Bataille de Vérone (403)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Vérone
Informations générales
Date Été 403
Lieu Vérone dans la plaine du Pô
Issue Victoire romaine
Belligérants
Empire romain d'Occident et fédérés barbares Wisigoths
Commandants
Flavius Stilicho Alaric
Guerre des Goths (401 - 413)
Batailles
Pollentia - Vérone - Fiesole - Rome
Coordonnées 45° 26′ 00″ N 10° 59′ 00″ E / 45.43333, 10.9833345° 26′ 00″ Nord 10° 59′ 00″ Est / 45.43333, 10.98333  

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

(Voir situation sur carte : Vénétie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Vérone (403).

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Vérone (403).

La bataille de Vérone a lieu au début de l'été 403[1]. Elle oppose les armées romaines du généralissime Stilicon, régent de l'Empire d'Occident à celles du roi des Wisigoths Alaric. La victoire de Stilicon permet aux Romains de chasser les Wisigoths d'Italie après deux ans de guerre.

La bataille[modifier | modifier le code]

En 401, les Wisigoths du roi Alaric, installés suite au foedus de 382 en Illyrie, sur le territoire de l'Empire par Théodose, se révoltent contre l'Empire romain d'Occident et envahissent l'Italie. Ils pillent Aquilée et assiègent la ville de Milan où réside l'empereur Honorius, mais l'arrivée du régent Stilicon, qui fait office de dirigeant effectif de l'Empire, incite Alaric à lever le siège.

Il poursuit donc sa campagne à travers la plaine du Pô en direction d'Asti mais est rattrapé par les armées du généralissime Stilicon, renforcées de contingents prélevés à la hâte des légions de Gaule et de Bretagne. Le 6 avril 402 les deux armées s'affrontent lors de la bataille de la plaine de Pollentia : les troupes de l'Empire remportent à cette occasion une nette victoire sur les Wisigoths; toutefois les soldats d'Alaric demeurent suffisamment nombreux pour que leur roi refuse d'évacuer immédiatement l'Italie[2].

Ainsi, si Alaric se retire vers ses territoires en Pannonie, il continue de mettre à sac les villes sur son parcours, tout en évitant soigneusement le moindre affrontement sérieux avec les forces du régent. Au début de l'été 403, les Wisigoths assiègent la ville de Vérone en Vénétie mais sont rattrapés par Stilicon avant que la ville fortifiée ne tombe entre leurs mains. Une nouvelle bataille rangée s'engage : encore une fois, les Romains sortent victorieux du combat à tel point que celui-ci manque de se solder par la capture d'Alaric[3]. Dès lors le roi wisigoth n'est plus en mesure de prétendre continuer son expédition militaire. Il se replie aussitôt que possible en Illyrie et quitte le territoire de l'Italie.

Cette victoire est commémorée avec faste : Stilicon et son empereur célèbrent un triomphe à Rome et organisent des festivités grandioses. Cette victoire permet au régent d'éviter un siège voire un sac de Rome, qui était l'objectif du roi des Wisigoths[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. É. Demougeot, De l’Unité à la division de l’Empire romain 395-410 : Essai sur le gouvernement impérial (p. 278-279).
  2. É. Demougeot, De l’Unité à la division de l’Empire romain 395-410 : Essai sur le gouvernement impérial (p. 351).
  3. J. B. Bury, History of the later Roman Empire from the death of Theodosius to the death of Justinian (395-565).
  4. A. Cameron, J. Long, Barbarians and Politics at the Court of Arcadius (p. 4).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudien, De Sexto Consulatu Honorii Augusti
  • Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain (chapitre XXX)
  • John Bagnell Bury, History of the later Roman Empire from the death of Theodosius to the death of Justinian (395-565) (tome I), 1923
  • Émilienne Demougeot, De l’Unité à la division de l’Empire romain 395-410 : Essai sur le gouvernement impérial, 1951, Adrien-Maisonneuve
  • Alan Cameron, J. Long, Barbarians and Politics at the Court of Arcadius, 1993, University of California Press

Sources internes[modifier | modifier le code]