Bataille de la mer de Java

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la mer de Java
L'Exeter sous les bombes
L'Exeter sous les bombes
Informations générales
Date 27 février 1942
Lieu mer de Java
Issue victoire japonaise
Belligérants
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des Pays-Bas Karel Doorman
Drapeau des Pays-Bas Conrad Helfrich
Drapeau du Japon Takeo Takagi
Forces en présence
2 croiseurs lourds
3 croiseurs légers
9 destroyers
2 croiseurs lourds
2 croiseurs légers
14 destroyers
10 transports de troupes
Pertes
2 croiseurs coulés
2 destroyers coulés
2 300 marins tués
1 destroyer abîmé
Seconde Guerre mondiale - Guerre dans le Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Tarawa · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Mindanao · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Reddition du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 5° 00′ 00″ S 111° 00′ 00″ E / -5, 1115° 00′ 00″ Sud 111° 00′ 00″ Est / -5, 111  

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la mer de Java.

La bataille de la mer de Java a été une des principales batailles navales de la campagne du Pacifique lors de la Seconde Guerre mondiale. Les marines alliées subirent une cuisante défaite de la part de la marine impériale japonaise, le 27 février 1942, et dans les actions secondaires qui s'ensuivirent pendant plusieurs jours. Le commandant des forces américano-britannico-néerlando-australiennes (ABDA), l'amiral Karel Doorman y fut tué. Les jours qui suivirent, plusieurs batailles plus petites eurent lieu autour de Java, comme la plus petite, mais néanmoins importante bataille du détroit de la Sonde.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'invasion des Indes orientales néerlandaises par les Japonais avait commencé à la mi-décembre 1941 et progressait à un rythme plus rapide que prévu. Au fur et à mesure que les campagnes de Malaisie et des Philippines avançaient pour les Japonais, de plus en plus de leurs unités étaient disponibles pour participer à l'agression et à l'isolement éventuel de Java. Aussi, après s'être emparés de bases dans l'est de Bornéo et au nord des Célèbes, des convois de troupes, protégés par des destroyers et des croiseurs avec un appui aérien fourni par des essaims d'avions de combats opérant à partir de bases prises aux alliés, fonçaient vers le sud par le détroit de Makassar vers la mer des Moluques. Pour s'opposer à ces forces d'invasion, les Alliés avaient créé au début de janvier 1942, un commandement unifié en Asie du Sud, connu sous le nom d'ABDACOM, dans le but de protéger la barrière de la Malaisie. Les Alliés avaient une flotte commandée par l'amiral Thomas Hart et composée principalement d'anciens navires de guerre américains et hollandais, avec de nombreux marins ayant déjà faits la Première Guerre mondiale. Le vice-amiral néerlandais Conrad Helfrich croyait être capable de vaincre les Japonais en mer et sur son insistance, le 23 janvier, Hart envoya un groupe de quatre destroyers US attaquer un convoi japonais dans le détroit de Makassar, alors qu'il s'approchait de Balikpapan sur l'île de Bornéo. Les destroyers furent en mesure de couler trois navires de transports ennemis. Le 13 février, les Alliés tentèrent en vain, lors de la bataille de Palembang, d'empêcher les Japonais de s'emparer d'un important port pétrolier dans l'est de Sumatra. Malgré cette défaite alliée, Helfrich fut persuadé que son point de vue était le bon sur sa position.

Vers la mi-février, le commandant en chef de l'ABDACOM, le général britannique Archibald Wavell informa le premier ministre britannique, Sir Winston Churchill que la défense de Java était une cause perdue. Bornéo, Sulawesi, Ambon et Bali étaient sous contrôle japonais. À Sumatra et au Timor, la guerre faisait encore rage mais on s'attendait à un résultat défavorable à la cause des Alliés. Après le départ de l'amiral Hart et du général Wavell, le commandement des troupes au sol et en mer fut confiée aux Pays-Bas. Le 12 février, le vice-amiral Helfrich prit le commandement de sa flotte et, en outre, reçut plusieurs navires américains, britanniques et australiens en renfort.

La nuit du 19 au 20 février, des troupes alliées attaquèrent le groupe oriental d'invasion au large de Bali lors de la bataille du détroit de Badung. Le 19 février également, les Japonais de la première force aéronavale, commandée par l'amiral Nagumo, attaqua et détruisit le port de Darwin dans le nord de l'Australie ce qui le rendit inutilisable comme source d'approvisionnement et base navale d'appui pour des opérations dans les Indes orientales.

