Bataille de la Tchiornaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Tchernaïa
La bataille de la Tchernaïa par Gerolamo Induno (1857), à la Gallerie di Piazza Scala à Milan.
La bataille de la Tchernaïa par Gerolamo Induno (1857), à la Gallerie di Piazza Scala à Milan.
Informations générales
Date 16 août 1855
Lieu Traktir, sur la Tchernaïa,
actuelle Ukraine
Issue Victoire franco-sarde
Belligérants
Drapeau de la France France

Flag of Italy (1861-1946) crowned.svgRoyaume de Sardaigne
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Commandants
Aimable Pélissier Mikhaïl Gortchakov
Forces en présence
60 000 hommes 58 000 hommes
Pertes
1224 Français, 36 Piémontais 3350 Russes
Guerre de Crimée
Batailles
Oltenița · Cetate (en) · Silistra (en) · Sinope · Kurekdere (en) · Bomarsund (en) · Petropavlovsk · Alma · Balaklava · Inkerman · Sébastopol · Eupatoria · Taganrog · Tchernaïa · Kars · Malakoff · Grand Redan (en) · Kinburn
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 44° 28′ 00″ N 33° 51′ 00″ E / 44.466666666667, 33.8544° 28′ 00″ Nord 33° 51′ 00″ Est / 44.466666666667, 33.85  

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

(Voir situation sur carte : Ukraine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la Tchiornaïa.

La Bataille de la rivière Tchernaïa ou Bataille de la Tchernaïa (en russe : Сражение у Чёрной речки, Сражение у реки Чёрной) est une bataille qui eut lieu non loin de la rivière Tchernaïa pendant la Guerre de Crimée le 16 août 1855 entre la Russie et une coalition de troupes Françaises et Piémontaises.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La bataille commença par une offensive des Russes qui voulaient mettre fin au siège de Sébastopol. Deux corps d'armée russes sous les ordres du Prince Mikhaïl Gortchakov (58 000 soldats) affrontèrent les troupes franco-sardes du Général Pélissier (60 000 hommes). Bien que les témoins de la bataille furent étonnés par l'incroyable courage des soldats russes et l'impétuosité de leur attaque, l'assaut de l'armée russe fut très mal organisé. On sait que Gortchakov envoya une note à ses généraux avec ces mots "Commençons", signifiant qu'ils devaient commencer à déployer leurs forces, alors que les généraux l'interprétèrent comme un ordre de passer à l'attaque et agirent en conséquence, se heurtant à une résistance de la part des Français et des Piémontais du Général Alfonso La Marmora. La bravoure des soldats piémontais et français des 50e, 82e, 95e, 97e régiments de ligne; du 19e Chasseurs à pied; et des 2e et 3e régiments de zouaves fut tout particulièrement remarquée. La bataille se termina par une victoire alliée. Les pertes furent trois fois plus élevées du côté russe que du côté adverse, qui perdit cependant le général piémontais Montevecchio. Quant aux sujets du Tsar, ils perdaient trois généraux.

La mauvaise gestion de la bataille fut moquée par ses acteurs. Elle inspira au comte Léon Tolstoï une chanson satirique, la seule pièce en vers qu'on lui connaisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]