué lors de ce combat. Finalement, les hommes de Johnson réussirent à poursuivre à travers le marais et les troupes de James Johnson furent libérées de leur attaque contre les Britanniques. Dû à la convergence des renforts américains et à la nouvelle de la mort de Tecumseh, la résistance amérindienne tomba rapidement. Ensuite, la cavalerie se dirigea vers Moraviantown et brûla cette cité pacifique de Munsee chrétiens, qui n'avaient aucune implication dans le conflit.

Résultats[modifier | modifier le code]

Le chef Tecumseh, tué au cours de la bataille

La bataille de la rivière Thames fut une victoire décisive pour les Américains car elle leur permit de récupérer le contrôle de la frontière nord-ouest pendant tout le reste de la guerre. Cependant, Harrison ne profita pas de ce succès et se retira vers Détroit après avoir brûlé Moraviantown. Ce front resta calme jusqu'à la fin de la guerre.

La popularité d'Harrison augmenta et il fut élu par la suite président des États-Unis. Richard Mentor Johnson devint vice-président, dû en partie à la croyance qui lui accorderait la mort de Tecumseh.

Procter passa en cour martiale pour couardise et son commandement lui fut retiré. Les historiens furent plus cléments envers Procter, notant que la frontière de Détroit n'était plus tenable avec le peu de moyens (humains et matériels) dont disposait Procter suite au fait que le contrôle du Lac Érié ait été repris par les Américains. La mort de Tecumseh fut fatale pour l'alliance indienne dont il avait été l'instigateur puisque celle-ci fut dissoute juste après la bataille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dennis Carter-Edwards, « The War of 1812 Along the Detroit Frontier: A Canadian Perspective » dans The Michigan Historical Review, 13:2 (Fall 1987), p. 25-50.
  • (en) Freeman Cleaves, Old Tippecanoe: William Henry Harrison and His Time. New York: Scribner, 1939. ISBN 0945707010 (réédition de 1990).
  • (en) David R. Edmunds, « Forgotten Allies: The Loyal Shawnees and the War of 1812 » dans David Curtis Skaggs et Larry L. Nelson, eds., The Sixty Years' War for the Great Lakes, 1754-1814, p. 337-51. East Lansing: Michigan State University Press, 2001. ISBN 0870135694.
  • (en) John R. Elting, Amateurs, To Arms! A Military History of the War of 1812, Chapel Hill, NC: Algonquin, 1991. ISBN 0945575084 (hardcover); ISBN 0306806533 (1995 Da Capo Press paperback).
  • (en) John Sugden, Tecumseh's Last Stand, Norman, Oklahoma: University of Oklahoma Press, 1985. ISBN 0806119446.
  • (en) ———. Tecumseh: A Life. New York: Holt, 1997. ISBN 0805041389 (hardcover); ISBN 0805061215 (1999 paperback).

Liens externes[modifier | modifier le code]