Peu de temps avant la bataille, les chances ne paraissaient pas bonnes pour les forces alliées. Elles étaient désunies (navires venant de quatre marines distinctes) et démoralisées par les attaques aériennes incessantes et le sentiment général de la toute-puissance japonaise. En outre, la coordination entre les marines et les forces aériennes alliées était mauvaise.

La bataille[modifier | modifier le code]

HNLMS De Ruyter à l'ancre en février 1942, un peu avant la bataille.
Croiseur lourd japonais Haguro qui coula le HNLMS De Ruyter.

Les forces amphibies japonaises s'étaient rassemblées pour combattre et, le 27 février 1942, la flotte alliée commandée par Doorman, patrouillait au nord de Surabaya pour intercepter un convoi japonais qui s'approchait du détroit de Makassar. La force ABDA se composait de deux croiseurs lourds (le HMS Exeter et l'USS Houston), de trois croiseurs légers (le HNLMS De Ruyter (navire amiral), le HNLMS Java et le HMAS Perth) et de neuf destroyers (HMS Electra, HMS Encounter, HMS Jupiter, HNLMS Kortenaer, HNLMS Witte de With, USS Alden, USS John D. Edwards, USS John D. Ford et USS Paul Jones).

Le convoi japonais était escorté par deux croiseurs lourds (Nachi et Haguro), deux croiseurs légers (Naka et Jintsu) et quatorze destroyers (Yudachi, Samidare, Murasame, Harusame, Minegumo, Asagumo, Yukikaze, Tokitsukaze, Amatsukaze, Hatsukaze, Yamakaze, Kawakaze, Sazanami et Ushio) sous le commandement du contre-amiral Takeo Takagi. Les croiseurs lourds japonais étaient beaucoup plus puissants que les croiseurs alliés, armés chacun de dix canons de 8 pouces (203 mm) et de lance-torpilles. Par comparaison, l'Exeter était armé seulement de six canons de 8 pouces. Même si le Houston, possédait neuf canons de 8 pouces, seuls six étaient encore utilisables après que sa tourelle arrière ait été détruite lors d'une attaque aérienne antérieure.

Les forces alliées engagèrent le combat dans la mer de Java et la bataille fit rage par intermittence du milieu de l'après-midi à minuit alors que les Alliés essayaient d'atteindre et d'attaquer les navires de transports de troupe de la flotte japonaise mais ils furent repoussés par la puissance de feu supérieure de l'escorte ennemie. Les Alliés eurent localement la supériorité aérienne pendant les heures du jour parce que les forces aériennes japonaises ne pouvaient attaquer la flotte alliée par mauvais temps. Les conditions météorologiques entravaient également les communications, rendant la coopération entre les nombreuses unités alliées difficiles - tant pour la reconnaissance que la couverture aérienne et la position de la flotte - empirant au cours du temps. Les Japonais avaient aussi brouillé les fréquences radio. L'Exeter était le seul navire équipé d'un radar, une technologie émergente à l'époque.

Pendant sept heures, la flotte alliée commandée par Dorman essaya à plusieurs reprises de rejoindre et attaquer le convoi d'invasion; chaque tentative fut repoussée par l'escorte japonaise avec de lourdes pertes pour les Alliés.

Les flottes s'aperçurent l'une l'autre vers 16h00 le 27 février et arrivées à portée de tir, ouvrirent le feu à 16h 16. Les deux parties eurent peu de succès dans leurs tirs au cours de cette phase de la bataille. Le seul tir notable le fut sur l'Exeter qui eut sa chaufferie gravement endommagée par un obus de 8 pouces. Le navire se dirigea tant bien que mal vers Surabaya, escorté par le Witte de With. Les Japonais lancèrent deux salves de 92 énormes torpilles qui ne touchèrent que le Kortenaer. Il fut frappé par une torpille Type 93 qui le brisa en deux et le coula rapidement. L'Electra, couvrant l'Exeter, engagea le combat contre le Jintsu et l'Asagumo, réussissant plusieurs frappes, mais il subit lui-même de graves dommages dans sa superstructure. Après un important début d'incendie et à court de munitions, l'équipage reçut l'ordre d'abandonner le navire. Du côté japonais, seul l'Asagumo fut contraint de se retirer à cause des dommages subis.

La flotte alliée rompit le combat et s'éloigna vers 18h00, cachée par un écran de fumée fourni par les 4 destroyers US de la division 58. Ils lancèrent également une torpille mais à une trop longue distance pour qu'elle soit efficace. Les navires se dirigèrent d'abord vers Java au sud, puis à l'ouest puis au nord à la nuit tombée pour tenter d'échapper à l'escorte japonaise et tomber directement sur le convoi. Ce fut à ce moment-là que les navires de la division 58, leurs torpilles épuisées, revinrent de leur propre initiative à Surabaya.

