Bataille de l'Èbre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la bataille de la Guerre civile espagnole. Pour la bataille de la deuxième guerre punique, voir Bataille de l'Èbre (217 av. J.-C.). Pour les autres significations, voir Èbre (homonymie).
Bataille de l'Èbre
Carte de l'Espagne en novembre 1938, à la fin de la bataille de l'Èbre.
Carte de l'Espagne en novembre 1938, à la fin de la bataille de l'Èbre.
Informations générales
Date 25 juillet 1938 au 16 novembre 1938
Lieu Basse vallée de l'Èbre, Espagne
Issue Victoire franquiste décisive
Belligérants
Flag of Spain (1931 - 1939).svg République espagnole
Flag of the International Brigades.svg Brigades internationales
Flag of Spain (1938 - 1945).svg Camp nationaliste
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg Troisième Reich
Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Royaume d'Italie
Commandants
Flag of the International Brigades.svgVicente Rojo Lluch
Flag of the International Brigades.svgJuan Guilloto León
Flag of the International Brigades.svg Enrique Líster
Flag of the International Brigades.svg Manuel Tiguena
Flag of the International Brigades.svg Etelvino Vega
Flag of the International Brigades.svg José Barrio Navarro, Hans Kahle
Flag of the International Brigades.svg Dominiciano Leal
Flag of the International Brigades.svg Manuel Alvarez
Flag of the International Brigades.svg Antonio Beltrán Casaña
Forces en présence
100 000 hommes
env. 150 avions (dont 24 bombardiers Tupolev SB-2, 90 Polikarpov I-16 type 5, 6 et 10 "Mosca" et quelques Polikarpov I-5 "Chato")
Quelques pièces d'artillerie
98 000 hommes
plus de 400 avions (dont des Heinkel He-111, des Fiat CR.32, des Savoia SM.79 et SM.81, des Messerschmitt Bf-109 C et D, et 3 Junkers Ju-87 "Stuka")
200 pièces d'artillerie
Pertes
10 000 morts
34 000 blessés
19 563 prisonniers
env. 70 avions abattus
6 500 morts
30 000 blessés
5 000 prisonniers
env. 50 avions abattus
Guerre d'Espagne
Coordonnées 41° 09′ 50″ N 0° 28′ 30″ E / 41.163888888889, 0.47541° 09′ 50″ Nord 0° 28′ 30″ Est / 41.163888888889, 0.475  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de l'Èbre.

La bataille de l'Èbre est le plus vaste des combats qui furent livrés durant la guerre d'Espagne entre les forces républicaines et les insurgés nationalistes. Elle se déroula dans la basse vallée de l'Èbre, entre le 25 juillet et le 16 novembre 1938. Ce fut la dernière grande offensive des républicains, mais elle se solda par un échec tactique et stratégique qui précipita la fin de la guerre.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article connexe : Offensive du Levant.

Au début de l'année 1938, le camp républicain est en difficulté : les régions basques sont tombées, le POUM détruit par les combats internes. Pour beaucoup de gouvernements étrangers ce n'est qu'une question de temps avant que la guerre ne soit résolue en faveur des nationalistes. Après la perte de Teruel par les troupes républicaines le 20 février 1938, les troupes nationalistes lancent l'offensive d'Aragon et le 15 avril suivant atteignent la Méditerranée en prenant la ville de Vinaròs (Castellón), coupant en deux le territoire restant aux mains des troupes républicaines. Les troupes qui se sont retirées de Teruel et des autres points du sud de l'Aragon se sont repliées sur la rive gauche de l'Èbre. Mais même dans ces conditions, la pression exercée par les nationalistes sur Valence et le Levant méditerranéen se fait insupportable, car ils essaient par tous les moyens d'élargir leur positions entre les deux zones républicaines.

Le général Vicente Rojo, chef de l'état-major central républicain, projette de lancer une vaste opération, afin de distraire l'attention des nationalistes de Valence, et ainsi soulager le Levant. Le plan de Rojo consiste à lancer par surprise une offensive massive sur les forces nationalistes qui stationnent sur la rive droite de l'Ebre. Cela suppose l'extension du conflit sur un front long de plus de 60 kilomètres, entre les localités de Mequinenza (dans la province de Saragosse) au nord, à Amposta (dans la province de Tarragone) au sud.

L'opération est tout à fait ambitieuse et audacieuse - et d'autant plus surprenante pour l'adversaire - que les fleuves à fort débit comme l'Èbre étaient considérés généralement par les militaires comme des barrières infranchissables. Sur le plan de la politique internationale, cette opération est appuyée par le Premier ministre Juan Negrín, qui veut montrer aux puissances européennes démocratiques (en particulier la France et le Royaume-Uni) que l'issue de la guerre n'est encore nullement décidée.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Camp républicain[modifier | modifier le code]

Drapeau de la 44e Division de l'Armée Populaire de la IIe République espagnole, créée en 1937 et combattant sur les fronts de Belchite, Aragon, Èbre et de Catalogne (musée de Tabar, Navarre).

