Bataille de Williamsport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 38′ N 77° 43′ O / 39.633, -77.717

Campagne de Gettysburg (5-14 juillet)

La bataille de Williamsport, aussi connue sous les noms de bataille de Hagerstown ou bataille de Falling Waters, est une bataille de la Guerre de Sécession. Elle se déroule du lundi 6 au jeudi 16 juillet 1863 dans le Maryland et fait partie de la Campagne de Gettysburg.

Elle fait partie d'une série de combats qui ponctuent la retraite sudiste.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Après sa défaite à la bataille de Gettysburg, l'armée confédérée reflue vers la Virginie. Sa route de retraite prévue va la fait passer à l'ouest des South Mountain. L'armée nordiste va la suivre, mais à l'est des mêmes montagnes. Le premier obstacle que va rencontrer l’Armée de Virginie du Nord va être le fleuve Potomac. C’est autour des points de passage que vont se dérouler les combats auxquels on donne le nom de "bataille de Williamssport".

Les combats[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, l'armée sudiste du général Robert Lee entame sa retraite vers le sud, en direction de Hagerstown et Williamsport. Elle est éclairée par les unités de cavalerie du major general J.E.B. Stuart. L'armée nordiste, quant à elle, suit prudemment son adversaire, se dirigeant vers Middletown.

Le 7 juillet, les unités de cavalerie nordiste du brigadier general John Buford, sont chassées de la ville de Williamsport, où elle détruisaient des convois de ravitaillement sudistes, par la cavalerie du brigadier general John D. Imboden.

La division de cavalerie Kilpatrick repousse, elle, 2 brigades de cavalerie sudiste au delà de Hagerstown avant de devoir reculer devant le reste de la cavalerie de Stuart[1].

Le 11 juillet, l'infanterie sudiste en retraite atteint le Potomac mais ne peut le franchir, le pont ayant été détruit lors d'un raid de cavalerie de la garnison de Harper Ferry[2]. Elle se met en position défensive, protégeant les gués existants à Williamsport. Le lendemain, les troupes nordistes approchent et sondent le dispositif sudiste.

Le 13 juillet, des escarmouches ont lieu tout au long de la ligne et le général Meade prépare son attaque. Pendant ce temps, le niveau du fleuve a suffisamment baissé pour permettre la construction de ponts[3]. A la nuit, les unités sudistes commencent à passer sur l'autre rive par les ponts lancés à Fallin Waters et par un gué à Williamsport[4].

Au matin du 14, les divisions de cavalerie Buford et Kilpatrick passent à l'attaque. Elles rencontrent la division d'arrière-garde sudiste, celle de Heth, et lui font 500 prisonniers. Le brigadier general J. Johnston Pettigrew est mortellement blessé dans ce combat.

Le 16 juillet, Les brigades sudistes Fitzhugh Lee, Chambliss et Milton J. Ferguson interdisent aux forces nordistes, cavalerie de David McM. Gregg et infanterie, l'approche des gués permettant de franchir le Potomac. Ils décrochent à la nuit tombée.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Les sudistes ont perdu 2 canons et un demi-millier de prisonniers. Mais l'armée a pu passer le Potomac.

L'armée du Potomac a été incapable de stopper la retraite de l'Armée de Virginie du Nord. Mais les nordistes n'hésiteront pas à embellir la réalité en présentant la retraite sudiste comme une vraie déroute[5].


Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Mark M boatner III, The Civil War Dictionary, 1959, réédité 1988, Vintage Books, (ISBN 0-679-73392-2), pages 273-274.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward G. Longacre, Lee's cavalrymen, Stackpole books, 2002, (ISBN 0-8117-0898-5), pages 228-235.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward G. Longacre, Lincoln's cavalrymen, Stackpole books, 2000, (ISBN 0-8117-1049-1), pages 210-214.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward G. Longacre, The cavalry at Gettysburg, University of Nebraska Presse, 1986, (ISBN 0-8032-7941-8), pages 255-258.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) A. Wilson Greene, From Gettysburg to Falling Waters, in The third day at Gettysburg and beyond, Gary W. Gallagher (dir.), University of Carolina Press, 1994, (ISBN 0-8078-4753-4), pages 170-178.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kent Masterson Brown, Retreat from Gettysburg: Lee, Logistics, and the Pennsylvania Campaign, 2005, University of North Carolina Press, 528 pages, (ISBN 978-0-8078-2921-9).
  • Les rapports officiels sur ce combat peuvent être consultés dans les Officials Records, tome 27, 1e partie, pages 994-1015, 2e partie, pages 700-701, 753-765. Les "Official Records of the War of the rebellion" sont mis en ligne par plusieurs universités américaines (par exemple : [1]).

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Longacre, Lee's cavalrymen..., pages 211-212.
  2. Longacre, Lee's cavalrymen..., pages 212.
  3. Il s'agit de ponts de bateaux. Ils sont similaires dans les deux camps et se composent d'embarcations de toile sur bâtis de bois, ancrés en travers du courant et sur lesquels est établie une chaussée en éléments préfabriqués en bois. La chaussée est généralement couverte de paille ou de terre, autant pour la protéger qu'atténuer le bruit du passage des troupes. Un pont de ce genre, de 650 mètres de long environ, peut être opérationnel en 5h30 de travail. Pour plus de détails, le lecteur pourra se reporter à J. Coggins, Arms & Equipment of the Civil War, 1983, Fairfax Press, (ISBN 0-517-402351), pages 104-105, d'où sont tirés ces renseignements
  4. Longacre, Lee's cavalrymen..., pages 214.
  5. Boatner, The Civil War Dictionary, page 274.