Peu de temps après, à 21h 25, le Jupiter heurta une mine et fut coulé, tandis qu'environ 20 minutes plus tard, la flotte passa à l'endroit où le Kortenaer avait sombré un peu plus tôt, et l'Encounter fut chargé de repêcher les survivants. La flotte de Doorman, désormais réduite à 4 croiseurs, rencontra à nouveau l'escorte japonaise à 23h 00; les deux colonnes échangèrent dans l'obscurité des tirs à longue portée, jusqu'à ce que le De Ruyter et le Java soient coulés par une salve dévastatrice de torpilles. Doorman et la plupart de ses hommes coulèrent avec le De Ruyter et seulement 111 hommes furent sauvés pour les deux navires. Il ne restait plus que les croiseurs Perth et Houston; à courts de carburant et de munitions et, suivant les dernières instructions de Doorman, les deux navires battirent en retraite, arrivant à Tanjung Priok le 28 février.

Bien que la flotte alliée n'ait pas détruit la flotte d'invasion japonaise, elle permit aux défenseurs de Java d'avoir un jour de sursis.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Bataille du détroit de la Sonde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille du détroit de la Sonde.

Le Perth et le Houston étaient à Tanjung Priok le 28 février quand ils reçurent l'ordre de rejoindre Tjilatjapna par le détroit de la Sonde. Les matériels de réparation manquaient sur Java et ni l'un ni l'autre ne pouvait être totalement réarmé ou faire le plein en carburant. Ils partirent à 21h 00 le 28 février pour le détroit de la Sonde mais, par malchance, ils croisèrent la flotte principale japonaise pour l'invasion de Java Ouest dans la baie Bantam. Les navires alliés se trouvèrent face à au moins trois croiseurs et plusieurs destroyers. Après un combat nocturne féroce qui se termina minuit passé, le Perth et le Houston furent coulés. Un navire démineur et un transport de troupes japonais furent coulés par les tirs alliés, tandis que trois autres transports de troupes furent endommagés et durent être réparés à sec.

Deuxième bataille de la mer de Java[modifier | modifier le code]

Après des réparations d'urgence l'Exeter gravement endommagé partit pour Ceylan. Il quitta Surabaya au crépuscule le 28 février se dirigeant avec peine vers le détroit de la Sonde, escorté par l'Encounter et le Pope. Les trois navires furent interceptés et coulés par les croiseurs lourds japonais Nachi et Haguro le matin du 1er mars.

Détroit de Bali[modifier | modifier le code]

Les 4 destroyers américains de la division 58: l'Edwards, le Ford, l'Alden et le Jones, étaient aussi à Surabaya; ils partirent à la nuit tombante le 28 février pour l'Australie. Après une brève rencontre avec un destroyer japonais dans le détroit de Bali, ils purent s'échapper et ils atteignirent Fremantle sans problème le 4 mars.

Fin[modifier | modifier le code]

