Bataille de l'Afsluitdijk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de l'Afsluitdijk
Le Fort Kornwerderzand.
Le Fort Kornwerderzand.
Informations générales
Date 12-14 mai 1940
Lieu Afsluitdijk, Pays-Bas
Issue Victoire néerlandaise
Belligérants
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau des Pays-Bas Christiaan Boers Drapeau de l'Allemagne Kurt Feldt
Forces en présence
225 hommes
1 patrouilleur
500 soldats de la 1. Kavalleriedivision
69 avions
obusiers
Pertes
1 tué
2 blessés
2 civils tués
10 civils blessés
5 tués
25 blessés
4 avions abattus
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Bataille des Pays-Bas

Plan jaune · Bataille de Maastricht · Bataille de La Haye · Bataille de Grebbeberg · Bataille de l'Afsluitdijk · Bataille de Hannut · Bombardement de Rotterdam · Reddition du 15 mai · Combats en Zélande


Bataille de France et Campagne des 18 jours


Incidents aériens en Suisse


Front d’Europe de l’ouest

Coordonnées 53° 04′ 27″ N 5° 20′ 13″ E / 53.074167, 5.336944 ()53° 04′ 27″ Nord 5° 20′ 13″ Est / 53.074167, 5.336944 ()  

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de l'Afsluitdijk.

La bataille de l'Afsluitdijk est une tentative infructueuse par l'armée allemande de prendre le contrôle de l'Afsluitdijk en mai 1940, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Si les Allemands avaient pris la digue, ils auraient pu envahir la Hollande-Septentrionale à partir du nord. Les troupes néerlandaises étaient dirigés par le capitaine Christiaan Boers et les Allemands par le Général major Kurt Feldt.

Fortifications et préparations[modifier | modifier le code]

L'Allemagne envahit les Pays-Bas dans le cadre du plan jaune le 10 mai 1940. La Wehrmacht perce rapidement les deux minces lignes de défense, la ligne O et la ligne Q, que les Néerlandais avaient établis pour défendre les provinces du nord du pays.

La 1. Kavalleriedivision, transformée plus tard en 24e Panzerdivision se prépare à lancer un assaut frontal contre les positions néerlandaises de l'Afsluitdijk le 12 mai, comprenant deux lignes de casemates. La défense néerlandaise consiste en 230 hommes répartis dans 17 casemates, équipées de mitrailleuses Schwarzlose MG M.07/12 et d'un canon naval de 50 mm.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Plus tôt en mai 1940, deux sections d'infanterie de 70 hommes au total est envoyée sur la digue afin d'empêcher les débarquements allemands derrière le fort. 7 avions de chasse de la Luftwaffe sont envoyés afin d'intercepter les soldats néerlandais. 1 soldat est tué ainsi que 2 civils et 10 autres civils blessés. Les Néerlandais se redéploient ensuite sur les lignes de défense.

Jusqu'au 12 mai, une certaine accalmie règne. 3 soldats allemands sont envoyés afin de vérifier si les fortifications néerlandaises avaient été abandonnées, accueillis par des tirs de mitrailleuses. 2 d'entre eux sont tués tandis que le troisième parvient à s'échapper. L'armée allemande décide alors de lancer un assaut afin de capturer l'Afsluitdijk, qui devait consister en une série de raids aériens de la Luftwaffe puis des bombardements par les obusiers avant d'envoyer 500 soldats capturer la digue.

Toutefois, à l'insu des Allemands, les Néerlandais disposaient de canons anti-aériens qui abattront au moins 4 avions de la Luftwaffe. 62 bombes parviennent cependant à toucher les fortifications. Les obusiers font ensuite feu sur les positions néerlandaises. Les Allemands lancent une attaque contre la digue, Boers donne l'ordre d'attendre que ceux-ci soient à moins de 800 mètres des lignes avant d'ouvrir le feu. En 1 heure et 20 minutes, les mitrailleuses néerlandaises contraignent les Allemands à abandonner le combat et à se replier.

Le 14 mai, dans la matinée, l'artillerie allemande ouvre le feu à nouveau contre les fortifications néerlandaises. Le HNLMS Johan Maurits van Nassau de la marine royale néerlandaise riposte avec ses 3 canons de 155 mm depuis la mer des Wadden, à environ 18 km de sa position, faisant taire les obusiers allemands. Le général Kurt Feldt ignorait en effet la présence de toute artillerie néerlandaise dans la région et encore moins d'un gros calibre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les fortifications sont restées aux mains des Néerlandais jusqu'à la reddition du 15 mai.

Les civils locaux déclarent que des centaines d'Allemands ont été tués, et que la digue a été remplie de cadavres. Les Allemands indiquent que deux de leurs hommes ont été tués le 12 et trois le 13. Vingt-cinq autres soldats allemands ont été blessés. Les Néerlandais ont subi un tué au cours de la première attaque de la Luftwaffe et deux blessés lors du bombardement, lorsque deux soldats postés sur les canons antiaériens ont été touchés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]