Bataille de Zaoyang-Yichang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Zaoyang-Yichang
Des soldats japonais saisissent la ville, 8 juin 1940
Des soldats japonais saisissent la ville, 8 juin 1940
Informations générales
Date 1er mai - 18 juin 1940
Lieu Zaoyang, Yichang en Chine
Issue Victoire chinoise à Zaoyang
Victoire japonaise à Yichang
Belligérants
Drapeau de la République de Chine République de Chine Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de la République de Chine Li Zongren
Drapeau de la République de Chine Zhang Zizhong
Drapeau : Japon Toshizo Nishio
Drapeau : Japon Waichiro Sonobe
Forces en présence
Armée nationale révolutionnaire Armée impériale japonaise
Pertes
élevées entre 30 000 et 40 000
Guerre sino-japonaise (1937-1945),
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Seconde Guerre mondiale : batailles de la Guerre sino-japonaise

Incident du pont Marco Polo · Shanghai · Taiyuan · Xinkou · Pingxingguan · Taierzhuang · Xuzhou · Nankin : bataille, massacre · Wuhan · Nanchang · Khalkhin Gol · Suixian-Zaoyang · Changsha (1re) · Guangxi · Henan · Zaoyang-Yichang · Cent régiments · Shanggao · Sud-Shanxi · Changsha (2e) · Pacification du Mandchoukouo · Changsha (3e) · Hubei · Changde · Ichi-Go · Changsha (4e) · Guilin-Liuzhou · Reconquête chinoise


Guerre du Pacifique


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Théâtre américain

Coordonnées 32° 07′ 31″ N 112° 45′ 04″ E / 32.1252, 112.75132° 07′ 31″ Nord 112° 45′ 04″ Est / 32.1252, 112.751  

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Zaoyang-Yichang.

La bataille de Zaoyang-Yichang fut une offensive menée en 1940 par l'Armée impériale japonaise contre l'Armée nationale révolutionnaire chinoise, pendant la guerre sino-japonaise.

Les Japonais, ayant tout juste créé un gouvernement central chinois sur lequel ils comptaient pour donner une légitimité à leur occupation et stabiliser le pays, souhaitaient accélérer la fin du conflit. Ils décidèrent de déplacer la ligne de front le long du Yangtsé, afin d'atteindre Chongqing, où s'était réfugié le gouvernement de la République, et mettre un terme à la résistance du Kuomintang, qui tendait à s'éterniser. Cette opération nécessitait la prise de la ville de Yichang dans le Hubei, qui représentait un point stratégique, et dont les Japonais espéraient faire une base aérienne d'où des campagnes de bombardements pourraient être menées.

L'offensive se déroula en deux phases : la première, commençant début mai, vit l'avance de l'armée impériale sur Zaoyang, Suixian et Xiangyang, afin d'attirer les troupes nationalistes chinoises et de les prendre en tenaille. La seconde phase, qui débuta à la fin du mois de mai, impliquait une invasion du nord du Hubei - en évitant le Yangtsé, le long duquel les troupes chinoises étaient stationnées - pour atteindre Yichang. Les Japonais mobilisèrent pour l'occasion une division de l'Armée du Guandong, et accompagnèrent l'offensive d'une campagne de bombardements intensifs, augmentant nettement pour l'occasion leur présence aérienne en Chine, alors même que les Chinois venaient de perdre le soutien de l'Armée de l'Air soviétique[1].

Les troupes japonaises déployées dans la région de Zaoyang furent stoppées par les forces chinoises, entraînant l'échec partiel de la manœuvre. Les Japonais réussirent cependant à prendre Yichang[2]. L'affrontement fut très dur pour les troupes nationalistes, qui en sortirent nettement affaiblies, et mises en difficulté sur le plan stratégique.

Le Commandant en chef du 33ème groupe d'armées chinoise, le générale Zhang Zizhong fut tué au combat à Mont Chang près de Yicheng, dans la province du Hubei durant cette bataille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hans J. Van de Ven, War and nationalism in China, 1925-1945, RoutledgeCurzon, p.245
  2. Hans J. Van de Ven, War and nationalism in China, 1925-1945, RoutledgeCurzon, p. 246