Deux autres navires américains et un destroyer néerlandais furent aussi coulés alors qu'ils tentaient de s'échapper vers l'Australie. La force navale alliée avait été presque totalement détruite: 10 navires et environ 2173 marins avaient été perdus. La bataille de la mer de Java mit fin aux importantes opérations navales alliées dans le Sud-Est asiatique du début de 1942 et les forces terrestres japonaises purent envahir Java le 28 février. Les États-Unis et la Royal Air Force commença alors à se retirer vers l'Australie. Des troupes néerlandaises aidées par quelques Britanniques se battirent avec acharnement pendant une semaine. Les Japonais exécutèrent de nombreux prisonniers de guerre alliés et sympathisants indonésiens. En dehors du problème de logistique des Alliés, le facteur décisif de la victoire japonaise semble avoir été sa puissance aérienne. Finalement, les Japonais ont gagné ce combat d'usure et les forces ABDA capitulèrent le 9 mars.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) David Brown, Warship Losses of World War Two, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1990 (ISBN 978-1-55750-914-7, LCCN 94073841)
  • (en) David Burchell, The Bells of the Sunda Strait, Adelaide, Australia, Rigby,‎ 1971
  • T. J. Cain, HMS Electra, London, Futura Publications,‎ 1959
  • (en) Andrieu D'Albas, Death of a Navy: Japanese Naval Action in World War II, Devin-Adair Pub,‎ 1965 (ISBN 978-0-8159-5302-9)
  • (en) Paul S. Dull, A Battle History of the Imperial Japanese Navy, 1941-1945, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1978 (ISBN 978-0-87021-097-6, LCCN 77077933)
  • (en) G. Hermon Gill, Volume I – Royal Australian Navy, 1939–1942, Canberra, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945 »,‎ 1957 (présentation en ligne, lire en ligne), chap. 15 (« Abda and Anzac »)
  • (en) G. Hermon Gill, Volume I – Royal Australian Navy, 1939–1942, Canberra, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945 »,‎ 1957 (présentation en ligne, lire en ligne), chap. 16 (« Defeat in Abda »)
  • Oliver L. Gordon, Fight It Out, William Kimber,‎ 1957
  • (en) Eric Grove, Sea Battles in Close-Up: World War II, vol. 2, Annapolis, MD, États-Unis, Naval Institute Press,‎ 1993 (ISBN 978-0-7110-2118-1)
  • Tameichi Hara, Japanese Destroyer Captain, New York & Toronto, Ballantine Books,‎ 1961 (ISBN 978-0-345-27894-4)- Firsthand account of the battle by the captain of the Japanese destroyer Amatsukaze.
  • (en) Heber Holbrook, U.S.S. Houston: The Last Flagship of the Asiatic Fleet, Dixon, CA, États-Unis, Pacific Ship and Shore,‎ 1981
  • (en) James D. Hornfischer, Ship of Ghosts: The Story of the USS Houston, FDR's Legendary Lost Cruiser, and the Epic Saga of Her Survivors, New York, Bantam,‎ 2006 (ISBN 978-0-553-80390-7, OCLC 69680190, LCCN 2006047530)
  • (en) Edwin P. Hoyt, The Lonely Ships: The Life and Death of the Asiatic Fleet, New York, David McKay Company,‎ 1976
  • (en) Eric Lacroix et Linton Wells, Japanese Cruisers of the Pacific War, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1997, 1e éd. (ISBN 978-0-87021-311-3, LCCN 90030887)
  • (en) Ronald McKie, Proud Echo: The Great Last Battle of HMAS Perth, Sydney, Angus & Robertson,‎ 1953
  • (en) Samuel Eliot Morison, The Rising Sun in the Pacific 1931 - April 1942, vol. 3 of History of United States Naval Operations in World War II, Edison (homonymie), Castle Books,‎ 1958 (reissue 2001) (ISBN 978-0-7858-1304-0)
  • (en) Robert Sinclair Parkin, Blood on the Sea: American Destroyers Lost in World War II, Cambridge, Da Capo Press,‎ 1995, 1e éd., poche (ISBN 978-0-306-81069-5, LCCN 2010525063)
  • (en) Alan Payne, HMAS Perth: The Story of a Six-Inch Cruiser, 1936-1942, Garden Island, NSW, Aus, The Naval Historical Society of Australia,‎ 2000
  • (en) Duane Schultz, The Last Battle Station: The Story of the USS Houston, New York, St Martins Press,‎ 1985, 1e éd. (ISBN 978-0-312-46973-3, LCCN 84024970)
  • (en) David A. Thomas, The Battle of the Java Sea, New York, Stein & Day,‎ 1968, poche (ISBN 978-0-330-02608-6, OCLC 16205487)
  • (en) F. C. van Oosten, The Battle of the Java Sea (Sea battles in close-up; 15), Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1976 (ISBN 978-0-87021-911-5, OCLC 3003692, LCCN 76024052)
  • (en) Ronald H. Spector, Eagle Against the Sun : The American War With Japan, New York, Naval Institute Press,‎ 1985, 1e éd., poche (ISBN 978-0-394-74101-7), « The Short, Unhappy Life of ABDACOM »
  • (en) Brendan Whiting, Ship of Courage: The Epic Story of HMAS Perth and Her Crew, Australia, Allen & Unwin Pty., Limited,‎ 1995, 1e éd. (ISBN 978-1-86373-653-4, LCCN 94235282)
  • (en) Walter G. Winslow, The Ghost that Died at Sunda Strait, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1984 (ISBN 978-0-87021-218-5, LCCN 84018896)- Firsthand account of the battle by a survivor from USS Houston
  • (en) Walter G. Winslow, The Fleet the Gods Forgot: The U.S. Asiatic Fleet in World War II, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1994, 1e éd. (ISBN 978-1-55750-928-4, LCCN 81085442)

Films[modifier | modifier le code]

  • Slag in de Javazee, De (The Battle of the Java Sea), NFM/IAF, 1995 [présentation en ligne] — Film documentaire sur la bataille - Durée:135 minutes. A remporté le "Golden Calf" award en tant que "meilleur long documentaire" au Festival du film néerlandais en 1996.