Du côté républicain, les forces qui interviennent dans les opérations sont intégrées au « Groupe Autonome de l'Èbre » (Agrupación Autónoma del Ebro en espagnol), sous le commandement du colonel des milices Juan Modesto et regroupent environ 100 000 hommes. On dénombre ainsi les unités de :

  • les 11e, 45e et 46e divisions, commandées par Enrique Líster, constituent le Ve Corps d'Armée ;
  • les 16e et 44e divisions, commandées par Etelvino Vega, constituent le XIIe Corps d'Armée ;
  • les 3e, 35e et 42e divisions, commandées par Manuel Tagüeña, constituent le XVe Corps d'Armée ;
  • les 27e, 43e et 60e divisions et la 2 e brigade de Cavalerie, constituent l'Armée de l'Est.

On trouve également diverses divisions, habituées au combat. D'autres en revanche, à la suite des combats, sont recomposées avec de jeunes soldats catalans de 16 ou 17 ans, sans expérience du feu, appartenant à la classe 1941, surnommée la « Classe du biberon » (Quinta del biberón en espagnol).

Camp nationaliste[modifier | modifier le code]

Du côté des nationalistes, les forces qui prennent part au combat sont les 98 000 hommes du Corps d'Armée Marocain, commandés par le général Yagüe. Les principales divisions sont la 13e, 40e, 50e et 105e divisions. Exceptée la 50e, formée de soldats de remplacement, elles sont composées de troupes aguerries au combat : légionnaires, réguliers indigènes et mercenaires des territoires d'Ifni et du Sahara ou volontaires des milices phalangistes et carlistes. Face à la dureté des combats, ces troupes sont ensuite soutenues par le Corps d'Armée du Maestrazgo sous le commandement du général Rafael García Valiño. Ces troupes se trouvent déployées sur toute la rive droite de l'Èbre, depuis le Sègre jusqu'à la Méditerranée.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

L'offensive républicaine (juillet-août 1938)[modifier | modifier le code]

Carte de la bataille de l'Ebre. Trait bleu : Front initial et final. Trait rose : Front au 29 juillet 1938 (avancée maximale). Couleur rose : Zone des combats.

Avec un jour de retard sur le plan prévu, l'offensive commence le 25 juillet, peu après minuit, lorsque les forces républicaines dirigées par le colonel Juan Modesto lancent l'attaque de l'autre côté du fleuve Èbre. Elle se déroule sur trois fronts différents :

  • le premier, le plus important, correspond au coude de l'Èbre, entre Riba-roja d'Ebre, Flix et Ascó : c'est là que combattent les Ve et XVe corps d'armée de Líster et Tagüeña. Après avoir traversé le fleuve et avec le soutien de l'artillerie, ils avancent rapidement et, bien que manquant de transport mécanisé, atteignent et occupent en quelques jours les sierras de la Fatarella, de Pàndols et de Cavalls. Le 29 juillet ils atteignent les points extrêmes de leur avancée.
  • le deuxième sert à détourner l'adversaire du front principal. Les 9500 hommes de la 42e division attaquent au nord, entre Mequinenza et Fayón : ils arrivent à établir une tête de pont mais, par manque de soutien de l'aviation et de l'artillerie, ils n'arrivent pas à prendre Fayón et Mequinenza, ce qui les isole du front principal. Ils atteignent cependant les hauteurs des Auts, coupant la route qui relie les deux villages.
  • le troisième sert également à détourner l'adversaire : la 45e division est chargée du secteur sud près d'Amposta. Mais les nationalistes réagissent avec vigueur et infligent de lourdes pertes à la division.

Cependant, l'approvisionnement et la traversée du fleuve par les renforts deviennent problématiques. En effet, les armées nationalistes reçoivent l'appui de la Légion Condor qui attaque systématiquement les lieux de franchissement de l'Èbre, sans que l'aviation républicaine ne réplique avant plusieurs jours[1]. De plus, les nationalistes, renseignés par un ingénieur de la compagnie hydroélectrique, ouvrent les vannes des barrages de Tremp et de Camarasa, sur le cours supérieur de l'Èbre dans la province de Lérida. Elle provoque une soudaine crue du fleuve qui, charriant même des troncs chargés d'explosifs par les nationalistes, emporte hommes, camions et passerelles.

