Bataille de la Macta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Macta
Informations générales
Date 28 juin 1835
Lieu Défilé de la Macta
Issue Victoire arabe
Belligérants
Drapeau français Royaume de France Arabes
Commandants
Camille Alphonse Trézel Abd el-Kader
Forces en présence
2 300 hommes 10 000 à 15 000 hommes
Pertes
262 morts
308 blessés
~ 2 000 morts ou blessés
Conquête de l'Algérie
Batailles
Campagne contre la Régence d'Alger (1830-1837)

Sidi-Ferruch · Staoueli · Sidi Khalef · Alger · Blida · Oran · Bône · 1re Constantine · 2e Constantine

Campagne contre Abd-el-Kader (1832-1834)

Kheng-Nettah · 1re Bougie

Campagne contre Abd-el-Kader (1835-1837)

2e Bougie · Sig · Macta · Mascara · Habrah · Tlemcen · Sikkak · Somah · Traité de Tafna

Campagne contre Abd-el-Kader (1839-1847)

Portes de Fer · Mazagran · Afroum · Mouzaïa · Médéa · La Smala · Isly · Sidi-Brahim

Campagne de la Grande Kabylie (1857)

Chellata · Mezeguene · Aït Aziz

Campagne de pacification (1830-1871)

El Ouffia (1832) · Zibans (1844) · Enfumades (1845) · Zaatcha (1849) · Laghouat (1852) · Mokrani (1871)

Campagne du Sahara (1881-1902)

Flatters · 1re Hoggar · Tit · 2e Hoggar

La bataille de la Macta oppose, le 28 juin 1835 au défilé de la Macta (entre Mostaganem et Arzew), les forces du général français Trézel et celles de l'émir Abd el-Kader, pendant les opérations de conquête de l'Algérie par la France.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le général Trézel, à la tête d'une armée de 2 500 hommes marchant sur Mascara, capitale de l'émir Abd el-Kader, est attaqué par les forces de ce dernier au défilé de la Macta et sévèrement battu (262 tués et 308 blessés du côté français).

Les deux bataillons de la Légion étrangère, le 4e (polonais) et le 5e (italien), engagés dans l'affrontement, s'accusent mutuellement d'erreurs tactiques. Cet incident amène le colonel Bernelle à modifier l'organisation de ses troupes. Alors que les bataillons étaient constitués en unités nationales, il décide d'amalgamer l'ensemble des nationalités dans chacun des bataillons. Le français devient la seule langue de commandement contribuant à renforcer la cohésion du corps et constituant un véritable esprit légionnaire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Champs de Bataille thématique, n° 28, septembre 2012, p. 33-34

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jacques Garnier (dir.), Dictionnaire Perrin des guerres et batailles de l'histoire de France, Paris, Perrin,‎ 18 novembre 2004, 17x25 cm, 906 p. (ISBN 2-262-00829-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]