Bataille de la mer d'Arafura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la mer d'Arafura
Vedette lance-torpille de la classe Jaguar
Vedette lance-torpille de la classe Jaguar
Informations générales
Date
Lieu Mer d'Arafura
Issue Victoire néerlandaise
Belligérants
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Commandants
Commodore Yos Soedarso †
Forces en présence
1 destroyer
1 frégate
Plusieurs avions
3 vedettes lance-torpilles
Pertes
1 vedette coulée
Opération Trikora (id)

La bataille de la mer d'Arafura est livrée le au large des côtes de l'actuelle province indonésienne de Papouasie alors nommé Nouvelle-Guinée occidentale, sur l'île de Nouvelle-Guinée. Les Indonésiens appellent cette bataille Pertempuran Laut Aru (« bataille de la mer d'Aru », du nom de l'archipel voisin, les îles Aru). Cette bataille fait partie de l'Opération Trikora (id), lancée par l'Indonésie pour éviter l'indépendance de la Nouvelle-Guinée néerlandaise.

L'emplacement[modifier | modifier le code]

La mer d'Arafura est un petit bassin d’eau chaude d’environ 700 000 km2 bordant les îles sud de l’Indonésie et les récifs nord de l’Australie. Il a une profondeur moyenne de 50 m (200 m au maximum). Il se subdivise ensuite à l'Est dans le golfe de Carpentarie.

L'affrontement[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, les Pays-Bas décident d'accélérer le processus de décolonisation de la Nouvelle-Guinée néerlandaise par le biais d'élections. L'Indonésie qui revendique la souveraineté sur la région, s'oppose au processus indépendantiste et décide de procéder à un débarquement militaire.

À cette fin elle dépêche sur place 3 vedettes lance-torpilles de la marine indonésienne de la classe Jaguar (en) (de fabrication allemande) transportant de l'infanterie de marine, les KRI Matjan Tutul, KRI Matjan Kumbang et KRI Harimau.

Le 15 janvier 1962, la flottille est interceptée en mer d'Arafura par le destroyer Hr. Ms. Utrecht (de la classe Friesland (en)), la frégate Hr. Ms. Evertse et des avions Lockheed P2V Neptune et « Fairey Firefly » de la marine royale néerlandaise. Dans l'affrontement qui s'ensuit, le Macan Tutul est coulé. Plusieurs marins et soldats sont tués, dont le commandant de l'expédition, le commodore Yos Soedarso, considéré aujourd'hui en Indonésie comme un héros national. Son nom a été donné à une des îles du lieu de la bataille, anciennement appelée Kimaam ou Dolok.

Le destroyer Hr. Ms. Friesland

Fin du conflit[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas sont soucieux de ne pas envenimer le conflit et de lui trouver une issue pacifique, alors que l'URSS a lancé un ultimatum et ordonné à douze sous-marins de la marine soviétique présents sur zone (officiellement sous pavillon indonésien) de se tenir prêts à couler tout navire s'approchant de la Nouvelle-Guinée occidentale à partir du [1]. Le 31 juillet 1962, par l'accord de New York, ils acceptent de transférer l'administration de la région à l'Autorité exécutive temporaire des Nations unies, qui la remet définitivement à l'Indonésie en 1963.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sous-marins soviétiques et US Navy, Alexandre Mozgovoï, Marines éditions, 2003, (ISBN 2909675947), p. 45-46

Liens externes[modifier | modifier le code]