Bataille de Valoutino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Valoutino
La bataille de Valoutino par Peter von Hess
La bataille de Valoutino par Peter von Hess
Informations générales
Date 19 août 1812
Lieu Près de Smolensk (Russie)
Issue Victoire française marginale
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Commandants
Michel Ney
Jean-Andoche Junot
Michel Barclay de Tolly
Forces en présence
30 000 hommes 40 000 hommes
Pertes
7 000 hommes 6 000 hommes
Sixième Coalition
Batailles
Campagne de Russie (1812)

Mir · Moguilev · Ostrovno · Kliastitsy · Smolensk · 1re Polotsk · Valoutino · Moskova · Moscou · Winkowo · Maloyaroslavets · 2e Polotsk · Czaśniki · Viazma · Smoliani · Krasnoï · Bérézina


Campagne d'Allemagne (1813)
Dantzig · Lützen · Bautzen · Hoyerswerda · Goldberg · Gross Beeren · Katzbach · Dresde · Kulm · Dennewitz · Leipzig · Hanau · Sehested · Torgau · Hambourg


Campagne de France (1814)

Metz · Saint-Avold · Saint-Dizier · Brienne · La Rothière
· Campagne des Six-Jours : Champaubert · Montmirail · Château-Thierry · Vauchamps
· Mormant · Montereau · Bar-sur-Aube · Craonne · Laon · Reims · Arcis-sur-Aube · Fère-Champenoise · Meaux · Claye · Villeparisis · Paris
Front italien : Trieste · Mincio
Coordonnées 54° 49′ 23″ N 32° 14′ 28″ E / 54.823056, 32.24111154° 49′ 23″ Nord 32° 14′ 28″ Est / 54.823056, 32.241111  

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Valoutino.

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Valoutino.

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Valoutino.

La bataille de Valoutino, également appelée bataille de Valontina-Gora ou encore bataille de Valentina-Gora, eut lieu le 19 août 1812[1], entre les troupes du maréchal Michel Ney et la puissante arrière-garde du général Michel Barclay de Tolly.

Le champ de bataille[modifier | modifier le code]

Les Russes sont retranchés dans une zone marécageuse, protégée par un petit ruisseau. Les Français, attaquant résolument, doivent faire face à d'énormes difficultés naturelles.

La bataille[modifier | modifier le code]

Napoléon espère encercler l'armée du général Barclay quand il découvre que les Russes qui attendent les Français ne constituent en fait que l'arrière-garde du général Toutchkov. Trois divisions de cavalerie et une division d'infanterie sont encerclées en essayant d'attirer les Français loin du champ de bataille de Smolensk. Ils font alors un détour pour affronter les Français sur les rives de la Stragan.

Après un bombardement massif, Michel Ney lance un assaut contre les Russes mais il ne parvient pas à prendre la crête. La cavalerie de Murat s'embourbe en traversant le cours d'eau.

La division de Junot est à proximité du champ de bataille, mais celui-ci reste sourd à la demande de renfort de Murat et ne bouge pas. Il sera blâmé pour cela par Napoléon[2].

Quelques heures plus tard, Ney lance une dernière attaque. Le général Gudin qui mène l'assaut est blessé par un boulet de canon qui lui emporte les deux jambes. Les Français parviennent à prendre la crête après un combat acharné, mais la majorité de l'armée de Barclay s'est échappé et se dirige vers Loubino. L'occasion d'une victoire décisive est passée.

Trois jours après la bataille, le général Gudin meurt de ses blessures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tony Jaques, Dictionary of battles and sieges : a guide to 8,500 battles from antiquity through the twenty-first century, vol. 3, Greenwood Publishing Group,‎ 2007 (ISBN 9780313335396, présentation en ligne)
  2. Junot, dans la campagne de Russie, disait Napoléon, me mécontenta fort. On ne le reconnaissait plus. Il fit des fautes capitales qui nous coûtèrent bien cher.