Au début du mois d'août, le front court de Mequinenza à Fayón, Vilalba dels Arcs, Gandesa, Bot et Prat de Comte. En revanche, les républicains échouent à s'emparer de Gandesa qui, étant un important nœud de communication, était un de leurs objectifs prioritaires. La bataille pour ce village devient pour les franquistes, qui jettent dans le combat tous les moyens terrestres et aériens disponibles, le symbole de l'arrêt de l'avance républicaine. Les républicains sont alors forcés de fortifier le front, afin de faire face à la contre-offensive malgré leur infériorité de moyens. Pour protéger leurs positions sur l'Èbre, ils franchissent le Sègre.

La contre-offensive nationaliste (août-novembre 1938)[modifier | modifier le code]

Bunker républicain durant la bataille de l'Èbre (rassemblement républicain de l'EuiA à Corbera d'Ebre en 2006).

C'est alors une véritable guerre de position que se livrent les deux camps, avec des assauts frontaux qui échouent mais en infligeant des pertes sévères à chacun. Les combats se concentrent d'abord sur la sierra de Magdalena (14 août), dont ils délogent les républicains. Puis Yagüe lance ses troupes sur le mont Gaeta, mais les républicains, d'abord forcés de se replier, reprennent position le 22 septembre.

Le 23 septembre, dans l'espoir d'obtenir un changement des puissances étrangères sur leur décision de non-intervention, Juan Negrín et son gouvernement décident de retirer du combat les Brigades internationales. Parallèlement, et suite à un accord international visant à retirer toutes les troupes étrangères du conflit, les nationalistes décident de renvoyer les soldats italiens et allemands qui se battent à leurs côtés. Dans les faits, l'accord n'est vraiment respecté que par le camp républicain, car les franquistes reçoivent de leurs alliés des approvisionnements d'armements, décisifs pour la réussite de l'offensive sur la Catalogne. La situation sur le terrain s'en ressent, car l'armée républicaine, pour compenser cette soudaine défection, ne peut faire appel qu'à de nouvelles jeunes recrues inexpérimentées en Catalogne.

Les combats tournent en faveur des franquistes, qui repoussent peu à peu les républicains. Le 2 octobre, les divisions de Navarre occupent les hauteurs de la sierra de Lavall de la Torre et atteignent Venta de Camposines. Le 31 octobre, ils s'emparent de la sierra de Cavalls et les jours suivants de la sierra de Pàndols, où se situe le dernier grand combat aérien de la guerre. Entre le 7 et le 13 octobre, les franquistes avancent jusqu'à Mora de Ebro, Venta de Camposines et La Fatarella. Malgré sa tenace résistance, la déroute de l'armée républicaine se fait chaque jour plus évidente.

Les républicains commencent alors les préparatifs pour pouvoir se retirer en ordre. Au soir du 15 novembre, sous les ordres de Manuel Tagüeña, tout est préparé pour traverser en sens inverse l'Èbre à Flix. Le 16, à 4h30 du matin, alors que les derniers soldats ont franchi le fleuve, Taguëña ordonne de faire sauter le pont de fer, mettant un point final à la bataille de l'Èbre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les difficultés qu'éprouvait le camp républicain depuis le début de la guerre à s'approvisionner en armement, en munitions, en carburant, en pièce de rechanges et en nourriture, ont été décisives dans sa défaite face aux insurgés qui ont pu eux bénéficier depuis le début du conflit du soutien logistique de l'Allemagne nazie et de l'Italie fasciste (fournitures d'armements, corps expéditionnaire). À la fin de la bataille de l'Èbre, l'armée républicaine s'est repliée sur ses positions de départ, mais après quatre mois de combats acharnés, elle se trouve très affaiblie et décimée. De plus, la frontière française, par laquelle transitait armes et combattants, est sévèrement fermée. Le camp de la République ne cessera de perdre du terrain, s'effondrant totalement quatre mois à peine après la bataille de l'Èbre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette erreur stratégique de l'aviation républicaine, qui a laissé la légion Condor bombarder les sites de franchissement du fleuve est un fait d'ailleurs resté encore inexplicable aujourd'hui.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (es) Martínez Reverte (Jorge), La batalla del Ebro, Ed. Crítica, Madrid, 2003. ISBN 84-8432-469-9
  • (es) Collectif (A. Besolí, D. Gesalí, X. Hernández, D. Iñiguez, J.C. Luque), La batalla del Ebro, RBA, Madrid, 2006. ISBN 84-473-4888-1.
  • (en) Antony Beevor (trad. Jean-François Séné), La guerre d'Espagne, Calmann-Lévy,‎ 2006, 896 p. (ISBN 978-2-253-12092-6)