Bataille de la Sakarya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Sakarya
lithographie grecque de la bataille de la Sakarya
lithographie grecque de la bataille de la Sakarya
Informations générales
Date 14 août-13 septembre 1921
Lieu berges de la Sakarya à Polatli
Turquie
Issue Résultat tactique indécis, victoire stratégique turque
Belligérants
Drapeau de la Turquie Turquie State Flag of Greece (1863-1924 and 1935-1970).svg Royaume de Grèce
Commandants
Mustafa Kemal Atatürk général Anastasios Papoulas
Forces en présence
environ 75 000 hommes environ 77 000 hommes
Pertes
environ 22 000 tués, blessés, prisonniers environ 20 000 tués, blessés, prisonniers
Guerre gréco-turque (1919-1922)

La bataille de la Sakarya est livrée pendant la guerre gréco-turque (1919-1922). Bataille décisive du conflit, elle a lieu du 14 août au 13 septembre 1921 sur les berges de la Sakarya dans les alentours de Polatli, qui est aujourd’hui une localité du district d’Ankara.

La situation militaire à la veille de l’offensive[modifier | modifier le code]

La bataille[modifier | modifier le code]

Duatepe, le 10 septembre 1921. Fevzi Çakmak, Mustafa Kemal, Ismet Inönü et Hayrullah Fişek.

Le 14 août, l’offensive grecque débute par une attaque sur trois points du front turc qui vise à déborder les défenses adverses, la finalité des opérations étant la destruction des armées turques et l’occupation d’Ankara. L’avance balaie toute opposition et le 2 septembre, elle atteint le Chal Dag, une montagne des environs d’Ankara. Elle ne va pas plus loin. En effet, les lignes de ravitaillement sont étirées au maximum et harcelées sans répit par la cavalerie kémaliste et finalement, elles ne suivent plus. L’état-major hellénique ne peut que constater l’essoufflement de l’offensive qui se heurte de surcroît à une résistance de plus en plus acharnée et pour éviter une catastrophe, il ordonne le repli des troupes sur la ligne Eskişehir-Afyonkarahisar, base de départ de l’offensive et abandonne tout le terrain conquis.

Mustafa Kemal, commandant en chef des forces turques, le 5 août 1921.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Si la retraite s’effectue en bon ordre, il n’en demeure pas moins que cette bataille âprement disputée se termine par une victoire incontestable des armées turques, dont le caractère décisif apparaît dans toute son ampleur quelques mois plus tard. En effet, la Grèce est au bord de la faillite, ses ressources sont épuisées, elle n'a plus les moyens financiers et militaires de poursuivre la guerre et la bataille de la Sakarya, dans laquelle elle a jeté ses dernières forces, constituait pour elle l'ultime chance d'obtenir par les armes une issue heureuse du conflit. Ses troupes vont désormais demeurer sur leurs positions pendant plusieurs mois, dans l'incapacité de tenter quoi que ce soit de sérieux contre les Turcs alors que ceux-ci préparent méticuleusement leur contre-attaque. Celle-ci débute le 26 août 1922 et sera irrésistible. Le repli des unités grecques se transforme en débâcle et le 9 septembre, la 2e division de cavalerie turque entre dans Smyrne abandonnée la veille en toute hâte et dans une indescriptible panique.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dr Noble Frankland, The Encyclopedia of 20th century warfare, Mitchell Beazley Publishers, Londres 1989, ISBN 0-85533-747-8
  • David Méchin, Catastrophe, le conflit d'Asie Mineure 1919-1922, revue Avions numéro 156, mars-avril 2007
  • Général Jean Bernachot, Les armées françaises en Orient après l'armistice de 1918, tome 3, Imprimerie Nationale, Paris, 1972